“Plozévet à l’heure allemande” : la Seconde Guerre mondiale vue par… Louis Raphalen

31 août 2012
Par

Louis Raphalen est né en 1933 et les Allemands ont réquisitionné la ferme familiale en 1944, il avait donc 11 ans.

Louis Raphalen interrogé par Albert Coïc

100 JOURS À KERVEILLANT : LES RÉQUISITIONS ALLEMANDES

Dès son arrivée, l’occupant exige que des logements soient livrés pour ses troupes. Ainsi, des biens privés, comme le restaurant Riou, et des locaux publics, comme l’école Georges Le Bail, sont réquisitionnés. Certaines fournitures comme des meubles, des appareils ménagers, des draps, des bicyclettes, des chevaux… sont également récupérées par réquisition pour équiper les Allemands.

Documents issus des archives municipales de Plozévet.

«Les Allemands sont arrivés ici au début du mois de mai 1944, à cheval, avec des motos et une grosse voiture. 100 jours pile qu’ils sont restés, arrivés un dimanche, repartis un dimanche. Ils étaient environ une quarantaine, ici et dans les alentours. A côté, Ruiviscou aussi avait été réquisitionné, pour les officiers. Ceux qu’on appelait les « Russes blancs » étaient chez Marcel Le Gall, au bourg, c’était la Kommandantur. Ici, c’était des Caucasiens, beaucoup plus bronzés. C’étaient des anciens prisonniers et quand les Allemands sont arrivés chez eux, ils les avaient libérés contre leur engagement dans la Wehrmacht, enfin c’est ce qu’ils disaient, nous on leur a jamais demandé leurs papiers (sourire).

Il fallait tout débarrasser et balayer avant de partir, j’ai entendu dire mon père qu’il fallait même balayer l’étable. Au début, ils nous avaient dit de quitter la grande maison et de s’installer dans la petite puis finalement il a fallu partir complètement et tout redéménager. On a envoyé les lits, les tables, chez des voisins.  Il y avait mon grand-père, qui avait 88 ans. Lui était devenu fou, il disait : Mon fils est mort à la guerre de 14 et maintenant il va falloir que je quitte ma maison ! Il est parti s’installer chez un autre fils à Kerguivic, route de Penhors. On avait aussi la grand-mère, qui, elle, est restée avec nous. Nous, on a gardé tout notre bétail, la mairie nous avait dit Vous avez donné assez comme ça, gardez vos chevaux . Les vaches sont parties chez les voisins, et on allait les nourrir.»

L’OCCUPANT

Louis était encore bien jeune à cette époque pour se souvenir. Son frère et lui étaient en pension complète au bourg. Ils ne rentraient chez eux qu’une fois par mois.

«Ce dont je me rappelle très bien, c’est qu’ils avaient mis tout un réseau de barbelés autour de chez nous, alors pour venir travailler ici, il fallait passer de l’autre côté de la route et demander la permission. Puis, les Allemands sont partis en août 44. Ils étaient devenus fous, ils voyaient que c’était la fin. Le rendez-vous pour partir sur Lorient, c’était sur la route de Ty Long, juste au-dessus. Et là, il y a eu beaucoup de réquisitions dans les fermes pour leur amener du matériel.»

LA VIE QUOTIDIENNE : PÉNURIE ET DÉBROUILLARDISE

Dès les premiers temps de l’occupation, restrictions et cartes d’alimentation font leur apparition. A la fin de l’année 1941, des tickets de rationnement sont distribués aux familles à la mairie pour se procurer toutes sortes de denrées : sucre, sel, chocolat, tabac, vêtements, chambre à air de bicyclettes etc… En général, les témoins Plozévétiens de l’époque n’en gardent pas de trop sombres souvenirs car le fait de vivre à la campagne leur permettait de se procurer les denrées essentielles à la vie quotidienne. Les cartes d’alimentation et de ravitaillement resteront en vigueur jusqu’en 1950.

«Il fallait rentrer à l’heure du couvre-feu, il fallait cacher les lumières des fenêtres, pour les agriculteurs, il y avait tout un tas de déclarations à faire, sur le nombre d’hectares, le nombre de bêtes. Pendant la guerre, il y avait aussi beaucoup de marché noir. Tu emmenais une motte de beurre et on te donnait un pantalon. Dans les fermes, il y avait assez de cochons, de patates, de beurre, les gens « resquillaient », il n’y avait pas le droit de le faire. C’était les femmes qui se déplaçaient pour se ravitailler, en vélo. Mais souvent quand les Allemands voyaient un vélo, hop il l’arrêtait. Eux, ils rapinaient, circulaient, ils étaient chez eux. Ils ne payaient pas leur nourriture, c’était la mairie qui organisait les contingents de patates et de légumes.»

Documents issus des archives personnelles de Sylviane Lety

LE COMBAT NAVAL

«D’ici, quand il y avait des bombardements à Brest, on voyait tout, les bombes qui tombaient, le feu. C’était tout rouge, toutes les nuits, un feu d’artifice et les avions, après qui tournaient. Pendant le combat naval, où les Anglais avaient coincé les Allemands, c’était un vrai feu d’artifice aussi, on se demande même comment il n’y a pas eu de tués sur la côte !»

LA LIBÉRATION

«Les cloches sonnaient, c’était partout pareil ! Tous les gens et les enfants des écoles étaient dans le bourg pour fêter le retour de camp de concentration de Madame Le Bail (la femme du maire de l’époque) et de son fils Georges.

Documents d’archives prêtés par Alain Le Berre et provenant de l’ouvrage Pointe de Cornouaille, 1940-1944 par Jean-Jacques Doaré et Alain Le Berre. Cet ouvrage est consultable à la Médiathèque de Plozévet.

Après la guerre, il y a eu encore des tickets de rationnement pendant un ou deux ans, pour prendre du pain, de la viande. Moi, j’en ai eu pour tout, un vélo, des vêtements.

Puis, on n’a plus parlé de ça après.»


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Événements, Expositions

Un commentaire pour “ “Plozévet à l’heure allemande” : la Seconde Guerre mondiale vue par… Louis Raphalen ”

  1. Équipe hypotheses.org le 5 septembre 2012 à 18:43

    Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

avril 2014
L Ma Me J V S D
« jan    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Nouveaux tweets


Carnets de recherche