3) L’étude d’une population restreinte et d’un isolat

 Selon Robert Gessain, l’étude d’un petit groupe permet “d’appréhender un très grand nombre de données aussi exhaustivement que possible”. Son avantage : connaissant son état antérieur, on peut observer “des changements qui résultent de l’évolution moderne et, en particulier, du mécanisme de l’homogénéisation actuelle des populations”. Il précise que l’étude interdisciplinaire d’un groupe restreint doit faciliter la coopération et valoriser l’image des SHS : “Ainsi, la concentration d’enquêtes multidisciplinaires sur une petite population, étudiée de ses bases biologiques et démographiques jusqu’à son développement technique, économique, sociologique et psychologique, devait permettre aux sciences humaines une collaboration concrète qu’elles n’avaient jamais pu atteindre. C’était leur donner l’occasion d’une démonstration de leurs possibilités dans une démarche concertée rompant avec les précédentes études individuelles de type artisanal, isolées”1.

La notion d’isolat

Mais, quelle petite société choisir, l’ethnologie, pouvant opter pour différentes sortes de communautés limitées  comme l’ethnie, le village, le clan, la famille, etc. ? Robert Gessain, lui, s’appuie sur une notion propre à l’anthropologie physique, plus exactement à la génétique des populations : l’isolat. Ce concept, forgé par S. Wahlund en 1928, entend caractériser l’homogénéité d’une sous-population dans un ensemble plus large en termes de fréquences génotypiques. Il repose sur l’idée que la panmixie, c’est-à-dire la rencontre aléatoire des gamètes, trouve de multiples obstacles, qu’ils soient  géographiques ou sociologiques (linguistiques, religieux, politiques, etc.). De sorte que ces différentes barrières arrivent à constituer des cercles plus ou moins isolés les uns des autres, l’isolat parfait étant une vue de l’esprit. Aussi, puisque ces barrages ne relèvent pas de la biologie, d’une certaine façon le taux d’homogénéité génétique d’un groupe permet de mieux comprendre ses caractéristiques sociales. Ce qui est le cas, par exemple, des systèmes de parenté en situation d’endogamie. Le taux de consanguinité mesurant l’isolat, celui-ci peut donner la mesure d’une certaine unité culturelle2.

Un paradigme partagé ?

Cette équation de base a-t-elle fait l’unanimité des membres du CADES ? André Burguière rappelle que le scepticisme de Claude Lévi-Strauss relatif à cette articulation bio-anthropologique était vraisemblablement partagé par beaucoup de ses membres. Alors, pourquoi le CADES a-t-il accepté de concentrer une grande partie de ses crédits sur une telle étude ? Autre question : comment est-on passé d’une unité spatiale conçue selon des critères biologiques à une unité spatiale strictement administrative, la commune ?

Isolat/commune

    Vraisemblablement, cette unité administrative était celle sur laquelle les sciences anthropobiologiques et les sciences sociales pouvaient trouver un terrain d’entente, même si le genre “monographie locale” avait fait l’objet de nombreuses critiques et suscité pas mal de débats depuis le début du XXème siècle3. Mais, en ces années soixante, en histoire comme en sociologie se dessinait un timide intérêt pour le local et le régional. En tout cas, la démarche pouvait se nourrir d’exemples célèbres, la monographie de village ayant quitté le monde de l’érudition locale pour l’Université depuis les travaux de Robert et Helen Lynd (1929 et 1937) sur Middletown, ceux de Robert Redfield sur Tepoztlan (1930) ou Chan Kon (1934 et 1935). En France, il y avait l’antécédent du Nouville de Lucien Bernot et de René Blancard de l’Institut d’ethnologie, les travaux de Laurence Wylie sur « Roussillon », village du plateau du Vaucluse, la version américaine de son livre étant connue avant sa traduction de 1968, puis sur Chanzeau qu’il étudiait alors4.



1 Gessain R., « Introduction au cahier n° 5 », Cahier du Centre de recherches anthropologiques n° 5, 1966, p. 5-9.

2 Un programme qui l’amenait à promouvoir au Centre d’études anthropologiques au Musée de l’Homme ce type de recherches. Deux sites exotiques étaient retenus, au Groenland chez les Inuits d’Ammassalik, au Sénégal chez les Bassari et les Bedik de la région de Kéroudou, ce dernier projet étant financé par le CADES. Les deux autres, pour comparaison, étaient en Bretagne à Plozévet et à Goulien.

3 Muller B., « Écrire l’histoire locale : le genre monographique », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 9, 2003/2, p. 37-51.

4 Bynd R. et H.,  Middletown : a Study in American Culture (1929) ; Middeltown in transition : A Study in Cultural Conflicts (1937).

  Redfield R. 1967. The little community, viewpoints for the study of a human whole. Chicago, The University of Chicago Press, 1967.

  Bernot L., Blancard R., Nouville, un village français, Paris, 1953, travaux de l’Institut d’ethnologie.

  Wylie L., Un village du Vaucluse, Paris, Gallimard, 1968 ; Chanzeau, village d’Anjou, Paris, Gallimard, 1970.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes