Archives de catégorie : Expositions

D’un monde à l’autre…, souvenirs d’enquêtés : des chevaux à l’hélicoptère !

« Ras-le-bol des murets ! ». Nous en avions vraiment « ras-le-bol ». Sans parler de l’état lamentable des chemins creux, caillouteux et boueux par lesquels il nous fallait passer pour atteindre nos petites parcelles. Et encore, quand nous pouvions les atteindre ! Certaines d’entre elles n’avaient pas d’accès, il fallait passer par chez le voisin, en lui demandant l’autorisation bien entendu.

C’est pour cela que, même s’il y a eu quelques petites jalousies et quelques petites histoires, nous étions relativement contents lors du remembrement. Nous nous sommes réuni, nous, les agriculteurs de la commune, avec le géomètre et nous avons discuté de la répartition des parcelles pour faire le classement. Le changement effectif a eu lieu en 1965, le jour de la Saint-Michel. Cela a crée un énorme bouleversement.

Les-pionniers-de-Kervinou
Les pionniers de Kervinou, Tal ar sonerien, n°13, octobre 2004

Bien entendu, les changements avaient déjà commencé. L’électricité était arrivée avec peine jusqu’à chez nous et nous pouvions donc aménager nos exploitations de manière moderne. Pour l’organisation de la maison les dames se concertaient pour acheter de l’électroménager. Pour l’équipement de la ferme nous nous sommes regroupés entre agriculteurs. Nous avons créé une CUMA (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) pour acheter du matériel. Des petits outils et des pulvérisateurs au début, puis des engins beaucoup plus gros comme des moissonneuses batteuses. Nous faisions aussi des réunions de vulgarisation pour parler des nouvelles techniques et des nouveaux outils.

moissonneuse

Nos fermes se sont alors transformées. Terminé le manège pour broyer l’ajonc ou les pommes, oubliés la batteuse, les chevaux et la polyculture. Les travaux des champs devenaient plus faciles grâce à nos nouvelles machines. Nous nous consacrions désormais à l’élevage et nous faisions pousser du maïs pour nourrir nos bêtes. Et pour avoir de bons rendements, nous découvrions la magie de la chimie agricole…

C’est sûr, nous sommes allés trop vite à ce moment là… Nous avons mis trop d’engrais. Mais nous ne nous doutions pas des conséquences et lorsque nous observions les augmentations des chiffres de rendement, nous n’hésitions pas beaucoup !

porcs

vacheLà où nous avons commencé à trouver que ça allait un peu trop loin, c’est lorsque nous avons vu débarquer un hélicoptère pour épandre les pesticides sur les champs. Pendant une ou deux années, c’est de cette manière que la coopérative de Landerneau traitait ses cultures sur la commune. C’était complètement fou ! Ils prenaient des risques inconsidérés en passant sous les fils électriques. En plus ils effrayaient nos vaches, elles s’échappaient et devenaient complètement folles !