1) Une histoire à rebondissements

Premier acte : à l’automne 1966, la Revue française de sociologie publie un article d’Edgar Morin : “Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au divertissement et aspiration à la vie bourgeoise dans une commune du  Sud-Finistère”1. Il y décrit les teenagers plozévétiens aspirant à l’autonomie,  et cherchant à se dégager de la tutelle parentale et plus largement adulte. On les voit attirés par les modes de la ville, travaillés par la culture “jeune” que symbolise le “yéyé. Analysant la création puis l’échec d’une maison de jeunes, il explique ce ratage par la combinaison de causes endogènes et exogènes. D’un côté, ce mouvement de jeunes était traversé par des divisions internes liées aux origines sociales, de l’autre, il fut fortement contrarié par les autorités locales qui récusaient leur aspiration à la liberté et au droit au divertissement. Un hebdomadaire, Le Nouveau Candide, demande alors à Edgar Morin l’autorisation de publier quelques extraits. Ce qu’il fait, après avoir obtenu accord de la direction de la Revue française de sociologie, dirigée alors par Jean Stoetzel. L’article paraît sous le titre “Les Yéyés du Finistère”, agrémenté de quelques photos n’ayant rien à voir avec Plozévet, et des sous-titres assez tapageurs de la rédaction. En retour, l’auteur reçoit deux lettres, l’une d’un Plozévétien très outré, correspondant local du journal régional Le télégramme de Brest, l’autre d’un étudiant en journalisme et militant de la cause culturelle bretonne (Jeunesse étudiante bretonne – JEB). Le premier écrit : “Comment avez-vous pu écrire de telles ordures sur la jeunesse de chez nous ? (…). Je comprends très mal que vous ayez abusé de la candeur des jeunes et des moins jeunes pour “violer” leur esprit ? (…). En avilissant la jeunesse de chez nous, vous vous avilissez à nos yeux”. .L’autre estime qu’il s’agit “d’une analyse de la société bretonne totalement fausse”, les critères retenus étant bons “pour étudier les minets qui hantent le boulevard Saint-Michel”. Les loisirs auxquels fait référence Edgar Morin “sont bons pour les touristes”. “Finalement, votre enquête sociologique est applicable à tous les jeunes de tout pays. À condition de n’en considérer que 5%… Et de mentir un peu”3. Un double réquisitoire qui récuse l’influence du “yéyé” sur les jeunes Plozévétiens, le premier, célébrant la jeunesse studieuse de Plozévet, elle serait heureuse que ce soit un écho à celui des yéyés du Finistère”. Méritant un grand coup de chapeau, “elle suit la voie tracée par les anciens”, Henri Normant l’académicien, Henri Le Moal le recteur de l’académie de Rennes. Le second se promettant d’aller à la recherche “d’un ou deux yéyés du Finistère, si j’en trouve”.

Deuxième acte : Morin fait paraître son livre. Outre les polémiques qu’il suscite dans le microcosme des chercheurs et de la DGRST, la publication ravive immédiatement le contentieux local. Le correspondant du Télégramme de Brest écrit de nouveau à Edgar Morin pour dénoncer “un bouquin dans le genre de Clochemerle”. À nouveau, il est question de l’insulte à la jeunesse plozévétienne, qui n’a rien à voir avec celle qu’il a rencontrée à Paris, Place Blanche, cette “jeunesse hagarde en perpétuel carnaval de costume”. Préférant “la jeunesse de chez nous, elle est plus propre que ces épaves certainement droguées”, il rappelle à l’auteur comment il a cherché à la monter contre les parents et les adultes, avec ce fameux club de jeunes dont il était le président effectif, quoi qu’il en dise38. Si Edgar Morin reçoit d’autres courriers plus flatteurs, dont l’un l’ayant trouvé “très indulgent pour mes compatriotes”, la polémique prend un tour publique avec la parution d’un long article d’Albert Coquil dans l’édition de Quimper du Télégramme de Brest, et titré “Trahison, le sociologue démasqué”.

Troisième acte : le 9 mars 1968, la télévision régionale diffuse une émission Plozévet contre Plodémet, dont le but, selon le réalisateur de l’émission, Paul-André Picton, est “de voir comment réagissaient les Plozévétiens à propos de l’étude qui leur était consacrée”Dans les studios rennais, Morin est invité à débattre avec Pierre-Jakez Hélias, débat  introduit par le maire de Plozévet et entrecoupé de témoignages de Plozévétiens. Des propos enregistrés antérieurement lors d’un enregistrement public au restaurant Ty Coz, où avaient été invités à prendre la parole “ceux qui avaient des critiques à formuler”, selon les souvenirs d’un Plozévétien. Qui ajoute que dès le début le décor était dressé, une table où se tenaient neuf personnes, toutes très remontées contre le livre. Sept d’entre elles habitaient le bourg, dont quatre enseignants, ce qui fait cinq représentants de cette profession si on ajoute le maire, ancien directeur du CEG.

Quatrième acte : l’émission, faisant référence, l’idée d’une hostilité générale des Plozévétiens envers Edgar Morin se répand en dehors du  cercle local. Et, aujourd’hui beaucoup pensent que la majorité des habitants s’était retrouvée dans ses arguments. Malgré de solides soutiens locaux, telle cette habitante qui, s’empressant de rassurer l’auteur, lui précisa que “certains Plozévétiens se sont ridiculisés à l’émission du 9 mars. Nombre d’entre eux, sauf les imbéciles tels (illisible) et cie, ont retourné leur veste et n’ont plus la même optique envers Edgar Morin et son bouquin… Cette émission de télé t’a été bénéfique. Ta gentillesse est allée droit au coeur des gens du pays”3.


1 Edgar Morin, “Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au divertissement et aspiration à la vie bourgeoise dans une commune du  Sud-Finistère”, Revue française de sociologie, Année 1966, Volume 7, Numéro 4, pp. 435-455.

2 Archives Edgar Morin, « L’affaire Plozévet », Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Pas de cote.

3Archives Edgar Morin, op. cit.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes