5) L’enquête d’Edgar Morin : un diagnostic sur la modernité

L’année où Edgar Morin publie son livre sur Plozévet (1967), Henri Mendras sort sa Fin des paysans. Si cet ouvrage marque la sociologie rurale, il n’en est pas de même de celui d’Edgar Morin qui a un destin différent. Son titre, “la métamorphose”, annonce l’intention de l’auteur : mettre au cœur de sa problématique les multiples changements qui emportent Plozévet, le titre de son contrat portant, d’ailleurs, sur la modernisation. Mais, qu’entend-on, alors, par “modernisation” ?

   L’idée est issue des interrogations sur le développement et sur la croissance, en référence aux problèmes posés par le sous-développement. Son théoricien reconnu, l’économiste américain Walt Whitman Rostow, s’était fait connaître par son concept de take off, de « décollement ». Un moment relativement court pendant lequel la société finissait par renverser les obstacles économiques et socioculturels qui s’opposaient à la croissance. Une fois ce démarrage effectué, l’économie poursuivait sa marche vers la maturité jusqu’à la production en masse de biens durables.

    Edgar Morin, qui n’a guère d’affinités idéologiques avec Rostow, se consacre, non pas à la “modernisation”, mais à une réflexion sur la “modernité”, développant ses idées dans deux chapitres, “L’ère moderne” et “La modernité permanente”. Préférant le mot de métamorphose pour signifier l’articulation entre les permanences et les changements, il parle de la modernité selon une successivité en trois stades, paléo-moderne, méso-moderne, néo-moderne, stade qui ouvre des crises dans la modernité elle-même.

“L’affaire Morin”

    Dernière équipe arrivée à Plozévet, Edgar Morin, disposant de la publication de certains rapports socio-historiques, puise dans ces ressources, notamment pour réfléchir sur l’histoire originale de Plozévet, riche de son passé scolaire et de sa tradition politique “rouge”. Mais La métamorphose de Plozévet, publiée alors que certains, notamment les historiens, retiennent leurs propres écrits jusqu’à la publication du rapport de synthèse d’André Burguière, suscite plus de polémiques que de discussions dans le micro-milieu des chercheurs plozévétiens ; comme à Plozévet même. Tandis que la notoriété de l’auteur a pour conséquence d’éclipser pendant longtemps les autres travaux, même celui d’André Burguière, comme les films réalisés alors et qui, jusqu’à une date récente, n’étaient connus que des seuls spécialistes.


Lire la suite (vers la synthèse d’André Burguière)

L’ensemble de ces points est développé dans l’Historique de l’enquête d’Edgar Morin

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes