Collecter la parole de l’autre, aperçu de la table ronde

Voici un bref compte-rendu des différentes communications proposées lors de la table ronde « jeunes chercheurs » consacrée à la production, l’exploitation et la valorisation des données sonores. Cet échange d’expériences a été pensé comme un « survol » des différentes étapes de la chaîne de production d’une donnée sonore et s’adressait à un public étudiant. Des chercheurs, en histoire, sociologie et ethnologie, sont revenus dans un premier temps sur leur travail de terrain et sur leurs méthodes d’analyse des enregistrements sonores. Tandis que dans un second temps, des professionnels de la documentation, du documentaire et du patrimoine ont évoqué leurs pratiques de valorisation de corpus sonores.

Enquête de terrain et analyse des données

Stéphanie Brulée-Josso, docteur en ethnologie, a présenté une méthodologie d’enquête, évoquant les différents types d’entretiens et soulignant leur inscription dans un champ disciplinaire. Entretien directif, semi-directif et donc plus libre, non directif, appelant l’art de la relance et de la reformulation  ou encore récit de vie, sont autant de méthodes différentes pour recueillir des informations sur son sujet de recherche. L’entretien, qu’il soit enregistré ou non, s’accompagne de prise de notes et d’une observation du déroulement de l’enquête.

Céline Petit, ethnologue « du lointain », nous a parlé de ses entretiens « informels » avec des informateurs parfois monolingues (groupe d’Inuits de l’Arctique canadien), nécessitant la présence d’un interprète. Elle évoque la question épineuse de la contractualisation de la relation informateur-enquêteur (souvent orale et enregistrée pour son cas), pratique incontournable mais difficile à mettre en oeuvre sur le terrain.

Céline Angot, doctorante en ethnologie, inscrit sa collecte de mémoire sur les ateliers du plateau des Capucins à Brest dans un projet plus général de création d’un centre d’interprétation du patrimoine in-situ. La visée patrimoniale de son projet de recherche nécessite là encore une contractualisation. L’établissement d’une convention d’utilisation des entretiens sonores et de contrats de cession de droits sur les archives privées qui lui sont remises, se fait en partenariat avec les Archives municipales de Brest.

Valérie Paugam, à l’initiative de Memori’sons, a quant à elle proposé une clarification du statut de ces données sonores. La législation est ambigue. Elle renvoie aux droits d’auteur, patrimoniaux et moraux(qui sont exclusifs) et aux droits de l’informateur, notamment droits d’exploitation, qu’il peut cependant céder. Les archives de la recherche et par extension les enregistrements sonores des chercheurs sont à la frontière du domaine public et du domaine privé, nécessitant la lecture combinée de plusieurs textes législatifs.

Ce premier temps de la rencontre s’est terminé avec l’évocation du travail d’analyse et d’interprétation des données. Mélanie Le Her, doctorante en sociologie, a fait le point sur sa méthode et les différentes « règles » de transcription ; étape longue, parfois fastidieuse mais essentielle selon elle car correspondant à une première analyse. Elle évoque des transcriptions intégrales, étayées de commentaires selon ses prises de notes et ses journaux d’enquête, qui rendent compte à la fois du contenu et du contexte de production. Mélanie Le Her préconise une première retranscription fidèle aux propos du locuteur, et une seconde parfois reformulée pour en faciliter la lecture par un tiers. Enfin, Alain Le Moigne, doctorant en histoire, soulève la question de la complémentarité des sources écrites et sonores, notamment dans le cadre de l’aménagement d’espaces mémoriels, comme il est question pour le plateau des Capucins : confrontation des sources pour recontextualiser les témoignages collectés, pour requestionner le document « officiel », pour élargir le champ de sa recherche et en favoriser sa médiation.

De l’archivage à la valorisation

Le second temps de la table ronde a permis d’aborder les pratiques de documentation, de diffusion et de valorisation des données sonores. Qu’advient-il des matériaux de recherche une fois versés dans un service d’archives, bibliothèque ou un centre de documentation ?

La question de l’archivage des données sonores renvoie à la fois aux enjeux de conservation pérenne et aux possibilités de diffusion. Yoric Schleef, archiviste aux Archives départementales de Quimper, et Eugénie Ollivier, documentaliste, ont largement contribué à la réflexion. Voici un résumé de leurs conseils respectifs : établir un premier inventaire du fonds avec les informations connues, réfléchir à une numérisation générant des fichiers lourds pour la conservations et des fichiers plus légers pour la diffusion, appliquer une analyse documentaire en recourant à des normes de description et d’indexation standardisées, envisager la conservation pérenne des données numériques sur un support de stockage fiable et permettre la diffusion et l’éditorialisation des données en utilisant des formats largement diffusés sur le web, non propriétaires et facilitant la mise en place de protocoles informatiques d’échange de données.

Le dernier temps de cette rencontre a été consacrée à la présentation de différents projets de valorisation d’enregistrements sonores. Valérie Paugam a rappelé les enjeux scientifiques et culturels de la restitution des données, en terme de re-documentation et de réactualisation des connaissances et d’un point de vue mémoriel et patrimonial. Anne-Claire Lainé et Fabrice Derval, tous deux documentaristes pour l’association Longueur d’Ondes, ont quant à eux ouvert le débat en évoquant quelques pistes originales de production et de diffusion des enregistrements sonores. Un point a été fait sur le documentaire sonore comme objet de valorisation d’un travail de recherche. Anne-Claire Lainé a mis en évidence les différences de méthodes entre l’approche scientifique et l’approche documentaire. Cette dernière reposant entre autre sur la construction d’un récit accessible au plus grand nombre, avec une prise de son de qualité. Fabrice Derval a présenté la plateforme sonore locale Oufipo développée par l’association Longueur d’Ondes et destinée à valoriser des enregistrements sonores produits en Finistère. Cette webradio peut être l’occasion d’envisager des collaborations et des projets réunissant chercheurs et documentaristes.

Léna Le Roux et Marion Rochard, chargées de mission au CRBC par la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture pour établir un état des lieux du patrimoine culturel et immatériel français ont conclu cette table ronde.

Le compte-rendu détaillé de cette table ronde regroupant l’ensemble des contributions, dont celle du projet Plozarch relative à la question de la restitution des données aux populations enquêtées, sera bientôt disponible sur le blog.

De mon côté, je suis ravie d’avoir pu participer à cette expérience enrichissante, qui me permettra sans aucun doute de mieux comprendre les fonds d’archives sonores sur lesquels je suis amenée à travailler dans le cadre de Plozarch. Mes remerciements vont donc à l’ensemble des intervenants ainsi qu’aux participants, à Philippe Lagadec et à l’équipe du CRBC, ainsi qu’à Marie-Armelle Barbier, doyen de la faculté de Lettres et Sciences humaines de Brest.

Merci à Gilles Couix, ingénieur d’étude, responsable de la communication à l’UFR de Lettres et Sciences humaines de Brest, pour les photographies de cette table ronde.

Crédit photographie : tous droits réservés Gilles Couix – UFR Lettres et Sciences humaines, Brest