Ce que révèle l’affaire Morin – 2

Le relais de l’écriture de presse

    Les médias jouent un rôle considérable dans la construction d’une critique des écrits ethnographiques par les enquêtés. Un titre peut disqualifier une étude. Les Indiens de Bourgogne (en question la RCP du Châtillonnais), La sorcière du CNRS (Jeanne Favret-Saada enquêtant sur la sorcellerie en Mayenne), Un américain chez les sauvages (Laurence Wyllie en Provence)Les Yéyés du Finistère, Plozévet contre Plodémet (Edgar Morin à Plozévet) ont causé des torts difficiles ou longs à redresser par la suite. Récemment encore Pascal Dibie, l’ethnologue de sa tribu, a fait les frais de cette écriture de presse1.

    Cette façon de caractériser le chercheur de terrain accentue l’inévitable différence entre celui-ci et ceux de celui-là, la transformant en irréductible opposition, faisant de l’un une sorte de prédateur venant voler la parole de l’autre. Ce qu’exprime à sa façon un interviewé de Plozévet contre Plodémet : “il est venu ici comme un véritable mercenaire”, imaginant que son seul intérêt était de faire beaucoup d’argent avec son livre. Le sociologue démasqué, comme titrait Le Télégramme de Brest, avait donc des intentions secrètes malsaines. Comme s’il constituait en lui-même une menace pour le groupe étudié. Prédateur, manipulateur (Edgar Morin, chef occulte du comité des jeunes), voire violeur de la conscience des jeunes (supra, lettre d’un Plozévétien à Edgar Morin), l’auteur de Commune en France, comme tout chercheur de terrain, endosse la figure ambivalente de l’étranger telle que l’a analysée Georg Simmel2Distant et proche en même temps, le chercheur de terrain n’échappera jamais à l’ambivalence de cette posture.

Distance et proximité : l’étranger-chercheur ?

    Comme l’étranger de Simmel, il reçoit des confidences, on lui livre des secrets que l’on cache à ses intimes. Comme lui, il se situe à la frontière du dedans et du dehors. Comme lui, il n’est pas prisonnier du poids intégrateur du groupe, une liberté de mouvements physiques et intellectuels qui lui permet de penser autrement que le groupe et qui lui laisse la guise partir et de revenir. Réfléchissant sur les digressions sur l’étranger de Simmel, Alavaro Pires a créé le conception d’étranger-chercheur. Se calquant sur le texte de Simmel il définit son rôle spécifique : “Il est plus libre pratiquement et théoriquement, il examine les relations avec moins de préjugés, il les soumet à des modèles plus généraux, plus objectifs, il ne s’attache pas par ses actes à respecter la tradition, la piété ou ses prédécesseurs”. Pour Simmel, la figure de l’étranger est celle qui  exprime le mieux la relation de connaissance “qui comporte une dimension de distance et une dimension de proximité, et surtout une combinaison particulière de ces dimensions et une tension mutuelle”3.

    Mais, comme l’étranger, de Simmel le chercheur court les risques que lui donne sa liberté d’esprit. N’étant pas prisonnier des comportements et des façons de penser de la société qu’il étudie, il apparaît aussi comme une force susceptible de la mettre en péril. Une position qui “l’expose à l’accusation de faire le jeu des ennemis extérieurs, d’être un facteur de troubles”4. Surtout s’il sort de sa position pour s’immiscer dans les affaires du pays, comme un Edgar Morin perçu comme partisan de jeunes dans leur conflit avec les autorités et le monde des adultes. L’exigence d’une telle position de retrait condamnerait-elle toute intervention aussi minime soit-elle ?

De l’implication des enquêtés

    Peu conscient à l’époque des problèmes que poserait son idée d’intervention sociologique, Edgar Morin l’avait cependant fondé sur un principe de dialogue et d’apport mutuel de connaissance. D’où ce voeu de constituer des groupes d’habitants devant réfléchir sur leurs problèmes et ceux de la commune, afin de confronter leurs analyses avec celles des chercheurs, dans une sorte d’États généraux de Plozévet. 

    Idée sans doute généreuse, mais qui n’a connu aucunes prémices de réalisation. Sans doute pour de raisons contingentes, dont la modicité des crédits alloués à l’enquête. Mais, plus vraisemblablement, parce qu’un tel projet ne s’improvise pas. De la constitution des groupes à la présentation du résultat de leurs travaux, en passant par leur formation à la recherche, tout exige méthode, persévérance et implication de ces enquêtés-enquêteurs. Ce qui était impossible dans le cadre de l’enquête morinienne, limitée dans le temps et, surtout, avec une équipe n’ayant aucune expérience en ce domaine. Il y avait quelque candeur à croire qu’un seul souhait pouvait suffire à susciter des vocations de chercheurs locaux, là  où une action spécifique et de longue durée eût été nécessaire


1 Dibie pLe village retrouvé, Essai d’ethnologie de l’intérieur, Éditions de l’Aube, 2005.

2 Simmel g, “Exkurs über den Fremden”, Soziologie, Leipzig, Duncker Und Humblot, 1908. Traduction de cet article dans Y Graftmeyer, I. Joseph, ‘L’école de Chicago – Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1979.

3 Pires a, “De quelques enjeux méthodologiques d’une méthodologie générale pour les sciences sociales” (1997)un document en version numérique.

Raphaël f, “L’étranger et le paria dans l’oeuvre de Max Weber et de Georg Simmel, Archives des sciences sociales des religions, Année 1986, Volume 61, N° 61-1, pp. 63-81.


Retour au début de cette historique

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes