Autour de l’artisanat / La mémoire en sabot

Plozévet – Juin 2010 – Rencontre avec Alice Quemener – Guillou dans l’atelier familial de confection de brides à sabot.

Le sabot à brides

La pancarte sur rue de l’atelier en 1985, au début de la vente au détail.

La devanture de l’atelier aujourd’hui.

Alice Quemener – Guillou

Ecouter : La table de travail du grand-père d’Alice, un objet de mémoire

Un atelier familial

Autrefois signalé par une grande pancarte sur rue, l’atelier est aujourd’hui encore marqué par l’empreinte du sabot. Et c’est devant la photographie familiale de 1910 qu’Alice Guillou évoque les origines de cette entreprise. A gauche de la table, que l’on retrouvera plus tard lors de la visite de l’atelier, se tient son grand-père, Jean Guillou (1860-1930) entouré de ses fils. C’est le père de Jean qui était venu s’installer sur Plozévet vers 1860 en qualité de cordonnier. Il faudra attendre 1924, pour que le père d’Alice, Alain Guillou (1902-1956) apprenne le métier auprès de son père et de ses frères, et se lance dans l’aventure de la bride à sabot. A sa disparition, c’est son épouse et sa fille, Alice, qui reprennent les reines de l’entreprise qui compte alors 8 employés. En 1957, année du mariage d’Alice à Monsieur Quémener, l’atelier deviendra l’atelier Quemener – Guillou.

Ecouter quelques Souvenirs de famille

Jean Guillou, le grand-père d’Alice, entouré de ses fils. Photographie prise au bourg, 19 route d’Audierne, avant 1914.

De la bride à sabot aux articles souvenirs

La création de la bride à sabot et l’évolution des modèles

On observe ici pêle-mêle différents modèles de brides à sabots : la bride à lanière de Landivisiau, la bride simple de Penmarc’h, la bride selon le modèle des Landes avec un petit morceau de feutre en dessous.

Modèles de brides à sabots exposés dans l’atelier.

L’arrivée du cuir et le processus de fabrication

Le cuir, uniquement de la croûte vernie, arrivait en camion de l’usine, le déchargement d’environ 1000 peaux prenait toute une journée et on les suspendait par dizaine aux crochets. Une quarantaine de cuirs étaient découpées à la journée grâce à la presse mécanique puis hydraulique à partir de 1982. Les brides étaient ensuite trempées pendant 12h pour les assouplir. Les cuirs trop épais étaient par la suite refendus, parés. Une fois les brides sorties de l’eau, on y passait une lanière (préalablement découpée à l’emporte pièce) dans les fentes. Enfin, une doublure était cousue, la bride repliée et une seconde couture finalisait le processus. Et c’est de cette manière que 25 douzaines de paires étaient cousues chaque jour.

Croûtes de cuir suspendues aux crochets dans l’arrière boutique.

Les machines, rapide aperçu

Ancienne presse achetée par l’oncle d’Alice à Nantes en 1920, transformée ensuite par son mari en presse hydraulique.

Pareuse

Matrice en laiton.

Ecouter Des motifs faits main

La diversification de l’activité

A partir de 1979, c’est Alice qui se charge des tournées hivernales sur 3 départements bretons. De janvier à mars, elles sillonnent les routes bretonnes pour prendre les commandes de ses sabotiers (grossistes ou magasins de chaussures) pour l’hiver suivant.  Et c’est toujours dans les mêmes hôtels, qui avaient accueilli son père puis son mari, qu’Alice descend. Dès les années 70, l’atelier qui voit décliner le nombre de commandes achète une machine à dorer et se lance dans la fabrication d’articles souvenirs, surtout au printemps. C’est l’année 1985 qui marque un tournant dans l’activité puisque l’atelier perd alors 50% de ses clients. La décision est prise de rajouter à la fabrication de la vente au détail.

Epreuves sur cuir fabriquées avec la machine à dorer.

Les archives comme témoins

Dans ce lieu hybride, mi atelier mi musée, Alice conserve précieusement les archives de l’activité familiale. Papiers à entête, registres de commande et de paiement, cartes de visites, papier buvard, photographies permettent d’illustrer et de retracer toute l’histoire de cet atelier à travers les générations.

Ecouter Alice Guillou nous parler de ses archives Les registres

Les tarifs de 1917.

Carte de visite.

Registre de comptabilité.

Des histoires de sabot

Le sabot tout bois : « Autrement, il n’y avait que le sabot tout bois, et c’est ici qu’on a créé la bride à sabot. »

Les claques : « ça ce sont des claques, la femme portait ça le dimanche, c’était un sabot habillé si on veut. »

Le sabot verseur : « Celui là c’est un sabot verseur, pour mettre une bouteille de vin. C’est un sabotier de la Meuse qui a fait ça à mon père. »

Le sabot dit du contrebandier : « Mon grand-père en faisait, mais c’était peut-être pas trois paires par an ! Moi j’en ai vendu beaucoup pour rigoler. »

Le sabot japonais : « Les petits sabots sont faits par mon grand-père maternel. »


Une réflexion au sujet de « Autour de l’artisanat / La mémoire en sabot »

  1. A la fois très fière de ma tante Alice et de toute ma famille
    Un peu triste de voir s’éteindre une série de métier (sabotiers, fabricants de brides à sabots…) de mon vivant
    Au final, un très bel effort de tous pour en sauvegarder le souvenir..
    Et pour ma part, des souvenirs de jeunesse impérissables de bonheur passé à bourrer les brides, à mettre les brides à sécher, à mettre les lanières etc…

Les commentaires sont fermés.