Les enquêtes de Plozévet sur les ondes : le point sur “l’affaire Morin” # 4


Une leçon ?

Quelles furent les suites de cette histoire ? Celle-ci s’étant terminée dans la confusion, certains bruits continuent de circuler, sans doute de façon atténuée, tant du côté de Plozévet que dans le milieu des chercheurs. Ainsi, là-bas, la notoriété d’Edgar Morin aidant, certains pensent qu’il fut l’initiateur et le responsable de l’ensemble des études, dont celles d’anthropométrie (un mauvais souvenir pour certains), comme des films. Du côté des chercheurs, même si certains sont revenus sur leur prévention à l’égard d’Edgar Morin, certaines antipathies n’ont pas disparu. Et l’on peut faire état de propos qu’Edgar Morin auraient tenus. En fait, ceux-ci relèvent plutôt d’une mauvaise compréhension de ceux qui les rapportent, et peut-être d’une divergence d’approche entre disciplines, notamment entre l’ethnologie et la sociologie. Ainsi, on a pu déclarer qu’Edgar Morin entendait susciter des conflits, notamment entre les jeunes et les adultes. Ce qui n’était nullement dans l’intention du sociologue, même s’il a pu soutenir la tentative de création d’un club de jeunes, une initiative qui, loin d’être unique à Plozévet, a marqué l’année 1965 partout en France.  Mais, loin d’écarter l’étude des conflits, Edgar Morin en faisait un instrument d’analyse des réalités sociales, une banalité méthodologique pour le sociologue, mais qui ne faisait pas partie de  l’arsenal méthodologique de l’ethnologue.

Près de cinquante ans après, si les rancoeurs se sont atténuées avec le temps, cette affaire marque toujours en filigrane le climat plozévétien dès qu’on parle des enquêtes. Ainsi, en dépit des galons de respectabilité que sa notoriété confère désormais à Edgar Morin, malgré le fait qu’il ait été fait citoyen d’honneur de la ville de Plozévet et en recevant la médaille lors des Rencontres régionales CNRS “Sciences et Citoyens” en 2002, il y a toujours des personnes qui lui reprochent l’écriture de son livre.

Une certaine sensibilité plozévétienne est donc toujours prête à se réveiller. En témoigne l’aventure récente de deux journalistes venues enquêter. Restituant publiquement à Plozévet le travail de leur premier séjour, le public, pas entièrement séduit, fut «un peu gêné par un certain angle caricatural puis quelques contradictions», selon le compte-rendu de Ouest-France1. Le journal précisant que, les enquêtes étant passées par là, les Plozévétiens étaient assez chatouilleux… Conviendrait-il donc d’enquêter avec prudence à Plozévet ?

Mais, ne conviendrait-il pas plutôt d’aborder désormais cette affaire avec l’oeil de l’historien ? Plozévet est un moment important de l’histoire des sciences humaines et sociales, à une époque où s’expérimentaient, en France, les enquêtes de terrain au plus près des réalités et des gens. Une nouveauté qui est sans doute à l’origine des erreurs commises alors. Mais, ces enquêtes sont aussi un moment important de l’histoire de la commune. Et, il est regrettable que les faux pas et les incompréhensions d’alors aient ajourné le dialogue qui aurait pu s’instaurer entre les chercheurs et les Plozévétiens, une façon de débattre des résultats des travaux. Un débat que nous avons inauguré lors du colloque tenu en 2008, mais qui a eu du mal à se poursuivre de façon sereine, “l’affaire Morin” (qui a pu rebondir lors de la publication de son journal, Journal de Plozévet, Bretagne 1965, Édition de l’Aube, 2001) parasitant et paralysant encore certains.

Cinquante ans après, n’est-il pas temps de reprendre cette histoire de façon apaisée ? Et de passer sur ce que certains ont dénoncé comme anecdotes sans intérêt ou comme cancans malveillants, afin d’apprécier objectivement la teneur des diagnostics sur l’entrée dans la modernité qu’Edgar Morin a proposés dans son livre ? Cinquante ans après, on peut prendre la mesure de ses analyses, voir celles qui se sont vérifiées, celles qui ont été prises en défaut. Cette réflexion pourrait suivre la rencontre que nous aurons le 1er octobre avec André Burguière. Historien chargé de faire la synthèse de l’ensemble des études, il nous donnera justement son point de vue d’historien sur ces enquêtes…

Quoi qu’il en soit, cette histoire incite à réfléchir sur la façon dont les chercheurs en sciences humaines et sociales doivent conduire leurs enquêtes et rendre compte de leurs résultats. Si, dans les années soixante ceux qui s’aventuraient dans des enquêtes de « terrain » ont eu à essuyer les plâtres, depuis, et pour partie en raison de leurs mésaventures, les réflexions et les débats ont pris forme au sein de la communauté scientifique, celle des ethnologues, et surtout celle des sociologues. Au point que certains membres de l’Association française de sociologie préconisent que tout chercheur devrait signer une charte déontologique et respecter un « droit des enquêtés », qui, selon d’autres, pourrait menacer le « droit d’enquêter« , avec le risque du judiciarisation des activités de recherche. En 2009, un colloque s’est tenu sur ces thèmes ; un livre en est sorti. À ce jour, le point final n’a pas encore été mis à l’écriture de cette charte, et le débat est loin d’être clos entre ses partisans et ceux qui sont septiques sur son utilité. Nous reviendrons dans un prochain billet sur ces questions, à partir de l’expérience plozévétienne.

Vous voulez relire l’ensemble, rien de plus simple : retour sur le premier article.

1 «Gueule d’hexagone : la commune, vue comme un laboratoire», Ouest-France, 22-23 janvier 2011.

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les enquêtes de Plozévet sur les ondes. Le point sur « l’affaire Morin ». Tous droits réservés.


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts