Une tradition culinaire, le Kouign des Gras / 3

Le 02 mars 2011, 14h15. Presque tout le monde est au rendez-vous pour la traditionnelle cuisson du Kouign des Gras à la Boulangerie de Bernard Gonidec à Scantourec. Certaines, car l’assemblée est majoritairement féminine, sont accompagnées de leurs enfants, petits enfants, ou enfants d’amies. Une dizaine de « cuisinières d’un jour » comme l’écrira Laurence P. dans son article pour Le Télégramme s’agitent dans le fournil tout en discutant. On se souvient. Certaines venaient déjà faire cuire leur kouign avec leur mère. Elles arrivaient de la côte, Prat-Meur, Brumphuez, avec des charrettes. A l’époque, c’était la grand-mère de Bernard qui tenait encore la boulangerie.

Les kouigns estampillés « Plozarch » avec une recette originale collectée par Monique L. G. auprès de l’ancienne boulnagerie Marzin.

Chacune arrive donc avec sa pâte préparée à l’avance car, tradition oblige, les recettes familiales sont jalousement tenues secrètes. Les pâtes sont ensuite versées dans les moules de la boulangerie et consciencieusement  marqués avec de petits morceaux de papiers aux noms des cuisinières ou avec des coquillages comme pour les kouigns d’Huguette ! Reste à enfourner et aller boire le café le temps de la cuisson.

Madame et Monsieur  Gonidec avec Marie-Jo, habituée du Kouign des Gras, et son petit fils Florian.

Le traditionnel goûter pendant la cuisson du Kouign dans le petit bar de la boulangerie. De gauche à droite : Maryse, Martine, Jeannine, Huguette, Marie-Jo, Sylvie, Marine, Philippine, Maxime et Fatia l’épouse de Bernard Gonidec.

Puis, les kouigns étaient expédiés un peu partout en France, aux enfants, familles, proches, Plozévétiens exilés. Aujourd’hui encore, on s’échange ses gâteaux entre amies et on continue d’envoyer quelques colis gourmands. Quelques jours plus tard, Ronan Sinquin, responsable du bureau de poste de Plozévet, me confirmera cette pratique encore d’actualité. Bien sur, il y a moins de colis qu’avant, mais la tradition perdure et s’étend aussi aux crêpes ou aux pommes du jardin . « C’est un peu une fierté d’envoyer des produits locaux !

Le kouign vu par Marie-Christine de Plozarch.

Un grand merci à Bernard Gonidec, son épouse, Jonathan, l’équipe des cuisinières d’un jour,  de nous avoir permis de partager ce moment avec eux, de mieux comprendre cette tradition et de nous régaler les jours suivants. Merci à Marie-Christine pour les photographies. Un court-métrage sera prochainement réalisé sur cette journée à la boulangerie Gonidec.