L’atelier d’écriture à la criée. 2ème vidéo : la vente électronique

Une sonnette retentit, la vente commence. Ce n’est plus, comme autrefois, une vente à la criée. Informatisation oblige, désormais la vente est électronique et ouverte sur Internet. Aussi, les mareyeurs ne sont plus obligés d’être sur place. Accédant à la vente à distance, ils peuvent renchérir de leur ordinateur. Ils sont donc à même d’acheter des poissons qu’ils n’auront pas pu observer de visu. D’où la nécessité d’avoir un descriptif très précis et standardisé de chaque lot. Les bacs sont alignés, bateau par bateau et espèce par espèce. Chaque bac, numéroté, est identifié par plusieurs critères qui s’affichent sur un tableau électronique mobile qui, ligne après ligne, se déplacera au cours de la vente. Ainsi, chacun connaîtra le numéro du lot mis en vente,le nom du bateau de pêche, l’espèce des poissons de ce lot, leur taille, s’ils sont entiers ou vidés, leur qualité. Et, bien sûr le prix de départ de la vente, calculé en fonction du prix atteint lors de la dernière criée.

Ce jour, ils sont une petite dizaine de mareyeurs présents sur place, chacun muni de sa télécommande, et d’un téléphone portable permettant de correspondre avec des clients intéressés par tel ou tel types de poisson. À chaque impulsion d’un mareyeur présent ou derrière son ordinateur, le prix augmente, jusqu’à ce que l’enchère s’arrête, le lot revenant au dernier renchérisseur.

Cette criée électronique, très rapide et assez calme, a perdu le folklore de celles d’antan, avec ses aboyeurs et la petite gestuelle si particulière de chacun des mareyeurs que les premiers devaient bien connaître et identifier.

Prochain billet : rencontre avec un pêcheur, ancien « ligneur »

 

 


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts