L’atelier d’écriture # Retour sur nos 3 enquêtes de terrain !

Rencontre à Kervern chez Christian Moalic

Christian Moalic a 48 ans et il habite et travaille à Kervern. Ses ancêtres sont  établis dans le village  depuis presque 500 ans. C’est en 1983 qu’il décide d’être agriculteur. Il est marié, son épouse ne travaille pas sur l’exploitation et il a deux filles de 16 et 20 ans. Ces dernières ne reprendront pas la suite de l’affaire.

Lui, il obtenu un Bac Gestion au Likes et un Bac Agricole à Bréhoulou, à Fouesnant. Aujourd’hui, il a 40 vaches. Le jour de la visite, il n’y en avait seulement 30, qui passaient en traite puisque 10 étaient taries. Pour l’aider sur l’exploitation, il a engagé une personne à mi-temps.

La journée de Monsieur Moalic commence à 7h15. Il commence la traite à 7h30, à 8h30 la traite est finie. Après, il lave la salle de traite et va s’occuper des veaux. A 9h, Christian Moalic sort ses vaches. Il les rentrera à 17h. Il paille l’air de couchage et remplit les auges de maïs. Il part ensuite voir ses génisses, de jeunes vaches. Entre 14h et 16h Monsieur Moalic a beaucoup de choses à faire surtout de la gestion d’entreprise.

Ecouter Christian Moalic nous faire la visite de l’étable et de la salle de traite.

Alexis, Aouregann, Arnaud, Arthur, Auregan, Cynthia, Garlonn, Sébastien

Rencontre au bourg dans l’atelier de la famille Douirin

Atelier de Jean-Yves Douirin.

Histoire de la famille

Ce sont les grands-parents de Jean-Yves Douirin qui ont commencé les petits meubles bretons. Toute la famille travaillait en même temps. Il a repris l’affaire de ses parents en 1984 après un BEPC et 3 ans d’apprentissage auprès de son père. Il n’a pas de CAP.

Vue des produits

Les activités de Monsieur Douirin

Il a commencé à faire des objets souvenirs qu’il vendait dans une boutique tenue par sa femme. Le commerce était familial. Les activités se sont succédées. Aujourd’hui, il fabrique des article de décoration comme des lampes avec des morceaux de bois en forme de galets. Il a voyagé en Asie, en Inde et en Chine pour trouver des produits. Mais maintenant, il préfère utiliser des matériaux plus locaux comme le bois flotté. Et quand il n’y en a pas assez, il faut donner un aspect « vieux » au bois, en le ponçant, pour faire croire qu’il a roulé sur le sable un certain temps.

Ecouter Monsieur Douirin nous parler des nouveaux produits de son atelier :

Et à l’avenir ? A sa retraite, il pense qu’il va continuer. Il ne pense pas que ses enfants vont suivre son métier. C’est un des derniers à faire ça en Bretagne et il ne conseille à personne de reprendre parce que c’est la galère.

Un musée du petit meuble  

L’idée du musée est née après l’ouragan de 1987.

A l’intérieur du musée

Ecouter l’histoire du petit meuble breton : 

Lucie, Maëlle, Yvan, Anthony, Carlos, Florian, Hugo.

Rencontre à la criée avec Annie Gornès de l’Office de Tourisme de Plouhinec et Joseph Fouquet, ancien marin pêcheur.

Visite de la criée de Poulgoazec avec Annie Gornès.

Lundi 5 mars, nous sommes allés à la criée de Poulgoazec. On a rencontré Annie de l’Office de Tourisme et Jos, un ancien marin pêcheur, qui nous a expliqué son métier. Quels poissons nous ont été présentés ? Annie nous a montré des poissons de fond, pêchés en haute mer juste avant la dernière tempête. Il y avait : des lottes, des bars, des turbots, des rougets, des seiches. Il y avait aussi quelques araignées. Les poissons de fond ont le ventre blanc et leur couleur se confond avec le sable. Pour la vente, les poissons sont classés avec des numéros qui correspondent au bateau. Les poissons prédateurs comme le lieu jaune sont pêchés par les ligneurs. Les bateaux,  avant, dans l’ancien temps,  étaient en bois et ils n’avaient que 15 ou 20 chevaux, alors que maintenant, les bateaux sont en carbone ou en fibre de verre et ils ont 300 ou 400 chevaux.

« Je me souviens de la lotte énorme dans la caisse ».

 Rodolphe, Gurvan, Mael 

La vente

Rapport de visite  – La criée : La vente aux enchères

Le  5 mars 2012 à la criée de Poulgoazec. 

 On a rencontré Annie, guide de l’Office de Tourisme, puis, Jos, ancien marin pêcheur. La criée est située sur le port de Poulgoazec, qui se trouve en face d’Audierne. Il y a deux types de bateaux, les fileyeurs et les ligneurs.

 C’est une vente aux enchères, un prix de base qu’on augmente. La vente se fait sur place, par Internet et par téléphone. Ce jour là, il y avait moins de 10 acheteurs sur place, mais plus de 60 en totalité. Il faut être accrédité pêcheur professionnel. Dans les bacs où se trouvent les poissons, il y a aussi des affichettes où sont inscrits le poids, le nom du poisson et le bateau qui les a péchés. Ce qui permet aux acheteurs par internet et par téléphone d’avoir un descriptif complet du poisson ; ce qui est capital pour être sûr de son achat. La vente se fait ligne par ligne. On contrôle les tailles et les poids. Sur le tableau, on voit le nom du bateau, le numéro de lot, l’espèce de poisson, la taille, s’il est vidé ou pas, la qualité et le prix. Quand aucun acheteur n’est intéressé, le prix descend. Si un acheteur est intéressé, il actionne une manette, et petit à petit le prix augmente.

« Je me souviens que le métier de pêcheur est en pleine perdition. »

Hypollène Marchand, Bryan Hello

Jos Fouquet, ancien marin pêcheur.

Un ancien marin pêcheur:

Lundi 5 Mars, on s’est rendu a la Criée de Poulgoazec, nous avons rencontré Annie guide de l’office de tourisme, puis nous avons rencontré un ancien marin pêcheur appelé Jos.

Jos disait qu’il y avait des poissons abîmés par la tempête. Nous avons vu un film sur les ligneurs du raz de sein. Jos nous a dit qu’il était originaire de l’Île de sein et qu’il a été baptisé « à l’eau de mer ». La différence entre le ligneur et le fileyeur c’est que le fileyeur traîne le filet derrière lui et que le ligneur pêche à la ligne dans les eaux troubles. Il y a une différence entre le pêcheur patron et pêcheur employé. Jos nous dit que à l’âge de 14 ans il était allé à l’école de pêche pendant 9 mois et après il a eu son certificat de pêche puis il est devenu un marin pêcheur. Il nous disait aussi qu’en ce temps là, les gens n’apprenaient pas la pêche aux jeunes enfants.

« Je qu’il y avait des poissons partout des des boîtes,  dans la salle où il y avait l’enchère qui se déroulait. Il y avait aussi du sang par terre. L’ancien marin pêcheur est venu faire la visite avec nous aussi. Notre poisson préféré était le rouget. « 

Iesha Pestridge et Elodie Claquin

 

 

 


Une réflexion sur « L’atelier d’écriture # Retour sur nos 3 enquêtes de terrain ! »

  1. monsieur moalic est mon oncle, je suis d’accord avec les trucs qu’il a dit, maintenant ils sont en train de couper le blé .

Les commentaires sont fermés.