Ce que révèle l’affaire Morin – 1

L’énergie des réactions négatives interroge. Essentiellement le fait d’enseignants, ce que confirme le visionnage des diverses émissions de télévision qui ont suivi Plozévet contre Plodémet, elle trouve sa source dans un épisode, qui vu de l’extérieur paraît sans importance, le soutien de Morin à un club de jeunes.

    Cependant, la vigueur de l’emportement témoigne d’autre chose. Vraisemblablement d’une blessure, plus fortement ressentie par certains, lié à un malentendu : à Plozévet, Edgar Morin n’avait jamais formulé son intention d’écrire un livre, que d’ailleurs, au moment de son séjour, il n’envisageait pas. Aussi, d’aucuns, s’étant laissé aller aux confidences, se sont sentis piégés, ayant accordé leur confiance à quelqu’un devenu familier, mais qui poursuivait un autre but que la relation amicale.

Proximité/indiscrétion

    Aussi, ce rapport de proximité fut-il ressenti comme un marché de dupes. La frontière de ce qu’ils considéraient comme leur intimité individuelle et collective avait été franchie. Une limite bien difficile à percevoir par une personne extérieure ne mettant pas nécessairement les mêmes bornes à l’indiscrétion. Ainsi, la simple photo d’un homme en train de trinquer suscita la colère. Comme si elle ravivait une stigmatisation intégrée : alors qu’Edgar Morin entendait illustrer la convivialité des buvettes, on vit dans l’image la dénonciation d’un alcoolisme dont tous les Plozévétiens seraient affublés1.

    À l’époque, le problème des limites du dévoilement de la réalité étudiée n’était pas évoqué par les chercheurs. Il est vrai que la question ne se posait pas pour la majorité d’entre eux, abritée derrière la neutralité du questionnaire. Si, pour un écrit au plus près du terrain, une clause d’anonymat était retenue (changement des toponymes et des patronymes), elle n’offrait guère de protection locale. Tous se reconnurent. Parfois à tort cependant, ce qui multiplia les équivoques.

Intervention sociologique/ingérence dans les affaires locales

    Dans les années soixante, l’idée de recherche-action ou d’intervention sociologique était aussi étrangère à l’enquête canonique en sociologie que la recherche participative. Importée des États-Unis par des psychosociologues cliniciens, la méthode mise au point par Kurt Lewin était en voie d’adaptation au contexte français. Une recherche-action cependant liée à la demande explicite d’un groupe en quête de changements. Ce qui, en aucun cas, n’était adapté à Plozévet ; et nullement dans les intentions originelles d’Edgar Morin. C’est à la suite de l’intervention de Georges Lapassade2 qu’il intégra quelques idées à sa méthode, les cantonnant à un interventionnisme vague et bien peu opérationnel. Mais, lors du passage de Lapassade un acte irréparable aux yeux de certains Plozévétiens et assumé par la suite par Morin avait été commis : la création d’un comité de jeunes. Le soutien, qu’il lui accorda par la suite, fut à l’origine d’un discrédit qui pesa sur lui pendant de nombreuses années, et qui est toujours perceptible chez certains. Le fait d’avoir assisté ces jeunes dans leur désir de créer un foyer pour eux seuls, à l’abri du regard des adultes et ouvert à tous, indépendamment de leur origine sociale et de leur appartenance religieuse ou politique, fut ressenti, par certains, comme une intolérable immixtion dans les affaires de la commune. Un reproche venant essentiellement du milieu des enseignants. Pour eux, Edgar Morin encourageait les jeunes à échapper à la tutelle des parents, à s’adonner aux loisirs pervertis de la jeunesse yéyé, voire au flirt ou à l’alcool. Cette critique explicite du yéyé est significative : l’étude de Jacques Maho sur la réception de la culture de masse à Plozévet3 a révélé leur assez grande réticence face à une culture jugée abêtissante, face à une télévision leur retirant le prestige du savoir. En 1965, on percevait donc les prémices d’un malaise grandissant du corps enseignant face à une adolescence en voie d’affirmation et moins encadrée par des parents plus laxistes envers des valeurs qui prévalaient chez les enseignants.

    Et, l’affaire du comité des jeunes, rapidement close par minage interne, devait rebondir un peu plus d’un an après le départ d’Edgar Morin, en Mai 68. Plozévet y connu sa barricade, quelques malheureuses planches mises en autodafé au bas du bourg par une poignée de jeunes en mal de retour de bal. Ce qui valut l’intervention de la gendarmerie et l’embarquement de ceux qui ne coururent pas assez vite, puis leur rétention à la brigade de Pont-Croix. Un monôme adolescent mis par les autorités enseignantes et municipales sur le compte de l’influence néfaste d’un Edgar Morin ayant fait souffler à Plozévet le vent mauvais de la ville. Un événement qui défraya beaucoup plus la chronique médiatique et locale que cet autre pourtant autant, sinon plus, significatif, la tenue d’une assemblée de jeunes à l’initiative d’anciens membres du comité des jeunes. Plus d’une centaine de jeunes y ont débattu de politique et des événements du pays.

De l’écriture

    Si le trait d’écriture, la formule élégante, voire le mot d’esprit peuvent séduire certains, cette écriture, peu conforme aux normes universitaires, a aussi le don d’irriter bon nombre. D’ailleurs, les libertés langagières, dont Edgar Morin était coutumier avant Plozévet, l’avaient discrédité aux yeux de confrères pour qui ce genre essayiste ne pouvait prétendre faire science. Ainsi Robert Mandrou, dès la première note de son article “À propos d’un microcosme breton : Problèmes de méthodes pluridisciplinaires”, dénonce ces “jeux de mots où l’auteur s’amuse”, des “formules grinçantes”, et un abus des ismes. En bref, un “langage où la création de vocable est la règle à chaque page (…) ; le ton d’un livre qui se veut ethnologique au sens le plus fort du terme, traduisant parfois, par d’infinies nuances qui étonnent chez un sociologue de la praxis, un certain mépris”4. Une citation que ne nieraient pas les plus farouches opposants plozévétiens à Morin, qui ont ressenti certains passages comme insultants. Des traits d’esprit incompris, mais qui ont blessé. Des néologismes obscurs, tel “sub-tropézo-germano-pratin”, qui ont laissé entendre que le livre était réservé à une élite férue de parisianité. De formule en formule, l’irritation a déclenché chez eux une allergie totale et définitive.

Du changement des noms

    Procédure illusoire d’anonymisation, le changement des patronymes et des toponymes a d’abord soulevé la curiosité, les gens cherchant à se reconnaître et à identifier les autres. Des livres ont été épluchés, soulignés, avec une prédilection pour les anecdotes, pour les transcriptions de propos prêtés à tel ou tel. Ce jeu, parfois amusant, quelquefois malsain, a fini par dresser le tableau d’une petite comédie humaine plozévétienne, avec ses personnages en vue bien vite reconnus, et ces autres, anonymes, devenus, malgré eux, les héros de cette pièce sociologique. Aussi, le parti-pris scripturaire de rester fidèle à la singularité des faits et des hommes a induit une lecture où l’accessoire, le secondaire, le contingent sont devenus centraux. D’où, chez certains, l’impression et la dénonciation de ce “Clochemerle plozévétien”, un mauvais roman jugé plein de rumeurs et de cancans. Une minorité, s’étant reconnue parfois à tort, s’est indignée d’être jetée en pâture aux regards des voisins, et à ceux d’inconnus venant de l’extérieur. Une frange de la population qui a donné le ton. Si avec le temps elle ira s’estompant, la mémoire collective gardera pourtant le souvenir de ses blessures.

    Autre effet assez inattendu de ce travestissement : le sentiment d’une atteinte à l’identité individuelle et collective, certains sobriquets jugés caricaturaux, par exemple le recteur Jain devenant l’abbé Abel, ou un agriculteur, particulièrement entreprenant, surnommé Astérix. Ce clin d’oeil aux irréductibles Bretons, s’il a pu amuser, loin de plaire à tous, a été ressenti comme une coquetterie d’autant plus parisienne que, par ailleurs, l’auteur écorchait le breton dans ses bricolages patronymiques et toponymiques pseudo bretonnants. Un dommage à la langue, un affront à l’identité collective.

    Aussi, en se soumettant à l’obligation explicite de la profession d’anonymiser (comme pour les films, Plozévet devenant Saint Démet), Edgar Morin a involontairement froissé l’identité plozévétienne de certains, plus largement bigoudène, voire bretonne. Aussi, il n’est guère étonnant si c’est parmi le monde des lettrés bretons que l’on trouve ses plus farouches détracteurs, enseignants plozévétiens, Pierre-Jakez Hélias, plus tard, Jean Rohou5 et d’autres intellectuels plus anonymes. Et aussi chez des militants de la cause bretonne, culturelle ou politique, à une période de renouveau du régionalisme breton6.


 1 Archives Edgar Morin, op. cit.

2 Georges Lapassade (1924-2008), fils de petit paysan, poursuit des études de philosophie après un passage à l’Éducation nationale comme instituteur. Se formant à la psychanalyse, rencontrant la psychosociologie américaine, il se fait connaître par son premier ouvrage, L’entrée dans la vie (Paris, Éditions de Minuit, 1963) où il défend la thèse de l’inachèvement de l’homme et la nécessité d’une formation permanente. Attaché de recherche au CNRS (1957-1965), maître-assistant à l’Université de Tunis puis de Tours, en 1972, il devient professeur des sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, cadre dans lequel il développe ses conceptions de l’analyse institutionnelle, de la microsociologie, tout en étant un des introducteurs en France de l’ethnométhodologie. En venant à Plozévet, il comptait rallier Edgar Morin à une nouvelle méthode venue d’outre-Atlantique : l’action research dont un des promoteurs était le psychosociologue Kurt Lewin. Une recherche-action qui, loin de se contenir dans l’observation distanciée, entendait intervenir dans et sur la réalité analysée en vue de la transformer.

Maho J.« Rapport d’enquête sur la diffusion de l’information à Plozévet », première partie, 1963, 193 p. dactylographié, deuxième partie 1967, 61 p., dactylographié.

Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441.

5  Rohou jFils de plouc, Éditions Ouest-France, 2005.

À ce propos, Edgar Morin expliquera que c’est après son enquête et son livre qu’il a pris conscience d’une dimension et d’une spécificité bretonnes, lors d’un débat organisé par l’Union démocratique bretonne. A l’époque, ce mouvement fut partagé quant à l’appréciation par ses militants de l’ouvrage. Si dans Le Peuple breton, son journal, la recension se félicitait du diagnostic porté sur les problèmes soulevés à Plozévet, par la modernisation, elle critiquait l’absence d’explication convaincante des malaises justiciable, selon elle, de la perte d’identité bretonne


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes