À propos de « Collecter la parole de l’autre »

Crédit photo : CRBC

Comment valoriser les archives sonores des enquêtes de Plozévet ?

Parallèlement à Plozarch, le projet Plozcorpus a mis en chantier la numérisation et la documentation des archives sonores des enquêtes de Plozévet, principalement les 300 heures d’enregistrements d’entretiens réalisés par les chercheurs de l’équipe d’Edgar Morin. Une affaire qui, malheureusement, n’a pas pu, pour l’instant, être menée à terme. Faute de financements suffisants, nous avons été contraints de nous arrêter à la moitié de la documentation des fichiers sonore. Nous sommes à la recherche de nouvelles subventions pour terminer le travail engagé, celui-ci devant, normalement, aboutir à la mise en ligne des notices descriptives de chaque fichiers sonores. Espérons. Sinon le travail déjà accompli aura été totalement vain.

Notre aventure n’est pas très éloignée de celle de pas mal de chercheurs qui entendent valoriser leurs sources sonores. Car, depuis une quarantaine d’années, avec l’apparition du magnétophone portatif, de nombreuses collectes de témoignages personnels ont été effectué par les chercheurs en sciences humaines et sociales, que ce soit en ethnomusicologie, en ethnologie, en sociologie et en histoire du temps présent. Beaucoup de ces enregistrements sonores constituent des témoignages inédits et précieux. Mais, qu’ils soient sur bandes ou cassettes magnétiques, en majorité des cas, ils dorment dans les centres de recherches, si ce n’est dans les archives personnelles des chercheurs. Et, souvent, leurs conditions de conservation laissent à désirer. La dégradation de leur support et la raréfaction des appareils permettant de les écouter vont contribuer à leur disparition à plus ou long terme. D’où la nécessité d’engager des programmes de sauvegarde qui passent par leur numérisation. Mais, il ne s’agit pas de numériser pour numériser. Encore faut-il assurer la pérennité de ces fichiers informatiques ; mais aussi leur accessibilité à long terme. Ce qui nécessite le respect de certaines procédures, de la numérisation à la mise à disposition. Une valorisation qui exige la collaboration de différents professionnels : ingénieurs du son, documentalistes audiovisuels, informaticiens, et chercheurs ou représentants du public « cible ». Et qui a un coût assez conséquent.

Dans un  billet récent des Carnets de la phonothèqueVéronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, retraçe l’histoire de la valorisation des archives sonores.

Avec l’accord de Véronique Ginouvès, visualisez sa présentation directement dans cette page :


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts