Archives par mot-clé : patrimoine

Journée d’étude « Patrimoines, le rôle de la recherche universitaire »

Vendredi dernier s’est tenue à l’Université de Brest, une journée d’étude exploratoire, organisée par Sylvain Laubé (Patrimoine Histoire des Sciences et des Techniques – CFV) et Nicolas Meynen (Centre de recherche bretonne et celtique), réunissant une vingtaine de chercheurs de l’Université de Bretagne Occidentale intervenant dans le domaine des patrimoines. Pour accompagner les différentes communications, deux tables rondes, avec  des professionnels du patrimoine et des laboratoires de recherche, ont permis d’ouvrir la réflexion: que recouvre aujourd’hui la notion de patrimoine ? Quelle rôle la recherche universitaire peut-elle jouer dans la connaissance et la valorisation de ce dernier ? Quelles possibilités de collaborations peut-on mettre en œuvre entre les organismes de recherche et les institutions patrimoniales ?

Patrimoines, panorama. Architecture et paysage plozévétiens, fonds documentaires du Centre de recherche bretonne et celtique de Brest.

Occasion pour moi, ancienne étudiante de l’IUP Patrimoine de Lorient, et pour  le projet Plozarch de revenir au cœur de nos missions et de réfléchir à notre positionnement en assistant à cette journée. Car les frontières de la démarche sont mouvantes. Rappelons que Plozarch est le volet local d’un projet, Plozcorpus, dont la vocation est de donner accès, sur le web, aux données scientifiques recueillies lors de la recherche pluridisciplinaire menée sur la commune de Plozévet, dans les années 60. Plozcorpus s’incorpore ainsi au programme du TGE Adonis du CNRS dont le but est de faciliter l’accès à différents corpus scientifiques numérisés (voir notre billet). Le nôtre est constitué de données écrites, sonores, iconographiques, filmiques, produites par les équipes de chercheurs qui se sont succédés sur un même terrain. 45 ans après, les documents sont dispersés, versés dans différents organismes de conservation ou de recherche. Pourtant, l’intérêt de pouvoir les rendre accessibles est considérable. D’un point de vue scientifique, ce corpus permettrait de nourrir de nouvelles recherches, sur l’histoire des disciplines, des institutions, des programmes de recherche. D’un point de vue patrimonial, il pourrait favoriser, chez les habitants, un processus de réappropriation de leur histoire et de leur mémoire. Tandis que Plozcorpus s’attache à rendre accessible les données, en les inventoriant, les numérisant, les documentant, Plozarch invite les habitants de Plozévet à découvrir les fonds d’archives, et à repartir sur le terrain pour mener de nouvelles enquêtes.

Plozévet en quête d’enquêtes

Voici un bref exposé, non exhaustif, des échanges qui se sont tenus lors de cette journée d’étude. Inaugurant la journée, Philippe Lagadec (Centre de recherche bretonne et celtique) a évoqué la question des archives de la recherche et des archives des chercheurs en Sciences humaines et sociales. Il a souligné le rôle de la bibliothèque Yves-Le Gallo dans la conservation et la valorisation de certains fonds comme ceux de Donatien Laurent, ethnologue, Jean Le Dû, linguiste, et une partie des fonds des chercheurs de l’enquête de Plozévet. Dotées d’une dimension à la fois historique et scientifique, les archives de la recherche et des chercheurs deviennent de précieux outils pour établir une histoire des sciences, et pour favoriser les conditions d’un retour sur le terrain. Le Directeur des Archives Départementales du Finistère, Bruno Corre, est revenu sur ses missions de collecte et de conservation, applicables aux archives des chercheurs.

Illustrant cette coopération entre les organismes de conservation et de recherche, Christine Berthou-Ballot (Directrice des Archives Municipales et Communautaires de Brest, et Céline Angot (doctorante en ethnologie au CRBC et missionnée par Brest Métropole Océane) ont présenté le projet de valorisation patrimoniale des Ateliers métallurgiques du Plateau des Capucins à Brest. Christine Berthou-Ballot a souligné le rôle de la recherche comme moyen d’éclairer ce patrimoine à la fois architectural, industriel et social . La confrontation de l’histoire et de la mémoire du lieu et des hommes qui y ont travaillé, la collecte de témoignages oraux et d’objets effectuée par Céline Angot sont autant de moyens pour envisager la valorisation future de cet espace à travers un centre d’interprétation, et de rendre ainsi compte de la « culture arsenal ». Si vous souhaitez télécharger l’intervention de Céline Angot : études 8 avril 2011

Karine Thépot, du Centre d’étude des correspondances et journaux intimes, et Nicolas Tocquer, Conservateur à la Bibliothèque d’étude de Brest, sont revenus sur la collaboration fructueuse entre conservateurs et chercheurs, en présentant leur projet de valorisation d’une œuvre littéraire du marin-écrivain Paul Cadiou. Nicolas Tocquer a d’abord évoqué l’histoire du fonds Paul Cadiou, acquis par la Bibliothèque d’étude, dans lequel furent découverts un manuscrit inédit susceptible d’être exploité par les chercheurs et une photographie signée de Pierre Loti. Puis, il a présenté le traitement archivistique réalisé pour garantir la conservation physique et intellectuelle du fonds et pour permettre sa diffusion. Karine Thépot a ensuite présenté son travail de recherche sur le manuscrit, sa phase de découverte, en tant « qu’image » et en tant que texte, ses questionnements, « comment comprendre le processus de création d’une œuvre littéraire et comment le transmettre. » Karine Thépot se définit comme un des relais pour contextualiser, donner du sens et apporter des éclairages sur ce patrimoine.

Autre moyen d’explorer les liens et les rapports entre patrimoine et recherche, la création d’un musée virtuel, répondant aux nouvelles pratiques de production et de consommation des connaissances. Ioannis Kanellos (SCRIPTures, Télécom-Bretagne) a ainsi présenté son projet de musée virtuel, pensé comme un lieu de rencontre de différentes missions :  recherche, patrimoine et école. La numérisation d’une collection et la création de connaissances standardisées sont les premières étapes de la démarche. Une plate-forme d’accès, adaptable aux différents besoins des visiteurs, chercheurs, scolaires, grand public, est ensuite créée. Elle permet d’accéder au contenu en proposant différents niveaux de profondeur. L’étude du profil de chaque visiteur permet de proposer des services adaptés.

Pour terminer la journée, dans une communication à deux voix, Nicolas Meynen (CRBC) et Nicolas Bernard (Géoarchi), respectivement responsable de l’IUP « Métiers du Patrimoine » et responsables des formations professionnelles en tourisme, au Pôle universitaire de Quimper, ont présenté quelques exemples de travaux d’étudiants, relevant de la valorisation des patrimoines. Les projets tutorés sont des exercices pratiques réalisés en groupes restreints de 3 à 4 étudiants encadrés par un tuteur universitaire et un tuteur professionnel. Ils consistent en une application concrète des connaissances et des compétences acquises dans le cadre de leur formation. Ainsi, durant l’année universitaire (septembre à avril), les étudiants travaillent avec un ou plusieurs commanditaires et différents interlocuteurs sur des projets qui débouchent parfois sur des réalisations. A titre d’exemples, nous pouvons citer dans le domaine de l’IUP « Métiers du Patrimoine » :

– Avant-projet d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine dans le fort de Landaoudec. Commande de la Communauté de Communes de la Presqu’île de Crozon

– Mise en valeur du patrimoine religieux l’église Saint-Tugdual de Sainte-Marine et création d’un circuit de découverte sur  « les Bonnets Rouges ». Commande de la mairie de Combrit – Sainte-Marine

– Création d’un parcours d’interprétation de la voie verte Rosporden-Guiscriff. Commandes des maires de Rosporden, Scaër et Guiscriff, et des Conseils généraux du Finistère et du Morbihan.

– Diagnostic et préconisations en vue de l’obtention du label « Tourisme et Handicap ». Commande du musée des Beaux-Arts de Quimper

– Exposition et livret pédagogique sur l’activité ardoisière de Gouézec au XIXe siècle. Commande du maire de Gouézec

Pour les formations en tourisme, nous pouvons mentionner notamment les travaux suivants :

– conception d’une route touristique de la pierre et de l’ardoise à Pleyben et dans les communes voisines. Commande de la mairie et de l’Office de tourisme de Pleyben

– Conception d’un séjour touristique de 3 jours autour du thème du cidre de Cornouaille (découverte du produit, dégustations, visite de cidreries, de vergers, conférences…). Commande du Comité Cidricole Finistérien et du Pôle tourisme de l’agence Quimper Cornouaille Développement.

– Mise en valeur du patrimoine « cerises et cerisiers » de la commune de La Forêt Fouesnant (en vue d’une exposition). Commande de la mairie et de l’Office de tourisme de La Forêt Fouesnant.

Comme énoncé plus haut, ce billet ne reflète pas la richesse des différentes interventions lors de cette journée. Il illustre cependant, pour reprendre le propos de Nicolas Meynen, « les liens solides qui unissent l’Université aux institutionnels dans la recherche et la valorisation des patrimoines ». La table ronde de l’après-midi, convoquant le point de vue des laboratoires, a par ailleurs permis de dégager des pistes de travail communes ; propositions qui seront étudiées par un comité de pilotage des directeurs de laboratoires. Des projets multiples prolongeront cette journée, notamment le développement et l’affermissement de l’axe « Patrimoine » de l’Institut des Sciences de l’Homme et de la Société.