Plozévet et les autres grandes enquêtes en France. Parution d’un livre.

En France rurale. Les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960, vient de sortir aux Presses Universitaires de Rennes, en co-édition avec le Centre de recherche bretonne et celtique de l’Université de Bretagne Occidentale. C’est la suite du colloque s’étant tenu les 16 et 17 mai 2008 sur « Les grandes enquêtes interdisciplinaires en Bretagne et en France : apports, problèmes, dépassements, nouvelles initiatives », le premier jour à Brest, à la faculté Victor Segalen, le second à Plozévet, à la salle Avel-Dro. Deux ans plus tard, cet ouvrage collectif, sous la direction de Bernard Paillard, Jean-François Simon, Laurent Le Gall, rend compte de ces travaux.

C’est une nouvelle étape dans la constitution d’une histoire des grandes enquêtes collectives qui ont donné à connaître une France rurale alors en pleines mutations. Et qui ont marqué un développement assez conséquent des sciences humaines et sociales.

Mais ce point historique est surtout une invitation à poursuivre le travail, car bien des choses restent inconnues. D’où la nécessité de recourir aux archives. Une nécessité sur laquelle s’est conclue la journée tenue à Plozévet, et qui est à l’origine de nos deux projets, Plozcorpus et Plozarch. Gageons que, très prochainement, de nouvelles initiatives permettront  à notre approche de rencontrer celles relatives aux autres enquêtes, françaises, d’abord, étrangères, pourquoi pas.

Les 16 et 17 mai 2008 s’est tenu un colloque sur « L’histoire et l’actualité de la RCP[1] de Plozévet », cette action concertée diligentée dans cette petite commune bigoudène par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) de 1961 à 1965. L’originalité de cette rencontre était double. En premier lieu, l’enquête collective de Plozévet était replacée dans l’histoire de ce genre en France, et surtout dans le contexte des études similaires s’étant développées par la suite : l’Aubrac, le Châtillonnais, les Baronnies, la Corse. Un échantillon limité que, pour ce livre, nous avons complété par des recherches sur la Margeride. Deuxièmement, après avoir été accueillis par l’Université de Bretagne occidentale (UBO), initiative sans précédent, les congressistes se rendaient à Plozévet pour y débattre, avec les observés d’autrefois, des rapports entre enquêteurs et enquêtés. Les Plozévétiens retrouvaient alors une partie des chercheurs des années soixante. Une représentation réduite cependant, certains d’entre eux ayant été empêchés par la vieillesse ou  par la maladie, et, malheureusement, beaucoup par la mort. Un retour bien tardif qui interroge : pourquoi a-t-on été si long à renouer avec une aventure qui avait été conçue pour être le prototype des recherches du futur ?

Une brochette d'enquêteurs (de gauche à droite) : Françoise Laurent-Prigent, Christian Pelras, Donatien Laurent, Nicole Mathieu, Alexandre Albenque, Bernard Paillard. Au centre, Matie-Armelle Barbier-Le Dérof, modératrice.

Plusieurs causes conjoncturelles peuvent éclairer le fait. L’une des plus vraisemblables tient à la confusion qui semble avoir marqué la fin des travaux. Car il fallut attendre 1975, soit près de quinze années après leurs débuts, pour qu’André Burguière en publie leur synthèse[2]. Un arriéré redevable à la remise sur le tard de certains rapports. Entre temps, les sciences humaines et sociales avaient profondément évolué. Une nouvelle génération de chercheurs, ayant accédé aux responsabilités, développait de nouveaux thèmes. Tandis que, de son côté, l’initiateur principal de l’action concertée, le docteur Robert Gessain retrouvait son terrain de prédilection, les Inuits d’Ammassalik, et les chercheurs de son laboratoire étudiaient les Bedik et les Bassari du Sénégal oriental. Cette désaffection tient aussi au fait que les jeunes chercheurs plozévétiens, ayant trouvé une affectation hors de la Bretagne leurs travaux effectués, investissaient d’autres lieux, d’autres domaines. Excepté Donatien Laurent qui, intégrant le Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de l’UBO, développait ses recherches sur la culture orale bretonne, un thème qui n’avait pas été au centre du programme de l’action concertée. Par ailleurs, Mai 68 étant passé par là, les questions des années soixante pouvaient paraître assez datées. Un Mai 68 qui, d’autre part, émoussa le conflit parisien et les brouilles universitaires qui avaient accompagné la parution en 1967 du livre d’Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plodémet[3]. Car cet ouvrage n’avait pas été du goût de tous, la publication contrevenant à une clause d’ajournement à laquelle s’étaient notamment assujettis les historiens, et soulevant des récriminations locales, nous aurons l’occasion d’y revenir. Une opposition de certains Plozévétiens relancée en Mai 68, la petite barricade que connut le village ayant été mise sur le compte de l’influence pernicieuse de l’auteur sur les jeunes Plozévétiens. Une telle hostilité d’une partie de la population, majoritairement des enseignants et des élus locaux[4], fit abandonner un projet formulé dès 1967 par Edgar Morin, et auquel, avec André Burguière, j’adhérais totalement. Il y aurait été question de suivre, de façon décennale, l’évolution des problèmes détectés alors. Mais, ce climat, local et national, ne poussait guère à s’investir dans la mémoire des enquêtes plozévétiennes.

C’est pourtant une idée qui n’a jamais quitté l’enquêteur, venu par hasard dans cette aventure, que j’étais. Et qui n’avait jamais rencontré d’autres chercheurs, sauf ceux de l’équipe Morin et André Burguière[5]. Mais, une aspiration sans cesse repoussée par d’autres obligations, et en raison de l’absence de financement. Sans doute aussi, à cause d’une certaine peur, recueillant toujours des échos négatifs, tant à Paris qu’en Bretagne. Cependant, une obsession qui me fit saisir toute opportunité afin de mieux comprendre ce qui s’était réellement passé dans ces années soixante. Car le provincial, que j’étais alors, n’avait pas su grand-chose de cette vaste opération scientifique. Son ampleur ne m’apparut qu’à la lecture du livre d’André Burguière. Mais sans bien comprendre les raisons d’une telle ambition, ni les dessous de cette affaire, tant elle semblait assez baroque. Pourquoi tant de chercheurs ? Pourquoi tant de disciplines ? Pourquoi des études en anthropobiologie qui paraissaient n’avoir aucun lien avec les autres ? Bref, des questions sans réponse qui laissaient soupçonner une face cachée, qu’il faudrait un jour explorer.

André Burguière

André Burguière, le premier, se lança dans la prospection. Et, en novembre 1999, son intervention au colloque du cinquantenaire du Centre d’études historiques (CRH) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) m’ouvrit de nouvelles perspectives[6]. Pour la première fois, on dévoilait quelques arcanes des commanditaires et responsables des recherches. J’appris que certains d’entre eux avaient émargé à une institution mise en place sous le Régime de Vichy, la Fondation pour l’étude des problèmes humains d’Alexis Carrel [7]. Au-delà d’une certaine stupéfaction, l’information conviait à engager une archéologie de ces enquêtes, invitait à les replacer dans l’histoire des institutions et des politiques de la recherche depuis la Seconde Guerre mondiale, voire avant elle. Tout cela incitait à porter son attention sur l’histoire des disciplines et de leurs rapports. Dans l’intention d’aborder l’action concertée de Plozévet avec le regard distancié de l’historien des sciences. Un programme difficile à mettre en oeuvre en l’absence d’une documentation satisfaisante : rareté des témoignages d’enquêteurs[8], carence des archives très dispersées et le plus souvent non déposées, éparpillement des lieux de consultation des différents rapports.

Donatien Laurent et Marie-Armelle Barbier-Le Dérof

J’ai donc proposé l’idée d’un colloque sur ces différents thèmes à mes collègues brestois du Centre de recherche bretonne et celtique et de l’Atelier de recherche sociologique. Avec l’ambition d’ouvrir le chantier sur Plozévet sur une perspective plus lointaine : rattacher cette expérience à celles que d’autres régions françaises avaient aussi connues. Car, après celui du CRH, différentes initiatives appelaient à se remémorer les grandes enquêtes des années soixante – soixante-dix. Ainsi, au printemps 2002, l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon revenait sur les enquêtes de Plozévet, sujet évoqué quelques mois plus tard par André Burguière à Plozévet même, et devant un parterre d’habitants, lors des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet. L’année suivante, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon organisait une journée d’études, recueillant le témoignage de plusieurs acteurs de la Recherche coopérative sur programme du Châtillonnais. Deux ans plus tard, et au même lieu, un nouveau séminaire reprenait cette expérience. À la fin de cette même année (1965), le Groupe audois de recherche et d’animation ethnographique (GARAE), Ethnopôle de Carcassonne, réunissait un colloque. Il y était question de l’ensemble de ces grandes enquêtes, de Plozévet à la Corse, en passant par l’Aubrac, Minot, les Baronnies et le Pays de Sault. Et, curieusement, en septembre 2005, le département de sociologie de la Kwansei Gakuin University  de Nishinomiya (Japon) en organisait un à son tour, comparant les enquêtes japonaises sur des villages et communautés rurales japonaises à l’aune de celles sur Plozévet. Par ailleurs, l’intérêt pour les archives des SHS commençait à se manifester. Surtout depuis la publication de deux rapports, celui de Roxanne Silberman[9], puis celui de Françoise Cribier[10]. Une sensibilisation plus ou moins  forte selon des disciplines, les historiens et les ethnologues ayant été les plus prompts à réagir. Pour preuve, le séminaire collectif de l’EHESS “Archives et sciences sociales”[11] ou le programme de travail du GARAE « sources et genèses de l’ethnologie en France ». Et, depuis 2003, le dépôt et la réalisation de plusieurs projets de recherche et de séminaires dans le cadre d’appels à propositions du ministère de la Recherche. L’un d’entre eux ayant donné lieu à la mise en place d’un programme « Archives des sciences humaines et sociales » (ARSHS), piloté par la Maison des Sciences de l’Homme de Bourgogne, dans le cadre du réseau des Maisons des Sciences de l’Homme.

Françoise Zonabend, Yvonne Guichard-Claudic, Ali Aït Abdelmalek, Arlette Gautier

Pour monter ce colloque, nous avons commencé à nous réunir régulièrement à partir d’octobre 2006, un quatuor formé par Jean-François Simon, directeur du CRBC, Simone Pennec, responsable de l’ARS, et Laurent Le Gall, du Centre de recherches historiques de l’ouest, et moi-même. Un temps, Ali Aït Abdelmalek, directeur du LADEC de l’Université de Rennes 2, s’est joint à nous. Le thème du colloque qu’il était montait à Rennes sur « Mutations de la ruralité et changements identitaires » étant parallèle au nôtre, il fut convenu qu’il serait associé à notre projet comme dans un cycle de colloques. Puis, ce fut le tour d’Yvonne Guichard-Claudic de l’ARS apportant la dimension de « genre » dans les thèmes que nous comptions aborder lors du colloque bresto-polozévétien. Car, dès le départ, il fut question d’organiser une journée à Plozévet.

Pour moi, c’était comme une ardente obligation de venir une nouvelle fois s’expliquer devant les Plozévétiens, un premier retour officiel des chercheurs ayant eu lieu en 2002 lors des Rencontres régionales CNRS « Sciences & Citoyens », organisées par la Délégation régionale CNRS Bretagne – Pays de la Loire, avec les contributions intellectuelles et organisationnelles du CRBC et de l’ARS.

Une partie de la tribune : Donatien Laurent, Marie-Armelle Barbier-Le Déroff, Nicole Mathieu, Alexandre Albenque, Bernard Paillard

À cette occasion, outre le rappel historique d’André Burguière, Donatien Laurent eut l’occasion de faire écouter certains des enregistrements de chants qu’il avait effectués alors. De mon côté, j’avais réalisé un montage sonore avec des extraits d’entretiens enregistrés auprès des paysans, sur le thème du remembrement. Ce qui engagea une discussion, parfois animée sur ses répercussions et ses aspects négatifs. Ainsi, on évoqua comment il avait été préjudiciable aux petits exploitants. On déplora la perte de la mémoire des parcelles, qui, avant, avaient toutes un nom. Une nostalgie aussi pour le temps d’avant la mécanisation où l’on se rencontrait en allant ou en revenant des champs, où l’on avait le temps de se parler. Mais, quand même, un  remembrement qui avait justement permis une modernisation simplifiant le travail, augmentant les rendements. Ce qui autorisait l’exploitation de la terre avec peu de bras. Mais, aussi, qui liait l’agriculteur aux firmes agroalimentaires. Ces Rencontres CNRS « Sciences & Citoyens » furent aussi l’occasion de projeter en version Betacam l’un des films réalisés par Robert et Monique Gessain. C’est la première fois que les Plozévétiens pouvaient visionner sur grand écran le film sur « Au Bourg ». Un petit événement local que Plozarch a bien l’intention de renouveler, en projetant les uns après les autres la série entière, les conditions de projection de la salle Avel-Dro étant de très bonne qualité.

