Archives par mot-clé : Monique Gessain

Les Gens de Saint-Démet/2

Le contexte scientifique de production des films sur Plozévet.

Si, tournés entre 1961 et 1965, Les Gens de Saint-Démet sont la face filmique de la grande enquête interdisciplinaire qui se déroula durant cette même période, une première question se pose : sont-ils l’illustration vidéo des résultats des enquêtes, comme on pourrait, peut-être naïvement, s’y attendre ? Auquel cas, ils devraient rendre compte des travaux des divers équipe. Or, il n’en est rien. Nulle trace des enquêtes anthropobiologiques comme celles sur l’histoire ou la géographie. Et, si par moments on retrouve des thèmes abordés ailleurs par d’autres chercheurs, c’est d’une façon tout à fait originale. Ainsi, un film, Les gestes du repas, ne s’inspire pas d’une investigation qui s’intéresse, elle aussi à l’alimentation, mais essentiellement à ses aspects nutritionnistes. Il se consacre à ses expressions culturelles et sociales et à ses coutumes anciennes. Un sujet qui n’est traité par aucun chercheur, si ce n’est par Edgar Morin qui, lui, s’intéresse davantage aux modifications des habitudes alimentaires induites par la société de consommation, la préocupation diététique (plutôt féminine) ou gastronomique (plutôt masculine).  Une autre production, concernant Le costume, a surtout trait à la haute coiffe bigoudène traditionnelle, qui n’est pas analysée par ailleurs, négligeant quelque peu les allures vestimentaires modernes, comme celles d’une jeunesse qui tend à adopter le style teenager qui se répand partout en France.

Nous avons donc à faire avec une production autonome et parallèle aux enquêtes qui, d’ailleurs, démarre très vite, les premiers tournages ayant lieu alors que les travaux n’avaient pratiquement pas débutés. Une telle dissociation pourrait étonner. Elle est redevable du contexte même des enquêtes et de la place du film dans la recherche en sciences humaines et sociales.

Rappel du contexte des enquêtes

Il convient de se reporter au contexte de l’époque pour comprendre pourquoi Plozévet, petite commune de 3 800 habitants, fut choisie pour un programme aussi important de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales.

Le temps des « actions concertées »

En 1960, avec la création de la Délégation à la recherche scientifique et technique (DGRST), l’État se dote d’un organisme de définition et de coordination de la politique de recherche française. Deux comités sont chargés de mobiliser les sciences humaines et sociales, d’un côté, le Comité socio-économique du développement, de l’autre, le Comité d’analyse démographique, économique et sociale (CADES). Celui-ci, présidé au départ par Robert Gessain, médecin et anthropologue, sous directeur du Musée de l’Homme, puis par Jean Stoetzel jusqu’en 1964, regroupe des scientifiques venant d’horizons disciplinaires différents et engagés dans des pratiques de recherche variées. Dans ce cadre, en 1961 le docteur Gessain est chargé d’établir un rapport sur les besoins des sciences sociales. Constatant que leurs chercheurs sont trop habitués à travailler de façon isolée et artisanale, il prêche pour l’organisation de rapprochements interdisciplinaires. En cela, il reste fidèle à une tradition de l’ethnographie française de terrain, encore assez proche des montages scientifiques des expéditions exotiques. Mais aussi à l’un des projets d’Alexis Carrel à la Fondation duquel  il avait fait partie sous le Régime de Vichy :  fonder une science de l’Homme unifiée, selon une vision biologisante de celui-ci, et, pour faire vite, marquée par l’eugénisme dont Alexis Carrel était l’un des théoriciens les plus en vue. Ce plaidoyer de Robert Gessain en faveur de l’interdisciplinarité et du rapprochement entre les sciences biologiques et les sciences sociales explique le choix fait par le CADES : concentrer ses crédits sur une seule grande étude.

L’étude d’un isolat

Indépendamment d’un choix d’unité thématique, pourquoi le CADES a-t-il décidé de concentrer ses efforts sur un seul lieu, Plozévet ? Pour Robert Gessain, la coopération interdisciplinaire souhaitée devait se focaliser sur un milieu restreint aux caractéristiques bien définies, une sorte “d’isolat”. Une notion qui trouve son origine dans l’anthropologie biologique, et plus particulièrement dans la génétique des populations humaines analysant les diverses questions liées à l’endogamie et à la consanguinité. Ce paradigme de départ faisait-il l’unanimité des membres du CADES ? André Burguière rappelle que le scepticisme de Claude Lévi-Strauss relatif à l’articulation bio-anthropologique était vraisemblablement partagé par la majorité de ses membres.

L’adoption d’une commune comme espace d’investigation était-elle considérée pertinente par tous ? Dans le même article, il souligne les interrogations des chercheurs engagés quant à la validité et à la représentativité d’une telle unité spatiale. Aussi, il paraît vraisemblable que l’élection de cet « isolat » tient beaucoup à la capacité de persuasion du docteur Gessain. Et sans doute aussi, au fait que les représentants des autres disciplines, n’ayant rien d’autre à proposer, se soient dégagés progressivement de l’affaire, tout en cherchant à préserver leur propre domaine.

Les raisons du lieu

À la recherche de l’isolat idéal, après examen de plusieurs régions françaises encore écartées des grands brassages modernes, le Finistère est finalement élu. Car le docteur Jean Sutter y entreprend une étude sur une pathologie handicapante liée à la consanguinité, la luxation congénitale de la hanche. Puis Plozévet retient l’attention de Robert Gessain. Les archives y sont bien tenues, ce qui permet des études longitudinales sur la population, sur les mariages, sur la parenté, sur l’histoire de la commune. Les chercheurs peuvent compter sur la coopération d’un maire, ancien directeur d’école, qui regarde de façon favorable le monde de la recherche. Cependant, afin de contrôler les « singularités » de Plozévet, on demande à un jeune ethnologue, Christian Pelras, de mener à Goulien, commune voisine plus petite et moins marquée, une « étude d’ethnologie globale ». Ainsi débute l’action concertée sur Plozévet, dite « enquête pluridisciplinaire de Pont-Croix », commune située entre Plozévet et Goulien, et disposant d’un hôtel chauffé où résideront les chercheurs.

Une enquête collective ?

Lorsque le projet plozévétien se met en place, l’état des sciences humaines et sociales en France peut très schématiquement se caractériser par, d’un côté des disciplines académiques constituées de longue date, de l’autre par celles en voie d’affirmation et d’institutionnalisation. Les premières, l’histoire, la géographie, ont une longue tradition de recherche et d’enseignement. Avec des corpus théorico-méthodologiques et des cursus professionnels bien établis. Elles bénéficient d’un enseignement universitaire, vivier dans lequel elles puisent en permanence, d’une agrégation qui ouvre la porte aux carrières universitaires et de recherche. Contrairement aux secondes qui, d’origine plus récente, ne possèdent pas de telles assises. En voie d’affirmation, elles tendent à se constituer, parfois aux dépens les unes des autres.

Un tel panorama illustre l’ampleur du défi plozévétien imaginé par Robert Gessain. Sans doute explique-t-il aussi l’infortune qu’a connue la prétention pluridisciplinaire. À la difficulté de management d’un nombre aussi conséquent de chercheurs s’est ajoutée celle de faire coopérer des disciplines parfois très éloignées les unes des autres, certaines, comme la sociologie, n’ayant guère encore acquis une respectabilité académique satisfaisante.

Aussi, il ne faut guère s’étonner si la visée pluridisciplinaire comme l’ambition de rapprocher les sciences bio-anthropologiques et les sciences sociales ont subi pas mal de revers. Si l’on se réfère à la bibliographie, on remarque que les études bio-anthropologiques émargeant au paradigme de l’isolat, bien qu’importantes, ne sont pas dominantes. Et, les thèmes retenus par les études sociologiques, géographiques, historiques, sont totalement déconnectés du corpus bio-anthropologique. Certains sont issus de questions rencontrées par les premiers chercheurs venus à Plozévet, notamment la division de la population en deux clans politiques les Rouges et les Blancs et l’importance de la scolarisation. D’autres répondent à une demande explicite du CADES et de la haute administration française : développer les recherches sur le monde paysan alors en pleines transformations.

Que vont devenir les paysans ?

Car, depuis le rapport Rueff et Armand (1958), qui avait dressé un portrait désastreux de l’état de l’agriculture française, l’État s’est engagé sur la voie d’une restructuration fondamentale et rapide du secteur agricole, justifiant des études approfondies. Comment adapter l’agriculture à la concurrence, dans le cadre de la politique agricole commune définie au niveau européen ? Comment intégrer dans l’économie agro-alimentaire un mode d’exploitation restant familial ? Comment professionnaliser les cultivateurs ? Or, à l’époque, les études sur le monde rural sont encore balbutiantes. Les historiens commencent tout juste à s’y intéresser, les travaux se développant surtout à partir de la décennie soixante-dix. De son côté, la sociologie rurale ne fait que s’instituer. En ce début des années soixante, le Groupe de sociologie rurale, créé par Henri Lefebvre et Henri Mendras en 1950, se renforce. Alors qu’il ne comptait que ces deux chercheurs à l’origine, quinze années plus tard, vingt-cinq chercheurs (titulaires et contractuels) y sont rattachés.

L’absence des « ruralistes »

Pourtant, ces ruralistes ne seront guère concernés par Plozévet, Henri Mendras et son équipe étant occupés par d’autres projets, financés d’ailleurs par ce même CADES. Engagé dans une étude comparative en vue d’établir une typologie des régions agricoles françaises, les membres du Groupe de sociologie rurale réalisèrent une série de monographies communales, selon des méthodes mises au point pour l’occasion. Une documentation qui fut mise à propos par Henri Mendras pour écrire son livre, La fin des paysans, innovations et changement dans l’agriculture française (Paris, SEDEIS, 1967, 364 p), ouvrage publié la même année que La métamorphose de Plozévet d’Edgar Morin. Un écrit qui, s’il ne doit rien aux problématiques développées au sein de la sociologie rurale naissante, comme d’ailleurs l’ensemble des études menées à Plozévet sur le problème agricole, aborde les transformations de la société rurale d’une façon originale, mais qui n’aura pas l’empreinte du livre de Mendras sur la sociologie rurale.

Ce sont donc d’autres thèmes qui furent mis en avant à Plozévet, selon les intérêts des différents « patrons » envoyant sur le terrain leurs jeunes étudiants. Arrivée en estafette et chargée de préparer la venue des chercheurs du Centre de recherches anthropologiques, Solange Petit établit un premier diagnostic des questions à étudier à Plozévet, tout en menant une étude sur la vie des gens du littoral. Les premiers sociologues envoyés par Alain Girard de l’Institut national d’études démographiques (INED), membre du CADES, Michèle et Jean-Claude Kourganoff, furent chargés d’une étude psychosociologique générale. Puis les questions agricoles furent abordées, sur le plan des techniques de production et de consommation (Alexandre Albenque), et au regard de la diffusion de l’information (Jacques Maho). L’analyse de la situation socio-économique de diverses exploitations agricoles étant laissée aux géographes humains, sous la direction de Maurice Le Lannou. Enfin, arrivé sur le tard, Edgar Morin devait traiter principalement de la modernisation. Y voyant une notion floue, il développa une approche ne pouvant se satisfaire des conceptions assez linéaires de l’époque selon lesquelles les transformations technico-économiques détermineraient les changements sociaux. Indirectement, il ne répondait guère aux attentes de la haute administration planificatrice…

Des films ethnographiques détachés des enquêtes ?

Dans un tel contexte, Robert et Monique Gessain, du Centre de recherches anthropologiques (CRA – Musée de l’Homme), entreprennent la réalisation de plusieurs films sur Plozévet. Les jeunes chercheurs envoyés sur place repèrent personnages, thèmes et lieux, selon des consignes données par les auteurs. Ainsi, Solange Petit, psycho-ethnologue installée à Pors Poulhan, motive les habitants pour reconstituer un brûlage du goémon. Ou, c’est Donatien Laurent qui, alors qu’il étudie la culture traditionnelle, découvre des personnes susceptibles de se laisser filmer dans des activités traditionnelles. Les tournages sont ainsi préparés selon des centres d’intérêt conçus à l’avance, l’équipe technique, cadreur et preneur de sons, n’ayant pour tâche que de « mettre en boite », puis de monter.  Une façon de concevoir le film ethnographique assez différente de celle que préconisait depuis plusieurs années Jean Rouch du Musée de l’Homme, ou de celle que  Jean-Dominique Lajoux mit en oeuvre lors des enquêtes collectives interdisciplinaires qui suivirent celle de Plozévet, en Aubrac et sur le Châtillonnais.

À quels principes répondent donc les films sur Plozévet ?

Bernard Paillard

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les Gens de Saint-Démet. Tous droits réservés.

Rendez-vous au troisième épisode de ce feuilleton de l’été…

Épisode précédent