Archives par mot-clé : CNRS

Rencontres régionales CNRS-Jeunes « Sciences et Citoyens » de Plozévet ; un peu d’histoire

Du 16 au 22 mai 2011, Plozévet accueille donc les quatrièmes Rencontres régionales CNRS-Jeunes «Sciences et Citoyens». Une manifestation de culture scientifique qui s’adresse aux scolaires du premier et second degré durant la semaine, et, le week-end,  aux familles. À son propos, plusieurs questions se posent. D’abord, à quelle finalité répond-elle ? Ensuite, pourquoi le CNRS a-t-il choisi Plozévet ? Pour répondre à ces questions, un point d’histoire s’impose.

Les Rencontres CNRS «Sciences et Citoyens» nationales

Au plan national, le CNRS organise une telle manifestation depuis 1990. 2011 verra donc sa vingt-et-unième édition. À cette occasion, les 4, 5 et 6 novembre 2011, 450 jeunes européens de 18 à 25 ans, étudiants ou engagés dans la vie active, et une centaine de chercheurs de toutes disciplines se réuniront au Palais des congrès du Futuroscope de Poitiers. Durant ces trois jours, réunis dans dix ateliers, ils  dialogueront sur divers sujets scientifiques touchant aux grands problèmes de notre temps.

À l’origine de cette manifestation, deux hommes, François Kourlisky et Edgar Morin. Le premier, alors directeur général du CNRS, avait demandé au second d’organiser, à l’occasion du cinquantième anniversaire du CNRS, une manifestation sortant des traditionnelles cérémonies commémoratives. Edgar Morin, jugeant qu’il était important de considérer la science, les sciences, au regard des problèmes sociaux qu’elles posaient, avait imaginé une formule différente d’un colloque où se seraient succédées des interventions magistrales devant un parterre convenu. Il lui avait préféré la formule, plus conviviale, de dialogues quelque peu informels entre des scientifiques et des citoyens. En fait, de jeunes citoyens ; car ce sont eux qui auront à relever les défis scientifiques et sociaux de l’avenir.

Réunies aux Salines d’Arc-et-Senans, ces Rencontres ayant obtenu un franc succès tant du côté des jeunes que celui des chercheurs, le CNRS décida de les pérenniser. Depuis, un comité scientifique interdisciplinaire, présidé jusqu’en 2005 par Edgar Morin, veille sur ces Rencontres. Il choisit les thèmes des dix ateliers annuels et confie la responsabilité de chacun d’eux à un de ses membres. Celui-ci est chargé de rassembler autour de lui des chercheurs de différentes disciplines compétents sur un sujet qui sera abordé de façon interdisciplinaire, voire transdisciplinaire. Il organisera l’atelier et mènera les débats. Suite à quoi, des jeunes volontaires en feront la synthèse qu’ils présenteront à tous lors de la matinée de restitution du dimanche matin. La formule est rodée depuis longtemps, jusqu’aux repas où chercheurs et jeunes peuvent continuer les débats. Sans oublier la conférence d’ouverture du vendredi soir et le très attendu bal du samedi soir ; et, semble-t-il, à la satisfaction générale. Pour les jeunes, c’est un moment où ils peuvent côtoyer directement des chercheurs souvent de grand renom. Et, pour ces derniers, c’est l’occasion d’aller au-devant des préoccupations des jeunes générations, de faire partager leur passion pour un métier souvent très mal connu d’un public pour qui le scientifique peut prendre l’allure d’un professeur Nimbus ou Tournesol.

Les Rencontres CNRS-Jeunes «Sciences et Citoyens» au plan régional

Devant le succès de cette manifestation et aussi en raison d’un nécessaire numerus clausus lié aux limites d’accueil, le CNRS décida en 2002 que l’initiative pourrait être décentralisée en région. Depuis, plusieurs délégations régionales du CNRS organisent leurs Rencontres régionales selon différentes formules. La délégation régionale CNRS Bretagne Pays de la Loire a été la seconde à s’inscrire dans ce dispositif, selon des modalités qui se sont affinées et affirmées avec l’expérience.

Rencontres régionales CNRS «Sciences et Citoyens» de 2002. Une vue des stands.

Pourquoi des Rencontres CNRS à Plozévet ?

Le choix de cette commune bigoudène est bien sûr à mettre en rapport avec son passé avec le monde de la recherche. Mais, en aucun cas, il n’était prédéterminé. Résultat d’un processus assez hasardeux, il fait suite à plusieurs tentatives de renouer avec Plozévet ayant toutes échouées. À l’origine le souhait, formulé dès les années soixante, de garder un contact avec  la commune. Edgar Morin, André Burguière et moi avions émis l’idée d’y revenir de façon décennale afin de suivre l’évolution des problèmes détectés durant l’enquête interdisciplinaire. Une intention contrariée, en premier lieu, par les réactions très négatives de certains Plozévétiens à la parution du livre d’Edgar Morin, Commune en France, la métamorphose de Plozévet (Fayard, 1967) ; à ce propos, cliquer ici. Il convient d’ajouter que, chacun étant pris par d’autres projets, l’idée d’un retour s’est d’autant plus estompée que celui-ci posait des problèmes de financement : une telle intention ne pouvait répondre à celles des appels à projets définis par les différents organismes finançant la recherche.

Chercheurs versus citoyens ?

Même si, secrètement, je gardais l’idée de revenir à Plozévet et de s’expliquer. En effet, il me paraissait assez paradoxal qu’aucun chercheur ne soit venu présenter les résultats de ses travaux aux Plozévétiens. Ce qui ne pouvait qu’entretenir le climat de suspicion envers un monde de la recherche coupé de celui des citoyens, et l’hostilité de certains envers Edgar Morin. Or, ce dernier avait rêvé lui-même que son travail fut utile aux Plozévétiens. Il préconisait plusieurs principes, dont celui d’une « maïeutique sociale », cette façon de faire prendre conscience à des groupes ce qu’ils portent en eux, et celui de l’échange, cette façon de partager avec eux des connaissances et des interrogations. Beaucoup d’idées avaient alors été agitées par lui, de celle de doter des Plozévétiens d’une petite caméra afin qu’ils puissent réaliser de petites enquêtes filmées parallèles, à celle d’organiser des «États généraux de Plozévet», après élaboration de «Cahiers», résultats des enquêtes menées par les habitants. Une manifestation publique où chercheurs et Plozévétiens auraient débattu de leurs points de vue issus d’un examen, l’un de l’extérieur, l’autre de l’intérieur. Mais, seuls deux types d’intervention sociale s’étaient concrétisés, l’une permettant un dialogue avec les syndicalistes paysans, l’autre donnant naissance à un club de jeunes, ce dernier suscitant des polémiques locales et aggravant le cas Edgar Morin aux yeux de certains Plozévétiens.

Rencontres régionales CNRS «Sciences et Citoyens» de 2002. Le lâcher de ballon.

Un retour sur les enquêtes

Ce n’est pas le monde de la recherche qui, le premier, revint sur l’histoire des enquêtes de Plozévet. Ce fut un documentariste, Ariel Nathan. Dans son film,  Retour à Plozévet (documentaire, 52 mm, couleur, Béta SP, Production Vivement Lundi, 1999), souleva le problème des rapports entre enquêteurs et enquêtés. Resituant cette question dans un tableau général des enquêtes, le film d’Ariel Nathan apparaît comme la première véritable introduction à l’histoire de cette aventure. Et, revenant à Plozévet pour la projection en avant-première du film, André Burguière et moi-même proposions, à cette occasion, aux Plozévétiens d’un retour à Plozévet. Un projet proposé à la Direction des études et de la prospective du ministère de la Culture qui, malgré des contacts encourageants, ne trouve aucune suite.

Vers un retour des chercheurs

Le film d’Ariel Nathan ayant réactualisé les enquêtes de Plozévet, cette commune est choisie par la Mission interministérielle pour la célébration du centenaire de la loi de 1901 relative au contrat d’association. Les organisateurs retiennent Plozévet pour sa première manifestation publique sur «Associations en milieu rural» (21 octobre 2000), imaginant, à tort, que le contact n’avait jamais été rompu entre les chercheurs et les Plozévétiens. En fait, je n’avais repris mes relations avec Jean-Claude Stourm que peu de temps auparavant, sollicité par Ariel Nathan lors de la préparation de son film. Un moment qui m’a fait retrouver le chemin de Plozévet, la collaboration avec les Plozévétiens devenant plus effective lors de la préparation de la journée pour la Mission interministérielle. Pour l’occasion, les associations ont organisé une sorte de «Parcours associatif», une transposition du «Parcours citoyen», une idée mise en oeuvre par une petite association bruxelloise, Cause commune.

Premières Rencontres régionales CNRS «Sciences et citoyens» (septembre 2002)

La mobilisation de ses associations, l’investissement des organisateurs lors de cette journée m’ont incité à proposer d’autres collaborations. Plusieurs idées ont été émises, de la réalisation du «Parcours citoyen plozévétien» à celle d’un «Parcours avec Edgar Morin» où il serait question de son itinéraire intellectuel l’ayant conduit de Plozévet à l’élaboration de La Méthode. Mais, toujours pas de possibilités de financement…

Or, voici qu’une fenêtre s’ouvre, avec l’intention de la Direction à l’information scientifique et technique du CNRS d’adapter aux régions les Rencontres CNRS «Sciences et Citoyens». Le fait qu’Edgar Morin soit l’initiateur, l’âme de cette manifestation et président de son comité scientifique procure une certaine crédibilité à l’organisation de Rencontres «Sciences et Citoyens» à Plozévet. L’idée est soumise à  Alain Marchal, alors délégué régional CNRS Bretagne Pays de la Loire qui l’approuve. Ce qui nécessite de trouver une formule adaptée à la philosophie de ce type de manifestation.


Rencontres régionales CNRS «Sciences et Citoyens» de 2002. Écouter les allocutions d’accueil.

La mise au point d’une formule

Celle-ci s’est précisée avec le temps. Les premières Rencontres de 2002 ont conjugué deux aspects.

– Celui d’un petit colloque organisé en collaboration avec le Centre de recherche bretonne et celtique et l’Atelier sociologique de l’Université de Bretagne Occidentale. Il y fut question des changements subis par les sociétés rurales depuis les enquêtes des années soixante autour de deux grands thèmes : l’évolution des territoires, la question de l’identité. Un colloque ouvert par André Burguière qui retrace l’histoire des enquêtes ; pour la première fois, plus de quarante ans après, les Plozévétiens sont mis au courant des tenants et aboutissants de cette aventure scientifique. Et conclu par Edgar Morin qui, revenant sur la nécessité de développer une culture scientifique, évoque son idée de «démocratie cognitive».
– Celui d’un «village scientifique» avec diverses animations scientifiques, mis au point par Michel Vancassel, alors directeur de recherche au CNRS et chargé de la culture scientifique à la délégation régionale CNRS, en collaboration avec différentes associations de culture scientifique, dont Les Petits Débrouillards de Bretagne, l’ABRET, Planète Sciences Bretagne, Bretagne Vivante, l’association CISTEM.

Rencontres régionales CNRS «Sciences et Citoyens» de 2002. Bagage des oiseaux et atelier «algues».

Devant le succès rencontré par cette première expérience et il été décidé de la renouveler régulièrement. Accentuant son côté scolaire, les Rencontres CNRS-Jeunes «Sciences et Citoyens» de Plozévet se déroulent désormais sur une semaine, le week-end étant réservé aux familles. Ce qui fait l’une de ses originalités par rapport aux autres initiatives régionales, l’autre étant que les scolaires invités sont des élèves des écoles primaires, des collégiens et des lycéens. Des programmes, adaptés à chaque niveau, combinent expositions, projections de films, animations scientifiques, exposés scientifiques par des chercheurs, conférences-débats, tables-rondes, forums, rencontres informelles et conviviales avec des chercheurs.

Depuis 2002, la manifestation en est donc à sa quatrième édition. Celle-ci a pris pour thème «La mer et ses ressources», après celle de 2005 sur «L’eau pour l’homme, l’eau pour la vie, l’eau pour la planète», et celle de 2009, sur «Pôles, Océans, Climats». Désormais les Rencontres de Plozévet se réunissent alternativement avec celles d’une autre commune bretonne qui, elle aussi a à faire avec la recherche, celle de Pleine-Fougères, qui accueille la zone atelier du même nom.

Rencontres régionales CNRS «Sciences et Citoyens» de 2002. CyberEspace, convivialité, interview d’Edgar Morin par Sylviane L. et Emmanuel Laurentin de France Culture pour son émission de la Fabrique de l’Histoire, Paris, Plozévet, Paris et retour.

À Plozévet, ces Rencontres n’auraient pu se développer sans la collaboration étroite de la Municipalité de Plozévet et de son personnel communal, tant de la Mairie que de la Salle Avel-Dro. Et sans la participation active de plusieurs élus, dont Jean-Claude Stourm, qui suit l’affaire depuis le début, de Jacqueline Diascorn, Philippe Sandrin et de Rémy Strullu, qui assure la logistique. À toutes et à tous, nous adressons nos remerciements les plus chaleureux.

Télécharger le dossier de presse de la manifestation