1) La “méthode multidimensionnelle” : les trois voies

L’observation phénoménographique, ce qu’on appelle aujourd’hui « l’observation participante », exige d’être présent au maximum sur place et de participer à la vie locale (bistrots et autres lieux de rencontres, fêtes et cérémonies diverses, etc.), de vivre avec la population (mimétisme sociologique), et de se laisser porter par des opportunités (dérive sociologique). Elle exige deux qualités contradictoires mais complémentaires : un sens aigu du détail significatif (le stendhalisme sociologique), et une vision panoramique et encyclopédique (le balzacisme sociologique). Rien n’est à écarter, et l’observation doit jouer un rôle permanent. Une attention particulière est portée sur tout événement surgissant au cours de l’enquête.

Les entretiens approfondis avec des personnes choisies selon des critères autres que ceux généralement retenus (âge, sexe, catégories socioprofessionnelles). À l’échantillon « représentatif  » est substitué un échantillon « significatif » constitué par des personnes-clés pour l’enquête. Parce ce qu’elles vivent des situations révélatrices, qu’elles occupent des positions stratégiques, ou qu’elles représentent des postures sociales très typiques ou très originales. Aux entretiens approfondis sont jointes des interviews restreintes ou des pseudo-conversations improvisées. Ces échanges, pour lesquels une assez grande liberté de conduite est laissée, sont cependant sous-tendus par une batterie de questions, parfois d’une grande précision14.

 L’intervention sociologique s’apparente à ce qui était connu aux États-Unis, sous le terme d’action-researchPeu développée en ces temps où la science devait être neutre et s’interdire toute immixtion, l’idée de l’intervention sociologique était pourtant dans l’air. Avec, d’un côté, un courant issu de la psychologie sociale américaine de Kurt Lewin à Carl Rogers, et, de l’autre, celui, post-marxiste, poursuivant les conceptions de l’éducation active, tout en se combinant avec la psychosociologie. Ainsi, certains se donnaient comme mission parallèle d’accompagner, sinon de susciter, le changement.

 L’intégration de cette idée à la méthode in vivo, résulte-t-elle du passage de Georges Lapassade à Plozévet4 ? Quoi qu’il en soit, elle est formulée par Edgar Morin après la courte excursion du sociologue de l’analyse institutionnelle. Mais pour prendre une teneur différente. Là où Lapassade l’entend comme un levier de transformation de la réalité sociale dans un sens autogestionnaire, Edgar Morin lui attribue plus une vocation de “conscientisation”, une façon de donner aux groupes sociaux une plus claire conscience de leurs problèmes et des solutions à leur apporter. À l’interventionnisme décisif de l’enquêteur, il opposait une maïeutique sociale plus discrète, un rôle d’accompagnement.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes