Archives de catégorie : Souvenirs d’enquêteurs & d’enquêtés

Souvenirs d’enquêtés, 45 ans après, retour à La Trinité

Lors de la grande enquête de Plozévet, Pierrot Stephan, agriculteur et syndicaliste engagé, avait été interrogé à plusieurs reprises par les équipes de chercheurs. Mercredi 19 janvier 2011, je pars à sa rencontre, en compagnie d’Albert Coïc, au village de La Trinité. Tous deux se nourrissent d’un point commun ; un profond attachement à l’équipe de football de la commune « La Ploz ». Je prépare donc cette rencontre en recherchant, encore une fois, dans nos archives : séquence du film « Les agriculteurs » en tête et entretien mené par Edgar Morin et Romain Denis en main, nous voilà chez Pierrot Stephan.

Une des actions menées par le groupe de vulgarisation des agriculteurs. En mars 1967, Jean Perhirin, avec ses amis du groupe de vulgarisation (Raymond Bourhis, Henri Bescond, Jean Perhirin, Pierre Sclaminec et Pierrot Stephan), remporte le premier prix du concours régional « Village que j’aime » avec la mise en place de cultures florales de tulipes.

Parcours d’un agriculteur de la Trinité

Pierrot Stephan a exercé le métier d’agriculteur jusqu’à 62 ans, sur le village de la Trinité à Plozévet. Il disposait alors d’une vingtaine d’hectares dont 10 qui appartenaient à 17 propriétaires différents.. Albert lui demande « Tu n’étais pas maraîcher ? ».

« On faisait des légumes de plein champ, pour les usines, des carottes, de la production laitière et un peu de porcherie, mais après, est venue la porcherie industrielle. Pour la production laitière, on avait 24, 25 bêtes. » Il se rappelle « On était en progression constante, alors on rallongeait le hangar, on creusait des fosses, une vraie gymnastique quoi ! Le lait était vendu à la ferme mais aussi livré au bourg, en sac plastique, c’était avant les bouteilles et à l’usine Entremont ».

Au début, il travaille en binôme avec son père dans la ferme familiale et en 1959 il devient chef d’exploitation ; il a alors une trentaine d’années. A cette époque, de nouvelles formes de coopérations agricoles apparaissent avec les CUMA (Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole) et les GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun). Pierrot Stephan me dit : « Moi, je faisais partie d’un groupe familial avec les deux frères de mon épouse. On formait une équipe mais rien d’officiel. On achetait le matériel en commun, on copiait le fonctionnement des organisations syndicales ». Et c’est comme ça qu’ils ont acheté leur première moissonneuse batteuse. Et d’évoquer un souvenir « En 1957 {il était salarié agricole avec Albert Hénaff} j’ai été son premier chauffeur. Ma première pédale d’embrayage ça a été la moissonneuse ».

Son fils Jean-Paul a créé une usine d’électrothermie à Plozévet, dans les années 70, à l’âge de 20 ans. Il avait déjà compris que la ferme de la Trinité ne serait plus rentable, trop petite avec ses 10 hectares et pas assez isolée pour faire une porcherie moderne. Aujourd’hui, Pierrot Stephan a 83 ans et ses terres sont louées à 2 exploitants.

Les enjeux agricoles et l’engagement syndical

Extrait des films Les gens de Saint Demet, « Les agriculteurs », de Robert et Monique Gessain, réalisés de 1961 à 1965 dans le cadre du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. Séquence sur l’entretien de Pierrot Stephan (à droite sur la photo) et Pierre Sclaminec (à gauche sur la photo) par l’enquêteur Michel Izard.(Musée de Bretagne – Cinémathèque de Bretagne)

Je lui montre une photographie extraite du film « Les agriculteurs » de Robert et Monique Gessain. On le voit en pleine discussion avec un chercheur et Pierre Sclaminec, à l’époque lui aussi agriculteur et responsable syndical. J’ai aussi apporté avec moi le compte-rendu de son interview avec Edgar Morin et Romain Denis. Quel souvenir garde-t-il du passage des chercheurs sur sa commune ? Pour le film, il se rappelle « Cette réunion, c’était chez Pierre Sclaminec, c’est d’ailleurs sa voix qu’on entend pas la mienne. J’avais couru pour être à temps et même pas le temps de se raser ! ». Il rit. À l’époque il était responsable syndical. « Certains n’ont pas trop apprécié les chercheurs {ceux de l’équipe Morin} mais les agriculteurs si. C’était l’occasion de s’exprimer, on était à une époque de changement, les chercheurs nous comprenaient. » Pierrot Stephan nous dit qu’il n’a « jamais regardé le blanc et le rouge » c’est-à-dire les orientations politiques. Avec Pierre Sclaminec, ils avaient été interrogés sur leur point de vue de syndicalistes. « On a toujours été responsables ensemble. Je savais qu’en ne participant pas à la vie active, je risquais de rester derrière. On faisait des choses économiques, ensemble on allait voir les usiniers, on évoquait le problème des courtiers qui prenaient des commissions. »

On évoque quelques syndicalistes de l’époque, Alexis Gourvennec, Marcel Léon. Pour Pierrot Stephan « C’était des gars qui ruaient dans les brancards. Ils avaient été enfermés à Morlaix{lors des mouvements des agriculteurs}, nous, on est parti avec un car du secteur bigouden pour leur sortie de prison et on les a porté en triomphe. » Aujourd’hui le parcours de ces deux syndicalistes a profondément évolué. Albert se demande encore pourquoi à l’époque les petits paysans bretons avaient voté pour des syndicats industriels. Pour Pierrot Stephan, «il n’y avait pas 36 solutions et pour faire le poids, il fallait rester groupés. »

Des dissidents à la municipalité

Profession de foi

Pierrot Stephan s’est aussi engagé auprès des citoyens de Plozévet en participant à la vie politique locale. Il se rappelle la situation politique de Plozévet après 1945 « À la sortie de la guerre, une grande partie de la population était communiste, mais personne ne voulait le poste de maire. Il avait été convenu que le maire serait radical-socialiste et le premier adjoint communiste » À partir de mars 1971, il est second adjoint du maire Corentin Le Guellec. En 1977, Pierrot Stephan et quelques autres plozévétiens fondent une seconde liste « La liste démocratique de gauche ». Il revient sur cet épisode : « « Pour donner un choix de candidature aux électeurs, nous avons donc proposé une seconde liste. Quand on a démarré, on nous appelait les dissidents.» Il faudra attendre les élections municipales de 1989 où il élu au second tour sur la liste « Plozévet Rénovation ».

Engagé sur tous les terrains, Pierrot Stephan et « La Ploz »

« J’ai commencé à jouer au foot à l’âge de 15 ans, le terrain n’était pas loin. »Et de joueur, il est passé président pendant une dizaine d’années. Albert m’explique que l’on s’apprête à fêter les 90 ans de « la Ploz ». À cette occasion, il enquête sur son histoire : collecte d’images, de témoignages, recherches aux archives municipales et départementales. Car « La Ploz » c’est les joueurs, les entraîneurs et les matchs, mais aussi des banquets annuels, des élections de miss, les travaux du stade… Aujourd’hui il y a plus de 200 inscrits.

Sur la photo du haut, Pierrot Stéphan au mi lieu du premier rang, sur la photo du bas, à gauche du premier rang.

Pierrot Stephan se souvient d’un entraîneur un peu spécial dans les années 40. « C’était un entraîneur d’athlétisme, ancien marin d’état, qui faisait de la résistance et était garde-champêtre à Audierne. » Puis, d’évoquer avec Albert les nombreuses équipes de quartier « Les choux-fleurs », « Les misérables », « Les bourgeois », « Les coqs de bruyère » «Les mal chaussés»…

Un prochain billet fera état des recherches d’Albert à ce sujet.