Dans la série "Les gens de Saint Démet"

Fort de l’accueil du Conseil municipal de Plozévet aux différentes initiatives proposées depuis ces Rencontres de 2002 (opération renouvelée en 2005, puis 2008, avant la prochaine prévue pour mai 2011), j’étais persuadé que l’organisation d’une journée de colloque à Plozévet de ferait pas peur aux édiles municipaux. Après leur avoir exposé nos intentions et notre programme, c’est sans problèmes qu’ils votèrent les subventions nécessaires pour en faire un événement de la plus haute tenue, sans oublier la touche de convivialité, sinon de gastronomie qu’on se plait de trouver à Plozévet. Aussi, qu’il me soit permis de renouveler mes remerciements aux élus du Conseil municipal, en premier lieu à Jean-Claude Stourm qui accompagne toujours mes projets les plus insensés. Mais aussi un merci braz au personnel communal et aux associations qui nous ont aidé à organiser l’événement, en particulier à Colette Lautredou, à Oanell Cabillic, à Ginette Calvez, à Annie Le Goff, à Alan Gales et à Hugues Stephan, ainsi qu’aux membres de l’association “Histoire et Patrimoine de Plozévet” ; sans oublier, bien sûr, les Boulinerien, qui ont su faire partager leur bonne humeur dans un dîner-concert offert aux intervenants.

La proposition de colloque ayant été retenue par la Maison des sciences de l’Homme de Bretagne, et celle-ci lui accordant son label et aidant son financement, le CRBC en assurera l’organisation générale et la tenue de sa première journée à Brest. Que son personnel trouve ici l’expression de ma gratitude.

Bernard Paillard

Suite dans un prochain billet


[1] RCP : Recherche Coopérative sur Programme, terme en fait inapproprié pour identifier les enquêtes de Plozévet. En effet, celles-ci sont des Actions Concertées (AC), un mode de mobilisation de la recherche et de financement sous l’égide de la Délégation à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST), les RCP étant des programmes initiés à partir de 1963, à peu près sous le même modèle par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

[2] Burguière A., Bretons de Plozévet, Flammarion, 1975.

[3] Morin E. Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Fayard, 1967.

[4] Au début de 1968, une émission de télévision Plozévet contre Plodémet, et divers articles dans la presse locale, essentiellement dans Le Télégramme de Brest, laissaient entendre que l’ensemble des Plozévétiens avait été outré par le livre d’Edgar Morin. Une interprétation, toujours en cours chez certains, mais qui ne résiste pas à l’examen historique, les témoignages étant beaucoup plus partagés.

[5]Qui m’avait invité à retourner avec lui à Plozévet en 1974, alors que, mettant le point final à son ouvrage, il entendait faire le point près de dix ans après la fin des enquêtes. Voir :  Burguière A., Bretons de Plozévet, op.cit., “Retour à Plozévet”, p. 347-367.

[6] Burguière A., “Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ?”, in Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales.Réflexions autour du cinquantenaire du Centre de recherches historiques, Cahiers du Centre de recherches historique N° 36, octobre 2005, p. 231-263.

[7] Drouard A., Une inconnue des sciences sociales. La fondation Alexis Carrel 1941-1945, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme de Paris, 1992.

[8] Mis à part la publication du journal d’enquête d’Edgar Morin. Voir : morin e., Journal de Plozévet, Bretagne 1965 (préparé et annoté par Bernard Paillard), Éditions de l’Aube, 2001.

[9] Silberman R.,  Les sciences sociales et leurs données, rapport à M. le Ministre de la Recherche, juin 1999.

[10] cribier f. (avec la collaboration de feller e.), Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la « société civile », Rapport présenté au Ministre délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies, avril 2003.

[11] Sous la responsabilité de : Éric Brian et Jean Jamin, directeurs d’études, Pap Ndiaye, Morgane Labbé, maîtres de conférences, Vincent Duclert, professeur. Sa séance du 15 janvier 2003 traitait des grandes enquêtes, avec, notamment, les interventions d’André Burguière (Plozévet), Joseph Goy (Les Barronnies), Françoise Zonabend (Minot).


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts