2) Quel devenir pour l’agriculture et les paysans ?

Christian Pelras comme les autres chercheurs plozévétiens sont censés s’intéresser prioritairement au monde rural, l’action concertée ne s’intitulant-elle pas “l’étude du monde agricole et rural français dans son adaptation aux conditions de la vie moderne”. Il s’agit là d’une orientation directement inspirée des préoccupations liées au développement économique et social dans le cadre de la planification “à la française”, le secteur agricole devant s’adapter très rapidement à l’ouverture du Marché commun. Or, en 1958, le rapport Rueff-Armand avait dressé un portrait désastreux de l’état de l’agriculture française (structures parcellaires jugées archaïques, coûts de production trop élevés, retard dans la mécanisation et des pratiques culturales). Deux lois d’orientations agricoles (1960, 1962) engagent la restructuration fondamentale et rapide du secteur agricole. L’exode rural, le départ des vieux exploitants sont encouragés. Des unités minimums viables sont définies. On favorise les formes d’exploitations en commun (GAEC, groupement agricole d’exploitation en commun ; CUMA, coopérative d’utilisation du matériel agricole). Des bouleversements qui provoquent, incertitudes, malaises, et mouvements sociaux (dont la fameuse prise de la sous-préfecture de Morlaix). On comprend les inquiétudes du monde politico-administratif et leur demande d’expertise.

Or, à l’époque, les études sur le monde rural sont encore balbutiantes : la sociologie rurale ne faisant que s’instituer, bien qu’en rapide développement. En ce début des années soixante, le Groupe de sociologie rurale, créé par Henri Lefebvre et Henri Mendras en 1950, se renforce. Alors qu’il ne comptait que ces deux chercheurs à l’origine, quinze années plus tard, vingt-cinq chercheurs (titulaires et contractuels) y sont rattachés.

L’absence des « ruralistes »

Pourtant, ces ruralistes ne seront guère concernés par Plozévet. Pourquoi une telle distance ? En fait, depuis 1962 Henri Mendras est engagé dans une grande opération intitulée “Typologie des sociétés rurales françaises”. Cette ambitieuse recherche comparative, financée d’abord par le CADES puis par le Comité socio-économie du développement, établit un échantillon d’une quinzaine de villages où est échange avec elle.

Aussi, les recherches plozévétiennes et leurs réflexions sur les changements du monde rural sont restées largement étrangères aux avancées du Groupe de sociologie rurale, et aux débats qui ont accompagné ses travaux. Focalisées sur l’étude d’un seul cas, combinant des problématiques disciplinaires différentes, les études plozévétiennes ne font pas du changement de l’agriculture leur priorité, même s’il est abordé par Edgar Morin.


Lire la suite

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS – UMR 8177)
A participé à l’action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d’Edgar Morin lors de ses études de « sociologie du présent » . Depuis une dizaine d’années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plozévet en quête d'enquêtes