2) De quelques principes d’enquête

L’enquête « in vivo » ne s’apprend pas, elle se vit, elle s’expérimente. Les principes qui la sous-tendent ne sont ni des recettes, ni un cadre doctrinaire. Ce sont des guides à actualiser en fonction des enquêtes et des chercheurs. Pour la commodité de l’exposé, ils sont exposés comme suit :  

Distinguer l’enquête de la recherche. L’enquête est collecte d’informations, de données par multiplication des contacts, des “informateurs”, par l’ouverture de nouveaux domaines à explorer. La recherche est une réflexion simultanée sur ces données. Bien que distincte, elle ne doit pourtant pas en être séparée. Paradoxe ? Non : l’enquête génère la recherche qui elle-même régénère l’enquête, qui elle-même…

Avoir une vision stratégique de l’enquête qui redéfinit et modifie son cours et son développement selon une démarche par essais et erreurs. En effet, l’enquête n’est pas élaborée a priori, elle n’obéit pas au modèle rectiligne : construction de l’objet, détermination des hypothèses, recueil des données, analyse des données, établissement des résultats. Elle s’adapte, au contraire, aux situations, à la découverte de données inconnues ou de problèmes ignorés. Elle capte les hasards favorables, les opportunités, voire facilite la naissance de phénomènes nouveaux (intervention sociologique). Il y a donc lieu de fonder la méthode et les techniques en fonction du terrain et selon les sollicitations et les résistances du phénomène étudié. Donc, ne pas adapter l’objet de l’enquête à une seule méthode a priori.

Utiliser plusieurs techniques de façon simultanée, concurrente ou successive, depuis l’observation ethnographique jusqu’à l’intervention, sans rejeter des méthodes plus classiques (travail sur archives, livres, thèses, documents et divers textes, utilisation des résultats d’enquêtes par questionnaires, voire ceux des sondages, utilisation des articles de presse ou des émissions de radio et de télévision).

La convivialité est érigée en technique d’enquête. Par exemple, le “repas sociologique”, invitation au restaurant ou improvisation chez soi, facilite les contacts, comme d’ailleurs l’art de bien boire ensemble (combibendalité). D’une autre façon, la fréquentation des lieux de rencontre permet de consolider des relations ou d’entrer en rapport avec de nouvelles personnes, de recueillir des informations ou des potins divers susceptibles d’ouvrir de nouvelles interrogations, de participer à une vie collective. Ainsi sont définis des « lieux stratégiques »   spécifiques à chaque enquête, tout lieu de sociabilité favorisant l’intégration sociale par « mimétisme sociologique ». Se pose, à ce niveau, la question du : “jusqu’où aller” dans l’observation participante ? Doit-elle être fixée au préalable selon des principes déontologiques ? Doit-elle être laissée à la libre appréciation de chaque enquêteur ? Doit-elle être estimée en fonction des circonstances ? Pour évaluer ce problème, tenir compte de ces trois aspects.

Unifier le travail d’enquêteur et celui de chercheur. La distinction hiérarchique chercheur/enquêteur doit être proscrite. Permettre à chacun de participer pleinement au travail de recueil des données comme à celui de la réflexion, c’est, non seulement donner à tous des conditions optimales d’efficacité (intérêt pour le travail), mais c’est favoriser l’éclosion d’une diversité d’hypothèses à vérifier. Cela ne signifie pas que toute hiérarchie ou distinction soient abolies. Si le responsable de la recherche doit favoriser l’enrichissement du travail commun par celui de chacun, il ne doit pas faillir à sa tâche de direction et de garant des orientations problématiques. Mais, a contrario, il participe comme chacun à la tâche collective de recueil des données. Comme tout enquêteur-chercheur, il conduit des entretiens et se mêle à la vie collective.

L’équipe de recherche ne se fonde pas sur la seule qualification technique. Elle doit intégrer des personnes qui ont un intérêt pour le sujet et pour les problèmes étudiés. L’équipe doit pouvoir entrer en résonance avec le terrain lui-même pour en dégager ses divers harmoniques. Elle doit permettre l’intercommunication et la discussion entre des personnalités différentes. D’où la nécessité de jouer en même temps sur les antagonismes et les complémentarités entre les chercheurs (critique mutuelle). L’équipe est réunie régulièrement pour faire le point du travail effectué. Sont discutées d’éventuelles nouvelles hypothèses et est élaboré le programme pour l’avenir. S’il y a lieu, sont éclairés les problèmes rencontrés par l’un ou par l’autre des membres de l’équipe.

Favoriser la part subjective et affective du chercheur, lui donner même son plein emploi. Cela signifie : tenir compte des compétences et des curiosités individuelles, jouer sur les affinités personnelles, tirer profit des diverses qualités propres à chacun à prendre ou à entretenir des contacts, à investir tels ou tels lieux ou à poser telles ou telles questions. Mais, a contrario, la capacité de s’auto-analyser, l’exigence de vérification, la méfiance à l’égard de ses propres préjugés ou projections, l’aptitude à remettre en question ses idées maîtresses (autocritique) sont non moins essentielles. Le chercheur doit être capable de s’interroger sur lui-même, comme sujet objectivant : la démarche n’a rien de surplombante.

Écrire un journal d’enquête (en théorie quotidien). Y sont notés par le travail effectué dans la journée (interviews, rencontres, anecdotes, etc.), les réflexions personnelles sur l’évolution du travail, les nouvelles hypothèses, les sentiments ou les problèmes ressentis par rapport au travail, à l’équipe ou par rapport à tel ou tel de ses membres. Les observations donnent lieu à des confrontations entre les membres de l’équipe. Ce journal, qui préserve l’intimité de son auteur, circule au sein de l’équipe dans un double but : nourrir par le travail de l’autre le sien propre et réciproquement ; permettre la résorption des tensions pouvant exister entre les chercheurs.

Faire « craquer le terrain » selon ses lignes de force ou ses faiblesses propres, ce qu’Edgar Morin appelait le « cracking intellectuel »La technique du cracking, on le sait, consiste à décomposer le pétrole brut en ses divers éléments stables ou utilisables. Le « cracking intellectuel » entend fractionner le « magma » monstrueux qu’est tout terrain en des composés plus simples. En effet, les diverses techniques d’enquête employées ratissent assez largement, et cette collecte d’informations mêle des éléments importants comme des données plus banales ou plus labiles. L’effort doit donc s’accomplir pour distinguer les niveaux d’analyse qui ne correspondent pas nécessairement à des notions pourtant fortement préétablies. Avant de chercher à articuler, apprenons d’abord à désarticuler. Il ne faut pas « saucissonner le terrain », c’est-à-dire le découper tranche par tranche, champ par champ, donc discipline par discipline. L’analyse consiste, au contraire, à distinguer les éléments, puis à les relier selon des niveaux spécifiques de complexité.

Ne pas opposer démarche explicative et démarche compréhensive. La méthode proposée, tout en ne les confondant pas, entend les utiliser dans leur complémentarité. L’explication, processus abstrait de démonstration, s’appuie sur les données objectivement établies à partir desquelles sont formulées des hypothèses et construits des modèles logiques de causalité. La compréhension, approche liée à l’observation directe, repose sur l’imprégnation par la réalité telle qu’elle est perçue, vécue par les enquêtés et les enquêteurs. Si l’explication permet d’avoir une vision synthétique extérieure, la compréhension favorise une appréhension de la réalité par l’intérieur. D’où la nécessité de conjoindre ces deux façons : la compréhension stimule la démarche explicative en permettant la formulation d’hypothèses à vérifier qui, elles-mêmes, conduisent à dégager de nouveaux problèmes à étudier.

Ne pas limiter a priori son champ ou construire les barrières de son domaine, ces préceptes méthodologiques servant le plus souvent à se préserver des incursions extérieures ou à exorciser des peurs personnelles. Le terrain ne peut être délimité, même s’il est singulier et situé d’un point de vue à la fois historique et géographique. Nous devons y vivre la tension permanente entre le singulier et l’universel, le phénoménal et le fondamental, l’empirique et le théorique, la compréhension et l’explicitation. Il faut savoir poser au cas précis des questions universelles, comme en tirer des réflexions générales.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes