Archives par mot-clé : Robert Gessain

Les Gens de Saint-Démet/1

À l’occasion de l’exposition de la Médiathèque « La fabrique d’un film ethnographique », il nous a paru intéressant d’éclairer certaines questions relatives à ces réalisations. Aussi, nous reviendrons sur la conception de ces cinq films « Les Gens de Saint-Démet » (Le bourgLes agriculteursLes pêcheurs de Pors PoulhanLes gestes du repasLe costume), au regard de l’histoire du cinéma ethnographique et documentaire, sans négliger les raisons de certaines polémiques locales lorsque des prémontages avaient été projetés en 1965 devant un parterre de Plozévétiens parfois en colère en raison de certaines scènes. Car, si aujourd’hui tout le monde s’accorde, à Plozévet, pour revendiquer hautement ce patrimoine culturel communal au point que beaucoup souhaiteraient une réédition des films en DVD, dans les années soixante, ils avaient soulevé d’autres doléances. Rappelons-nous ce qu’en disaient certains Plozévétiens interrogés par Ariel Nathan dans son film Retour à Plozévet (54 mm/1999/vidéo/ couleurs/Production Vivement Lundi). Et d’aucuns de rappeler le passage sur la conserverie, où une grande partie des ouvrières arrivait en coiffe bigoudène, ce qui n’était aucunement dans les habitudes ; et surtout la fameuse scène du youd’ker, cette bouillie d’avoine dégustée en commun, qui avait soulevé beaucoup de protestation : « On ne mange pas comme cela a Plozévet » avait-on écrit à Edgar Morin. Bref, on dénonçait une vision un peu archaïsante, les ethnologues se plaisant à favoriser des scènes qui faisaient passer les Plozévétiens pour une population assez arriérée…

Il est certain qu’on note une certaine tendance à privilégier des traits et des usages traditionnels, le plus souvent en voie de disparition, sinon disparus. Ainsi, le film sur les agriculteurs met en scène les anciens rites agraires christianisés comme les processions des rogations ou les offrandes de beurre à Saint Herbot, protecteur des bovins et pourvoyeur de bons produits laitiers. Mais, rien n’est dit du rôle de la Jeunesse agricole chrétienne (JAC), qui poussait à  la modernisation de l’agriculture. Et, le tracteur n’apparaissant à l’image qu’à la vingt-sixième minute du film et pour seulement onze seconde, l’agriculture contemporaine et ses problèmes ne sont évoqués qu’à la fin du reportage. Pendant quatre pauvres minutes, alors que la fabrication d’un collier à cheval en roseau s’étend, elle, sur plus de trois ; confection qui n’avait plus cours à l’époque…

Pour autant, la vie moderne des années soixante est bien présente, surtout dans le film sur le bourg. Les changements, entre autres scénarisés par l’opposition entre une femme en coiffe et une jeune fille « moderne » habillée à la mode de la ville et qui conduit sa voiture, apparaissent comme en contrepoint, une façon d’évoquer que cette petite société rurale et maritime bretonne voit sa vie économique, sociale et sa culture traditionnelle bousculées par un monde nouveau gagnant l’ensemble de la société française et plus largement occidentale, alors au zénith des Trente glorieuses.

Mais, de fait, ce n’est pas la modernité qui est au centre des propos. Pour quelles raisons ? S’agit-il d’un choix uniquement imputable aux auteurs des films ? Faut-il y voir le témoignage d’une conception plus largement répandue parmi les cinéastes lorsqu’ils abordaient la question  rurale dans les années soixante ?

Bernard Paillard

Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org, Les Gens de Saint-Démet. Tous droits réservés.

Rendez-vous au deuxième épisode de ce feuilleton de l’été…

Épisode précédent