Archives par mot-clé : Kouign des Gras

La tradition du Kouign, souvenirs d’une Plozévétienne

« En bas du bourg, face à la maison Kérisit, « Per », puis Albert, cuisaient leur pain au feu de bois, dans le fournil à l’arrière. Chann, la bigouden, nous vendait les traditionnelles bouchées Suchard des vendredis soirs, celles que maman achetait avec le pain noir chaud inoubliable. Je ne me souviens pas d’y être entrée seule. Le magasin était très spartiate, une grande pièce aux murs peints et au sol pavé par de grandes dalles inégales que le temps humide rendait glissantes. Il y régnait un désordre sympathique : par terre, des cartons et des sacs se partageaient un coin de la pièce. Un peu plus loin, c’était le bar rustique composé de deux étagères et  d’un vieux comptoir  derrière lequel Chann servait à boire le vin 12°, star de cette époque. Papa disait qu’il aimait bien l’endroit car il était profond et sombre et par conséquent discret à la vue…

C’est à l’époque des Gras que la boulangerie s’animait pour la fabrication des couïgns. Chaque famille en faisait de six à dix en moyenne : la veille des Gras, les femmes apportaient les moules à gâteaux, les œufs et le beurre. Le sucre était acheté sur place ainsi que la pâte à pain. Chaque famille dosait ses produits et pétrissait l’ensemble avant de répartir la préparation dans les récipients. Il fallait que chacun reconnaisse les siens après cuisson, alors on y plantait des marques et on faisait des dessins en surface à la fourchette. Le boulanger les enfournait après la cuisson du pain, il fallait auparavant les couvrir et les laisser gonfler au chaud.

Quelques heures plus tard, papa attelait le cheval « Rubis » au char à banc, pour aller chercher les gâteaux gonflés et dorés. D’autres personnes y venaient avec de leurs brouettes…. C’était un moment très attendu mais on craignait toujours de ne pas avoir eu une bonne place dans le four, d’avoir un couïgn trop plat, trop cuit, pas assez cuit ; il fallait avoir les plus BEAUX ! On en mangeait un le soir même, on en partageait un avec les voisins… Il fallait bien qu’ils voient comme on savait les faire !!

Il arrivait (rarement) qu’ils soient « Mastinec »* , alors on ne partageait pas… »

Michelle G.

*pâteux au centre

Kouign des Gras de la Réunion, lire le commentaire de Jean-Paul ci-dessous.