Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles

C’est avec grand intérêt que nous avons répondu Eugénie Ollivier, documentaliste, Bernard Paillard, directeur de recherche émérite et moi même, à l’appel à communication pour le colloque « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risque, contraintes, atouts et bénéfices » organisé par la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix en Provence et le LASMIC. Merci donc aux organisateurs de nous avoir permis de participer à cette journée.

Capture d’écran du site http://phonotheque.hypotheses.org/3872, consulté le 7 décembre 2010.

Notre voyage à Aix en Provence nous a ainsi permis d’exposer les différents travaux de valorisation des sources sonores et audiovisuelles de l’Action Concertée de Plozévet (1961-1965) menés dans le cadre des projets Plozcorpus et Plozarch et de confronter cette expérience à d’autres projets. Notre présentation est disponible en format pdf diaporama_plozarch (patience, le téléchargement est long) et voici un bref compte-rendu de ce que nous avons pu voir et entendre lors de cette rencontre.

Florence Descamps, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’EPHE (Paris) introduit la réflexion en s’interrogeant sur la notion du « pourquoi », historicité de la démarche, patrimonialisation de ces archives, contraintes budgétaires, demande sociale de restitution, progrès du droit à la connaissance et des nouvelles technologies ; et du « comment », réflexion sur le droit et les questions déontologiques, sur l’édition de données, et sur le travail collaboratif entre différents métiers. De nouveaux défis, auxquels sont aujourd’hui confrontés les créateurs et les détenteurs de données sonores et audiovisuelles, sont ainsi identifiés : comment partager et documenter ces données, comment pérenniser et transmettre ces corpus, comment protéger les auteurs et les contributeurs de ces données, comment travailler de manière pluridisciplinaire.

Anne Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine au LARHA et à l’Université Pierre Mendès France (Grenoble) démontre, à partir de récits d’expériences (notamment ses recherches autour du STO), comment les archives sonores et audiovisuelles sont à la fois des archives comme les autres mais aussi des archives spécifiques et comment peut-on les exploiter. Elle évoque ainsi la richesse de ces matériaux, issus de ses propres collectes ou de collectes d’autres chercheurs et l’intérêt de les réinterroger car les discours des informateurs évoluent, en fonction du contexte de production des données et des analyses différentes peuvent ainsi être menées. Cependant, il semble nécessaire d’observer un «temps de latence » avant d’effectuer un retour sur ce type de sources. Elle s’interroge alors sur les conditions d’une telle exploitation en pointant les questions de conservation, d’analyse et de diffusion de ces données, à concilier avec les exigences des organismes financeurs très demandeurs de mise en ligne, et les exigences déontologiques notamment la nécessité d’obtenir autorisations et cessions de droits.

Corinne Cassé, Directrice de l’association « Paroles Vives » sur Marseille évoque elle les enjeux éthiques et scientifiques du travail de collecte mené par l’association dans le cas de commandes publiques. De l’établissement d’un cahier des charges, à la restitution de l’ensemble des matériaux collectés, elle revient sur le statut et les pratiques de partage de ces données. Pour cette association, il s’agit d’acquérir dès le début des contrats de cession de droits patrimoniaux, de communiquer sur l’utilisation des données et de réfléchir à leur traitement informatique et documentaire ainsi qu’à leur conservation.

Intervenant sur un volet plus technique, Muriel Duchemin-Chemouny, Ingénieur de recherche à l’ESCoMFMSHS, présente l’atelier littéraire d’ici et ailleurs ALIA mis en œuvre dans le cadre du programme ARSHS (Archives de la Recherche en Sciences humaines et sociales) qui élabore depuis 2001 des outils d’information, de description, d’indexation et de publication de contenus audiovisuels en SHS, soit un corpus de 5500 heures de vidéo. L’objectif d’ALIA est de constituer une bibliothèque littéraire numérique en libre accès et d’éditer des publications spécialisées pour un usage multiple de ces vidéos. Elle évoque les différents niveaux d’analyses effectués sur ce corpus, permis par un logiciel développé par l’INA. Ce travail de description et d’indexation permet une recherche aisée dans les vidéos qui sont segmentées et étudiées de manière thématique en fonction des usages et des destinataires visés.

Leïla Delannoy, Doctorante rattachée au Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO (Paris – Nanterre), travaille sur la création artistique en prison et plus précisément sur les sources audiovisuelles créées en milieu carcéral. Sa recherche se base sur l’étude d’un atelier cinématographique mené à la prison des Baumettes à Marseille, disposant à cet effet d’un véritable studio de cinéma. Utilisant un dispositif d’entretien lui aussi filmique, elle mène son enquête auprès d’un groupe de 8 participants et nous explique ce que peut amener le cinéma en prison. Ces ateliers qui se veulent participatifs permettent aux détenus de redevenir des sujets pensants et agissants. À partir de films, en lien avec la notion de murs et de frontières, fournis par l’INA, des productions sont ensuite tournées en prison et diffusées à l’extérieur.

Lisa d’Orazio, Post-doctorante à l’université de Corse, Chercheur associé à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte) clôture la journée en présentant son travail de mémoire autour des films amateurs en Corse. Cette réflexion sur un corpus constitué d’une centaine d’heures de films déposés à la cinémathèque de Corse soulève un grand nombre de questions : comment travailler sur ces sources muettes, dont les auteurs et les lieux de tournage sont difficilement identifiables, en quoi sont-ils constitutifs d’une mémoire, comment peuvent-ils nourrir la recherche et comment effectuer une sélection. Révélateurs d’une « micro histoire » à confronter à d’autres sources, d’une vision régionale, vue de l’extérieur ou de l’intérieur, ils reflètent également le statut social de celui qui film.

Cette journée consacrée aux sources sonores et audiovisuelles des chercheurs a ainsi permis la confrontation d’expériences et l’échange de différents points de vue sur les questions de conservation, documentation et diffusion de ces données avec en toile de fond le développement des nouvelles technologies. Florence Descamps soulignait l’apparition de pratiques transversales autour de ces archives à la fois matériaux de recherche, œuvre de l’esprit et patrimoine. Enfin, ce colloque a ouvert une réflexion plus large sur la question de l’archive de la recherche, l’archive scientifique.


2 réflexions au sujet de « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles »

  1. Merci de ce compte-rendu qui exprime avec précision la richesse de nos échanges. Les archives orales sont en train de trouver tranquillement – mais avec opiniâtreté – leur place dans la recherche en SHS et j’espère que nous aurons en 2011 d’autres occasions d’échanges et de réflexion.

Les commentaires sont fermés.