4) L’enquête de Goulien

 

 Goulien, commune du Cap Sizun située à une vingtaine de kilomètres de Plozévet, compte 700 habitants en 1960. Commune essentiellement rurale (73% de sa population vit, alors, des revenus de la terre), elle diffère de Plozévet par plusieurs traits. Bien sûr, moins de marins (marin-pêcheur, marin de commerce, marine nationale), mais surtout un particularisme moins prononcé. Elle n’a pas la longue tradition scolaire de Plozévet qui a permis à plusieurs de ses enfants d’embrasser des carrières universitaires. Elle connaît beaucoup moins la division rouge/blanc, une des caractéristiques de Plozévet, bastion rouge depuis les débuts de la Troisième République.
retour

 Face à ces spécificités plozévétiennes, Goulien apparaît comme plus homogène, et selon Robert Gessain, “plus représentative de bien d’autres communes bretonnes”. Raison pour laquelle elle est “choisie pour corriger les paramètres un peu particuliers à Plozévet”. Goulien est donc “conçu comme un objet d’études témoin”1. Autre motif avoué : en confiant à un seul chercheur ce travail, on entend rester plus fidèle à la réalité. Car, on considère que la lourdeur et la multiplicité des enquêtes, la venue d’un nombre important de chercheurs risquent de perturber considérablement le “terrain”, la population changeant sous leur influence et au fur et à mesure des travaux.

    Sur les conseils d’André Leroi-Gourhan, Robert Gessain confie l’enquête sur Goulien à un jeune ethnologue, Christian Pelras, travail qu’il accomplit seul avec l’aide de sa femme. Le choix de Christian Pelras tient en grande partie à son souhait de mener conjointement des études d’ethnologie “exotique” (sur le monde indonésien) et d’ethnologie “française”. À ce titre, il avait commencé une thèse de troisième cycle sur un village alsacien, thèse qui, en fait, sera soutenue sur Goulien. De 1962 à 1964, il mène son étude “d’ethnologie globale”, avec installation sur place, apprentissage du breton, participation à la vie locale.

    Initié à l’usage de la caméra par le Musée de l’Homme (Centre de formation aux recherches ethnologiques), il prend l’initiative de filmer la vie de Goulien, ses enregistrements devant être montés quelque trente ans plus tard par la Cinémathèque de Bretagne2. Sa thèse, publiée une première fois par les Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, fera l’objet d’un livre édité en 2001, après un retour lui permettant de faire le point sur Goulien en l’An 20003.

 

1 Robert Gessain, “Goulien, village témoin introduction au Cahier n° 6, Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, Année 1966, Vol 10, N° 3, p. 143-146.

2 Christian Pelras, Goulien, le retour : Travaux, fêtes et saisons dans le Cap Sizun. Goulien 1962-1964, document vidéo, couleur, sonore (2 heures 50), réalisé à partir des films 8mm de l‘auteur déposés à la Cinémathèque de Bretagne ; réalisation technique, son et prises de vue complémentaires : Philippe Choupeaux ; musique, interprétation et compositions originales : Paul Rioual et Nicolas Denis. Cinémathèque de Bretagne, Brest.

3 Christian Pelras, Goulien, commune bretonne du Cap-Sizun. Entre XIXe siècle et IIIe millénaire . Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2001.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes