2) Décloisonnement et interdisciplinarité

En France, au début des années soixante, les disciplines des SHS n’ont pas le même statut universitaire. Les unes, constituées de longue date comme l’histoire ou la géographie, ont une longue tradition de recherche et d’enseignement universitaire, vivier dans lequel elles puisent en permanence. Les autres, en voie d’affirmation comme la sociologie, la psychologie ou l’ethnologie d’origine académique plus récente, ne possèdent pas de telles assises universitaires1.

C’est un monde partagé entre plusieurs établissements d’enracinements historiques différents, la majorité étant située dans la capitale, sauf pour les disciplines ayant un long ancrage universitaire (histoire, géographie). Exceptés pour ces dernières dont les chercheurs peuvent exercer en faculté, les autres émargent principalement à des organismes comme l’École pratique des hautes études (EPHE), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national d’étude démographique (INED), le Musée de l’Homme, le Musée des arts et traditions populaires, le Collège de France, etc.

Une telle diversité et un tel cloisonnement, legs d’une histoire où les institutions s’étaient ajoutées les unes aux autres, constituent un frein pour le développement des SHS. D’où la nécessité de favoriser les rencontres tant interdisciplinaires qu’interinstitutionnelles. Une mission dévolue aux actions concertées  réunies autour de projets innovants.

Quelle interdisciplinarité en SHS ?

    L’attention du docteur Gessain pour l’interdisciplinarité relève d’un intérêt personnel affirmé. Médecin s’étant très tôt formé à la psychanalyse, profession qu’il a exercée un temps, il avait a reçu l’enseignement diversifié des maîtres de l’Institut d’ethnologie de Paris. Son penchant datait aussi de ses premières expériences professionnelles. D’abord lors de la première expédition polaire de Paul-Émile Victor (1934-1935), qui, dans l’esprit des expéditions scientifiques, doublait l’exploit sportif avec la recherche scientifique. Intégré comme médecin, il avait en charge les études anthropométriques des populations rencontrées2. Ensuite, lorsqu’il fut responsable des études de « biologie de la lignée » à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains fondée sous le régime de Vichy par Alexis Carrel.

Interdisciplinarité et ingénierie sociale

Ce dernier entendait fonder une science unifiée de l’Homme adossée aux sciences biologiques et médicales. Une conception qui intégrait, par exemple, l’économie, les sciences juridiques ou administratives dans un même département de “biosociologie”. Alors que d’autres s’intéressaient à la biologie des populations, à la biologie de l’enfance et de l’adolescence ou à la “biotylogie”. Cette approche interdisciplinaire visait à regrouper, en un “Aristote composite “3, “un petit groupe d’hommes appartenant à des spécialités différentes et capables de fondre leurs pensées individuelles en une pensée collective4”. Cette nouvelle science de l’Homme, s’inscrivant dans « l’eugénisme volontaire » théorisé par Alexis Carrel, devait contribuer à l’amélioration de la population française et plus généralement de l’espèce humaine. L’ambition avouée était de fonder l’action politique et le gouvernement des hommes sur une “biocratie” qui devait remplacer la démocratie5. Ce rêve scientiste était loin de lui être particulier. En effet, dans les années d’avant-guerre, l’idée d’une “ingénierie sociale” était assez partagée dans le milieu de la recherche biologique et médicale, cela indépendamment des orientations politiques6. Ce qui avait permis des rapprochements entre la biologie, la psychologie, la sociologie et le milieu des ingénieurs, de l’administration et de la politique.

Interdisciplinarité et humanisme culturel

Cette interdisciplinarité était très éloignée de celle qu’avaient dessinée, à la même époque, d’autres universitaires, notamment des historiens. Un mouvement qui, comme le rappelle André Burguière, s’était d’abord constitué autour d’Henri Berr, avec la Revue de synthèse historique (1900)puis son Centre international de synthèse, Fondation « Pour la Science », créé en 1926, où collaboraient des savants issus des sciences humaines comme celles de la Nature. Une mouvance cristallisée aussi autour de la revue Les Annales d’histoire économique et sociale (1929), et que l’on retrouve dans l’entreprise de “L’Encyclopédie française” présidée par Lucien Febvre. Dans ces approches interdisciplinaires, il n’était guère question d’ingénierie sociale, ni d’action politique fondée sur la mesure de l’Homme ; mais plutôt de développement des connaissances sur l’humain et de diffusion de la culture.


Dates de création des différentes licences : 1947 : psychologie ; 1957 : sociologie ; 1967 : ethnologie.

Dans le cadre de cette expédition, Robert Gessain, chargé de la partie anthropologique et physiologique, a examiné 820 individus (sur une population de 875), étudiant, notamment, le métabolisme basal, les groupes sanguins, la tache pigmentaire congénitale, la croissance et la puberté, la vision des couleurs, les empreintes de la main et la dentition. Collection de photographies anthropométriques, réponses à un questionnaire psychanalytique. Ces travaux, comme ceux de Paul-Émile Victor (partie ethnologique) et Pérez (partie géologique), nécessitèrent un travail complémentaire engagé l’année suivante.
Terme emprunté par Alexis Carrel à B. Fosdick, ancien secrétaire adjoint de la Société des Nations (SDN), et conseiller philanthropique de la Fondation Rockefeller. Selon lui, la complexité croissante des problèmes qui se posaient à l’humanité nécessitait la coopération de toutes les spécialités scientifiques. Devant la crise, qui se profilait alors, il proposa ce concept dans un ouvrage de 1928, The old savage in the new civilisation.
Carrel A., Préface à la dernière édition américaine de L’Homme cet inconnu, paru avant la Seconde Guerre. Voir Les facs sous Vichy, Étudiants, Universitaires et Universités en France pendant la Seconde Guerre Mondiale, sous la direction d’André Gueslin, p. 220.
Drouard A., Une inconnue des sciences. La fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Éditions de la MSH, 1995.
Ainsi le psychiatre Édouard Toulouse, à l’origine du concept de « biocratie », qui rêvait d’un “communisme rationnel”.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes