Archives par mot-clé : Films ethnographiques

Un nouveau feuilleton documentaire autour de l’artisanat.

Lors de l’Action Concertée de Plozévet (1961-1965), certains chercheurs s’étaient intéressés à l’étude de l’artisanat. Un coup d’oeil sur les données produites à l’époque nous éclaire sur ce qui avait été observé alors, et par qui. Ce retour sur les archives révèle aussi les impasses faites par les équipes de recherche sur certaines activités, complètement ignorées à l’époque.

Près de 50 plus tard, Plozarch repart sur le terrain : de ces activités anciennes, que pouvons-nous dire aujourd’hui ? Ont-elles toutes disparu ? Se sont-elles adaptées ? Transformées ? Qui en garde encore la mémoire ? Existe t’il encore un secteur artisanal à Plozévet ? Trouve t-on de nouvelles activités ? « Autour de l’artisanat, anciennes et nouvelles activités. » Premier épisode  / Détour par la case « archives » : que vont-elles nous révéler ?

Extrait des films Les gens de Saint Demet, « Les agriculteurs », de Robert et Monique Gessain, réalisés de 1961 à 1965 dans le cadre du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. Séquence sur la fabrication de paniers. (Musée de Bretagne – Cinémathèque de Bretagne)

Un rapide coup d’oeil sur les données et sur les archives des enquêtes permet de se faire une idée des activités étudiés par les chercheurs.

Dans les films Les gens de Saint Demet réalisé par Monique et Robert Gessain, de nombreuses séquences sont consacrées aux savoirs-faire traditionnels. Dans « Les Agriculteurs » c’est la fabrication d’un panier qui a été filmée, dans « Les pêcheurs de Pors-Poulhan » celle des casiers de pêche. Le film sur « Le costume » présente le filage à la quenouille et au rouet ainsi que la fabrication des sabots de paille. Et, dans « Les gestes du repas », on trouve une séquence sur la fabrication du pain et des andouilles.

Extrait des films Les gens de Saint Demet, « Les pêcheurs de Pors-Poulhan », de Robert et Monique Gessain, réalisés de 1961 à 1965 dans le cadre du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. Séquence sur l’activité du port au printemps où les marins retraités préparent barques, filets et casiers. (Musée de Bretagne – Cinémathèque de Bretagne)

Autre source, le rapport de Nicole Mathieu « Enquête sur les évolutions socio-économiques de Plozévet; 1820-1960 ». Dans un article de Marie-Claire Robic et d’Olivier Orain pour La revue pour l’histoire du CNRS, elle revient sur le contexte de sa recherche :  » J’ai fait une thèse de troisième cycle sur Plozévet, sous la direction de Pierre Coutin, dans le fameux programme pluridisciplinaire financé par la DGRST, qui faisait l’hypothèse que l’on pouvait trouver réponse à toute question en associant plusieurs disciplines dans l’étude du microcosme d’une commune. Il a envoyé son bataillon de gens formés, notamment des historiennes, Anne Zink et moi-même. Très vite, bien que très jeune, je me suis sentie responsable du dialogue entre l’équipe des historiens, pilotée par Robert Mandrou, et les autres disciplines : l’ethnologie, la démographie, la sociologie (il y avait Edgar Morin)… Plozévet a été une triple expérience : un travail d’histoire, une pratique précoce de la pluridisciplinarité, une reconnaissance par la géographie. » Olivier Orain et Marie-Claire Robic, « Nicole Mathieu, un itinéraire en interdisciplinarité », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 18 | 2007, mis en ligne le 03 octobre 2009, consulté le 15 octobre 2010. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/4481

Dans le deuxième partie du chapitre III de son rapport, Nicole Mathieu analyse le développement des activités non agricoles sur la commune. Dans un tableau (CF ci-dessous), elle représente l’évolution et l’importance des secteurs d’activité à Plozevet et observe pour la catégorie des artisans une légère augmentation de leur nombre sur la commune entre 1891 et 1921, même si la primauté revient au secteur primaire. Dans son étude sur le renouvellement et le développement du secteur artisanal, l’intérêt se porte sur les tailleurs, qui selon elle, ont maintenu leur activité en parvenant à s’adapter à de nouvelles demandes. Elle évoque la catégorie des artisans travaillant à l’équipement agricole et celle des menuisiers. Enfin, à propos d’une entreprise industrielle de petits meubles bretons, elle cite une nouvelle source  : le rapport Kourganoff.

Extrait du rapport de Nicole Mathieu « Enquête sur les évolutions socio-économiques de Plozévet, 1820-1960 », sous la direction de E. Labrousse et de R. Mandrou, commandité par le Comité d’analyse démographique, économique et sociale (CADES) dans le cadre de l’enquête multidisciplianire de Plozevet. Circa 1960 -1965. Déposé au CRBC (Brest).

Dans le rapport Kourganoff (Rapport de l’enquête d’observation psychologique effectuée par  M. et J.C. Kourganoff dans la commune de Plozévet, sous la direction de Alain Girard, convention de recherche entre DRGST et INED, février 1963, conservé à la bibliothèque sociologique Paris-Descartes) un chapitre est consacré à l’étude des ressources (de la terre et de la mer) et des autres activités dont l’artisanat. Malheureusement, une page manque, il faut donc prendre l’étude en cours de route. Le « rôle très particulier des tailleurs de la commune de Plozévet » est évoqué et la disparition des artisans traditionnels est illustrée à travers l’exemple des forgerons, charrons, cordonniers et menuisiers. Les auteurs notent alors que « la branche la plus caractéristique et la plus vivace de l’artisanat local est certainement le travail du bois« .

Extrait du rapport Kourganoff, p.52.