Souvenirs de Noël

Lors de notre dernière petite réunion et dans le cadre de la venue de la sociologue Martyne Perrot pour une conférence sur Noël, nous avons évoqué l’idée d’une collecte de témoignages sur les fêtes de fin d’année. Les esprits se souviennent et les souvenirs reviennent vite. Les sucreries dans les sabots, la traditionnelle messe de minuit, les spectacles de fin d’année dans les écoles…

noel01

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de france

Michelle se remémore ses Noëls plozévetiens :

« Le soir du 24 décembre, dans la cheminée il y avait des sabots bien cirés et alignés. Le matin de Noël on y trouvait des oranges et des sucres d’orge multicolores. Les chanceux recevaient des jouets ou des livres. Les adultes s’offraient l’almanach Vermot, almanach du peuple qui leur offrait des rubriques variées, sans prétention. Les filles recevaient parfois un baigneur en celluloïd qui avait été habillé par les soins d’une tricoteuse. Il portait une barboteuse, des chaussons de laine et un bonnet. Il était fragile : ses membres étaient reliés par des élastiques  et il fallait prendre garde de ne pas cabosser sa tête ! Le cheval de carton bouilli avait fière allure au pied du sapin. Il n’était pourtant pas question de le confondre avec un VRAI. Celui-ci ne s’alimentait pas et surtout ne buvait pas ! Des imprudents lui ont fait perdre la tête en la trempant dans un seau d’eau !!« 

jouetdenoel

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de france

« La messe de nuit – Le souvenir reste vague mais il en émerge nettement la vision d’une nuit calme, d’un ciel étoilé, de sabots bien cirés qui claquent sur le chemin. Un mauvais temps n’aurait pas permis de se rendre au bourg en pleine nuit. Les deux kilomètres qui séparaient  la maison du bourg avaient parus bien courts aux enfants et aux trois femmes qui les accompagnaient. Les hommes préféraient rester s’occuper de la maison… L’abbé Bervas venait d’arriver à Plozévet, son calme et sa gentillesse plaisaient et les offices faisaient le plein. L’église était froide et humide. La messe durait plus d’une heure et se terminait à minuit par l’installation du petit Jésus dans la crèche et les cantiques pleins de joie qui l’accompagnaient. « Il est né le divin enfant », « Les anges dans nos campagnes » « Alleluia !! ». Le retour à la maison était l’occasion de croquer le Jésus en sucre et sa paillasse en chocolat, pendant que les adultes se réchauffaient avec du vin chaud aux pruneaux,  accompagné d’un gâteau Kornou triangulaire à coins rouges, acheté chez Lavergne. Dans le lit une bonne bouillotte en grès avait déjà réchauffé les draps, le sommeil pouvait venir.«