Archives de catégorie : Non classé

D’un monde à l’autre…, souvenirs d’enquêtés : pique-nique pour un congélateur

Je me souviens très bien de l’achat de notre premier congélateur. Le groupement de vulgarisation agricole féminin (GVAF) avait organisé un pique-nique au bord de la mer pour parler de l’acquisition d’un congélateur. Nous étions une quinzaine. Nous,  les hommes, y avions également été conviés. Il faut dire que c’était une décision importante à prendre à l’époque.

Le groupement de vulgarisation agricole avait pour but de diffuser et d’expliquer les progrès techniques au plus grand nombre. Ces rassemblements étaient aussi le lieu d’échanges avec les autres et permettaient donc de développer l’entraide et la solidarité entre agriculteurs. Ici à Plozévet, nous avions des réunions avec d’autres agriculteurs du canton, à peu près chaque mois si mes souvenirs sont bons. Un employé de la Chambre d’agriculture venait nous former. Nous étions un groupe de 12 ou 15 hommes. Tous les paysans de la commune ne participaient pas, certains ne souhaitaient pas faire partie de ce groupement. Pourtant, il n’était pas rare de voir la tête de l’un d’entre eux dépasser du talus pour regarder ce que nous faisions lors de nos rendez-vous ! Eux aussi voulaient apprendre les nouvelles techniques…

En 1967, Monsieur Perhirin remporte le concours « Village que j’aime ». Avec ses collègues du groupe de vulgarisation, il a travaillé sur le thème de l’évolution des cultures à Plozévet en développant la culture de la tulipe.
En 1967, Monsieur Perhirin remporte le concours « Village que j’aime ». Avec ses collègues du groupe de vulgarisation, il a travaillé sur le thème de l’évolution des cultures à Plozévet en développant la culture de la tulipe.

Pour les femmes, l’accent était mis sur l’entretien et l’aménagement des maisons, le confort ou l’électroménager. Des conseillères de la Chambre d’agriculture venaient les rencontrer pour discuter en groupes ou les orienter. Par exemple, lors de la construction de notre maison, c’est l’une d’entre elle qui nous a incité à prévoir l’installation d’un WC à l’intérieur.

CongélateurEn ce qui concerne l’acquisition de ce congélateur, au début, nous envisagions de l’acheter en commun, entre plusieurs familles. Nous comptions nous en servir un peu comme d’une chambre froide pour y déposer les morceaux de veau ou de cochon que nous avions l’habitude de tuer ensemble et de partager.

A la fin du repas, nous avons décidé d’envoyer quelques femmes en mission à Saint-Urbain. Elles étaient chargées d’examiner les différents modèles et de décider lequel serait le plus approprié. Finalement, elles sont revenues en disant qu’il était préférable que chaque famille ait le sien. Un congélateur commun impliquait trop de contraintes. Notamment, nous ne nous voyions pas aller chez l’un d’entre nous à chaque fois qu’il nous faudrait sortir un morceau de viande…

Nous avons donc acheté nos congélateurs individuels à Saint-Urbain en passant une commande groupée…