Archives de catégorie : Le costume breton

2/La pose de la coiffe en image

Pour Michel Bolzer, la bigoudène est à la fois une des coiffes la plus archaïque et en même temps révolutionnaire. Alors que dans beaucoup de régions la coiffe se pose, pour la bigoudène, le processus est bien plus complexe et prenait une bonne quinzaine de minutes, parfois plus pour les grandes occasions. Dans le film de Robert et Monique Gessain «Le costume», réalisé sur la commune de Plozevet en 1965 dans le cadre des enquêtes pluridisciplinaires, une séquence est consacrée à la pose de la coiffe.

Ecouter l’explication de Michel Bolzer sur la pause de la coiffe bigoudène et son commentaire sur l’une des séquences du film « Le bourg » (1966) consacrée aux ouvrières de la conserverie de poisson.


Pose du koeff bleo et du grib laou sur cheveux peignés.

La pose du koeff bleo, bonnet de velours à 3 côtés, se fait sur les cheveux longs et peignés. Puis, on vient passer un peigne courbe et rond aux deux extrémités aplaties, legrib, sous le bonnet de velours. On retrousse ensuite les cheveux par derrière sur le dessus de la tête et on fait un ondulation dans les cheveux sur le haut du front avec une aiguille, ar vrochenn,  et/ou un peigne à poux, ar grib laou, trempé dans un bol d’eau, parfois un peu de lait et de savon.

Ondulation avec un peigne trempé dans l’eau.

Un ruban de velours de 60 à 70 cm de long et de 5 à 6 cm de large, ar vouloutenn, est ensuite posé avec deux doigts à la racine du peigne et fixé de chaque côté de la tête par des épingles. Les cheveux sont ensuite enroulés en bourrelet et le ruban de velours vient reposer par dessus. La base de la coiffe est donc montée. Reste à poser le cylindre de broderie.

Ar vouloutenn

On enroule les cheveux en bourrelet.

Le ruban repose par dessus le bourrelet.

Dans le film, on entend «L’absence de lacets pour fixer la coiffe de dentelle sur le koeff bleo est caractéristique de Saint Demet». On épingle donc, le dalet, partie arrière de la coiffe qui cache le chignon, puis ce sont les lacets, al lasennou, qui sont accrochés sur le haut de la coiffe sur la partie non brodée (les ailes dites an algennou) avec des épingles à tête en nacre. Enfin, le cylindre en broderie, ar hoeff, vient recouvrir le dalet. Les lacets sont ensuite plaqués puis épinglés sur la coiffe.

Pose du dalet, du cylindre de broderie, épingle et lacets.

Un des lacets a une broderie en son milieu. C’est le lacet non brodé qui est torsadé sous le cou et glissé dans le lien du bonnet. Un premier noeud simple est fait avec le lacet restant, puis un second noeud avec la partie brodée, le lagadenn, noeud final, tourné vers le bas, en tout cas jusqu’à la seconde guerre. Michel précise que les filles de la côte ont ensuite, par souci de coquetterie, fait le noeud par en haut et tournée vers l’arrière.

Crédits photographiques : toutes les photographies sont extraites des films « Les gens de saint Demet« , 1961-1966, conservés au Musée de Bretagne et à la Cinémathèque de Bretagne. Tous droits réservés. Utilisation et reproduction interdite.