Projet étudiant # Restitution

Mardi dernier, Mathilde, Julie et Marion, sont venus présenter le fruit de leur travail sur leur projet de parcours découverte sur Plozévet. Gaëlle Mazingue de l’Office de tourisme du haut pays bigouden, Philippe Sandrin (que nous remercions pour les photos) et Jean-Claude Stourm de la municipalité, Mr et Me Huard de l’association du four à pain, et moi même avons assisté à leur restitution sous forme de diaporama Power point. En voici un premier compte-rendu que l’on retrouvera probablement dans la presse locale puisque les correspondantes d’Ouest France et du Télégramme étaient présentes.

1/ Une première approche de terrain

L’objectif de la commande  avait été fixé lors de la première rencontre en  novembre en présence de l’ensemble des partenaires. Il s’agissait de proposer un deuxième parcours de découverte sur la commune (le premier ayant été réalisé sur le bourg par l’équipe Plozarch) permettant de découvrir le patrimoine local à travers la problématique des rapports entre le monde littoral et le monde rural. Le blog Plozarch servirait à relayer l’avancée des travaux. Une première éditorialisation du contenu sur le web était envisagé sur ce même blog et une finalisation du projet à travers sa mise en service sur les guides multimédia de l’Office de tourisme du haut pays bigouden avaient été décidés.

2/ Premiers pas à Plozévet

Le trio s’est déjà plongé dans l’histoire de la commune et de la fameuse enquête pluridisciplinaire qui s’y est déroulée dans les années 60. Après un premier repérage de terrain, Mathilde, Julie et Marion ont décidé de traiter le sujet au sein d’un même circuit et non avec deux boucles comme il l’avait été envisagé au départ.

L’élaboration d’un diagramme de Gantt a permis de planifier en amont du projet les différentes tâches à réaliser et de programmer ces différentes actions dans le temps. Cet outil a par ailleurs permis au groupe de mieux appréhender les différentes contraintes du projet notamment les questions liées à l’éloignement géographique et au manque de temps.

3/ Le parcours plus en détail

Le parcours en chiffre : 7km de circuit, 14 stations, 3h à 3h30 de marche.

Etape 1 / départ au Menhir des droits de l’homme (parking) : historique, contexte des naufrages, lecture d’un poème. + axe jeune public

Etape 2 / L’ancien Port de Canté : historique, lien avec la signalétique existante.

Etape 3 / La plage de galets : toponymie + axe jeune public

Etape 4 / Le palud : définition, rôle du roseau dans l’habitat, lien avec le four à pain.

Etape 5 / Les murets de pierres sèches : agriculture et remembrement

Etape 6 / Le four à pain: historique, toponymie, rôle de l’association + axe jeune public

Etape 7 / Penlan : toponymie, lecture de paysage, lecture extraites de « L’herbe d’or »

Etape 8/ La chapelle de saint Demet : histoire architecturale et histoire locale sur le hameau, lecture extraite du « Cheval d’orgeuil » + axe jeune public (sur la langue bretonne)

Etape 9 / Kergroas : remembrement, mécanisation de l’agriculture, comparaison des cadastres + axe jeune public

Etape 10 / La rivière : une barrière politique ?

Etape 11/ Moulin Coing : rôle et histoire des moulins, spécificités en Finisitère + axe jeune public

Etape 12 / L’étendue des paluds

Etape 13 / Pouldu : le ramassage des algues

Etape 14 / Les fours à goémon : le brûlage du goémon

4/ Perspectives

Après cette première présentation, reste à faire évoluer le projet en fonction des suggestions des différents partenaires et des réflexions des étudiantes elles-mêmes dont voici un résumé.

Sur la question du public-cible, il s’agit de proposer peut-être un contenu complet sur le web et un format allégé sur le guide multimédia. L’axe jeune public, salué à l’unanimité, sera plus facilement déclinable sur le web et sur un support à part du guide multimédia. Certains des jeux « jeune public » devront faire l’objet de corrections.

Le parcours (durée et circuit) fera l’objet de petites modifications notamment sur sa dernière étape, assez éloignée du parcours, la réflexion pourra être menée avec les associations de marcheurs à Plozévet. Une fusion des étapes  10 et 11 et un ajustement du contenu des étapes 5 et 9 pourraient être envisagés.

La question des droits à l’image devra être étudiée attentivement avant toute publication.

Rendez-vous au printemps pour la suite et en attendant toute l’équipe du projet souhaite de beaux stages de fin d ‘année  à Mathilde, Marion et Julie !


3 réflexions au sujet de « Projet étudiant # Restitution »

  1. Bonsoir, à vous deux, et à nos étudiantes,

    Sans doute, il y a des manques. Mais chacun en trouvera d’autres. On ne peut pas tout dire dans un parcours de découverte. Et, surtout, les « fils rouges » sont multiples. L’un voudra qu’il soit plus ceci, l’autre, plus cela.

    La remarque de Gilles me rappelle la discussion que nous avions eu au début de Plozarch, lorsque Laure et moi avions évoqué le projet de parcours.

    Alors, nous avions vu :
    – 1) qu’il y avait, même entre nous, une diversité d’intérêts, d’approches, de façons de mettre l’accent sur tel ou tel point
    – 2) que finalement, tout était lié.

    Et je me souviens très bien que Gilles avait conclu cette réflexion collective par un « Tout est en tout et réciproquement ».

    Ce à quoi, j’avais répondu par un billet, où je tentait d’illustrer que, dès que nous abordions un aspect, nous étions nécessairement confrontés à l’obligation de l’appréhender en relation avec un ensemble d’autres. Un vrai défi : nous étions bien incapables d’avoir l’appréhension de cet ensemble, de ce « tout ». Chercher à le connaître en globalité nécessitait de multiplier les angles de vue, de partir des divers « fils rouges » dont il était tissé. Je vous renvoie au billet « Propositions méthodologiques à l’usage des collaborateurs plozévétiens » (URL : http://plozevet.hypothsees.org/464).

    Mais, un parcours peut-il, doit-il montrer cette complexité ? Rappelons que le mot « complexe » vient du latin « complexus », formé » du préfixe « com », qui veut dire « avec », et de « plexus », qui veut dire « entrelacement ».)

    Nos étudiantes n’ont pas eu l’ambition de saisir leur parcours dans toute sa complexité, c’est-à-dire dans l’entrelacement de toutes ses dimensions. Et, elles ne nous ont pas trompé sur leurs intentions.

    D’ailleurs, elles ont évoluées, il me semble, depuis que, la dernière fois, j’en avais parlé avec elles. À ce moment là, j’avais l’impression qu’il était question d’orienter le parcours sur la question alimentaire. Parce que, dans les lieux retenus, il y avait la mer et ses produits, le four à pain, l’agriculture et ses produits, et puis d’autres choses qui évoquaient cela.

    Aujourd’hui, leur intention est différente, et, dès le départ, elles nous la donne : articuler l’aspect littoral et l’aspect rural. Et, il est vrai, que dans ce cas, la question historique de l’échouage du vaisseau des Droits de l’Homme devient secondaire…

    Comment en sont-elles arrivées à cela, je ne sais. Est-ce en fonction des découvertes qu’elles ont fait sur « le terrain » (terme si impropre, et je dirais, même INJURIEUX, puisque nous ne rencontrons que des personnes) ? Est-ce en fonction de discussions qu’elles ont eu ensemble ? Je ne sais.

    Mais, c’est leur axe de lecture. Et il permet d’organiser leur parcours. Sans doute, il peut y en avoir d’autres. Et, je sais très bien que d’aucuns pourront leur faire reproche d’avoir pris cet angle plutôt qu’un autre. Mais, le leur permettra de lire les lieux traversés, et, certainement, d’aiguiser la curiosité, et les questionnements…

  2. Merci Gilles pour votre commentaire. Le naufrage du vaisseau a bien été évoqué à plusieurs reprises dans le travail des étudiantes, j’ai posté sur le blog une version allégée de la réunion, je vais corriger ça tout de suite !
    Quand aux absences, elles se justifient par le fait que l’invitation a été envoyée bien tardivement !
    Rendez-vous au printemps au complet pour une présentation finale.
    Merci encore

  3. Bon travail, tout à fait dans l’esprit de ce que nous avions évoqué lors de la découverte de ce circuit (bizarre, aucun représentant lors de la restitution !) .

    Il manque peut-être un petit « fil rouge » concernant les Droits de l’Homme » car différents lieux (le départ, le four à pain, la chapelle…) ont concerné ses rescapés ou ses survivants.

Les commentaires sont fermés.