René Vautier : Deuxième séance de projection

Autour de René Vautier

 Deuxième séance

Deux films en miroir

Pour cette seconde séance d’hommage au cinéaste René Vautier, nous avons choisi de projeter deux films, La Mer et les jours de Raymond Vogel et Alain Kaminker et celui de René Vautier, Mourir pour des image, qui fait expressément référence au premier. Pourquoi ce choix ? D’abord, parce que Mourir pour des images marque le retour de René Vautier en Bretagne, et ouvre l’aventure de l’Unité de Production Cinématographique Bretagne (UPCB). Ensuite, parce que ce film illustre l’orientation « citoyenne » qui doit être celle de cette UPCB tout nouvellement créée avec Nicole et Félix Le Garrec. Mourir pour des images est, en quelque sorte, un film-programme. Revenant sur la façon dont les réalisateurs de La Mer et les jours ont filmé avec respect la dure vie des Sénans, René Vautier illustre ce qu’il entend par sa « caméra citoyenne » qui se met au service des plus défavorisés.

Le Mer et les Jours de Raymond Vogel et Alain Kaminker, 1958, 22 minutes, N&B

Une journée à l’ile de Sein : le travail des hommes en mer, des femmes et des enfants sur l’ile.
La mer et les jours a été tourné en 1958 à l’île de Sein. Raymond Vogel et son assistant Alain Kaminker (frère de Simone Signoret) voulaient montrer la dure vie des îliens, et pour cela s’intégrer et partager leur vie quotidienne.
Après quelques réticences, ils furent acceptés et accueillis dans tous les foyers. Il participèrent à un sauvetage en mer, à la relève des gardiens de phare par gros temps. Ils vécurent avec des îliens des drames de la mer, jusqu’au jour où Kaminker, pris par le mal de mer, refusa de rentrer, s’entêta et fut emporté par une lame de fond… (Cinémathèque de Bretagne)

Mourir pour des images de René Vautier, 1971, 45 minutes, N&B

Document d’une rare force émotionnelle qui retrace l’histoire du tournage de La mer et les jours, un documentaire, réalisé en 1958 par André Dumaître, Raymond Vogel et Alain Kamimker, sur l’île de Sein et la vie de ses habitants. Mourir pour des images rend hommage à Alain Kaminker, mort pendant le tournage de La mer et les jours. Une interview d’André Dumaître sert de trame au document. Elle est ponctuée de témoignages d’îliens et d’extraits de La mer et les jours. En 1971, Mourir pour des images est sélectionné sous son premier titre Ile de Sein, pour le Festival de Dinard présidé par Henri Langlois. (Cinémathèque de Bretagne)

« Mourir pour des images montre à la fois le respect des cinéastes de La Mer et les jours pour le travail et les conditions de vie des îliens […] Ce film-école, projeté par erreur devant la commission de sélection de Cannes, fut sélectionné (je ne sais plus dans quelle catégorie), et projeté en double bande au festival » (tiré de René Vautier, Caméra citoyenne – Mémoire, Editions Apogée, 1998)

Avec la participation de Nicole et Félix Le Garrec

19 Mai 2017, 20 h 30. Médiathèque de Plozévet. Entrée gratuite

Plozévet en quête d'enquêtes