Archives par mot-clé : littoral

Focus sur une des dernières vendeuses de poisson à Pors Poulhan

L’enquête sur les sociétés littorales se poursuit. Après un premier volet consacré à la collecte et l’utilisation des algues, l’intérêt se porte maintenant sur la pêche. Jacqueline D., Liliane O. et Marie-Christine C. sont parties à la rencontre de Marie-Thérèse et Yves Mourrain de Pors-Grouen, sur la commune de Plozévet. En 1979, Yves Mourrain est retraité de la marine nationale. Il a passé 3 ans dans la marine marchande et est inscrit maritime définitif ; il a donc le droit de faire de la pêche professionnelle. Marie-Thérèse, ancienne employée des Postes est une fille et petite fille de pêcheur, née à Plozévet. A 45 ans passé, il décide de commencer la pêche et elle le suit en s’installant comme vendeuse de poisson au port de Pors-Poulhan. Ci-dessus, vue de Pors Poulhan,  carte postale prêtée par Yves et Marie-Thérèse .

Photo de famille, à droite le père de Marie-Thérèse.

Du Jabadao au Pen Soner, des bateaux nommés « Pors – Grouen »

Yves Mourrain devant le « Pors Grouen » à Audierne.

Yves explique qu’il a eu un premier « Jabadao », puis un deuxième plus adapté le « Super Jabado ». Les jabados sont des types de bateaux créés et construits par l’entreprise familiale Balouin de Douarnenez. Il terminera son activité avec un troisième bateau, un « Pen-Soner » qui s’amarre aujourd’hui aux pontons du port d’Audierne durant l’hiver. Ce dernier, plus grand (5m60), lui permettait d’augmenter le nombre de filets à bord. Yves et Marie-Thérèse se souviennent qu’à l’époque, on ne voyait que des bateaux Balouin. Leurs trois bateaux ont tous porté le même nom « Pors-grouen ». Le bateau était équipé d’un power block, un système hydraulique pour remonter les filets et les casiers. Car comme le dit Marie-Thérèse « Le modernisme c’est bien quand même, ça facilite la vie des marins ! ».

L’activité de pêche et de vente au fil des saisons

Yves et Marie-Thérèse en plein travail

Aujourd’hui, Yves et Marie-Thérèse reviennent sur cette époque. Photo par Marie-Christine.

D’avril à Octobre c’est la saison de pêche. Chaque matin, si le temps le permet, précise Yves, on sort en mer, même le dimanche. Le départ du port se fait à 5h du matin pour une première levée aux alentours de 9h – 9h 30. Son épouse l’attend pour récupérer la pêche du jour. Tandis qu’elle prépare le poisson à le vente, qui se fait sur un petit étal sur le port, Yves doit alors remettre en état ses filets. Ces derniers doivent souvent être démêlés et bien ouverts pour leur mise à l’eau. Si la pêche du matin est consacrée au poisson et crustacés, l’après-midi on part relever les filets pour araignées, pour lottes et quelques casiers. Yves explique que, comme la plupart des pêcheurs, il avait son vivier d’araignées et de tourteaux à la sortie du port. Ces produits étaient le plus souvent vendus le week-end. La vente de la pêche était sérieusement organisée et comme le souligne Jacqueline au cours de l’entretien « La femme du pêcheur avait de quoi faire. »

L’activité d’Yves et Marie-Thérèe a été mainte fois immortalisée par la famille, les proches, les clients, les touristes de passage et même sur cartes postales.

Marie-Thérèse vendait au port jusqu’à 10h30. S’il restait du poisson, elle prenait sa voiture et faisait du porte à porte. « J’allais surtout à Pouldreuzic.» Lorsque la pêche était particulièrement fructueuse, Yves et Marie-Thérèse livraient directement à la criée de Poulgoazec. Les gens venaient de partout, ils avaient de bons clients, des habitués. Les revenus de cette activité permettaient en effet de couvrir leurs frais, notamment l’achat du matériel mais Yves précise que c’est aussi grâce à sa pension de retraite qu’il pouvait s’équiper.

La disparition progressive des ressources

Au dos de la première photo, on peut lire « pas gracieux pour un ange de mer, août 1985 », sur la seconde un inconnu de la mer.

Yves ramenait de ses pêches différents poissons, lotte, merlu, rougets barbets, sole, saint-pierre, espèces de plus en plus rares sur nos côtes, pourtant à l’époque « pas besoin d’aller très loin » nous dit-il. Le couple ressort quelques documents de leurs archives personnelles et en prime livre quelques secrets de connaisseurs.  « Chez l’ange de mer, les ailes ont la chair de l’aile de raie et le corps celle du turbo. » « Le mulet a l’écaille beaucoup plus grosse que celle très fine du bar.» « Le saint-pierre a toujours été un poisson rare, on le pêche au mois de juin. » « Pour écailler une vieille, il faut prendre une coquille saint Jacques. » « Vous connaissez l’autre nom du saint-pierre ? C’est zee ! » Utile pour les cruciverbistes !

On sort de cette rencontre avec des images de pêche miraculeuse en tête et surtout avec un vocabulaire de spécialistes. Mais pour Marie-Thérèse « La mer est tellement un espace vaste, que l’on apprend tout le temps  même quand on est du métier comme nous depuis longtemps ». Aujourd’hui, en hiver, on n’aperçoit que le bateau de Joël A. au petit port de Pors-Poulhan qui se repeuple aux beaux jours à l’arrivée des plaisanciers.