Reportage : le four à pain de Keristenvet

Le jeudi 24 mai, c’est de bon matin que nous nous rendons au four à pain de Keristenvet où nous avons rendez-vous avec les membres de l’association Gwarez Ar Glad pour assister à la cuisson du pain. En effet, de fin mars à fin septembre, l’association se mobilise pour faire revivre ce lieu et organise tous les quinze jours des séances de cuisson de pain, pâté et riz au lait.

Pour être prêts pour la vente qui a lieu le jeudi, il faut s’organiser ! Dès le mardi soir, le four est mis en préchauffe afin d’en chasser toute l’humidité. Dans la journée du mercredi, on cuit le pâté et le riz au lait pour enfin terminer par la cuisson du pain, le jeudi. Pour alimenter le feu, on se sert de fagots qui, comme l’explique un billet précédent, ont été constitués par les membres de l’association durant l’hiver.

Il est nécessaire de laisser chauffer le four pendant plusieurs heures afin qu’il atteigne la température adéquate avant la cuisson. Et pour cela, il faut employer environ 40 fagots à chaque chauffe !

Pendant ce temps, les boules de pâte attendent, sagement alignées, d’être enfournées…

Une chaîne humaine se constitue alors pour que chaque boule trouve sa place dans le four en un minimum de temps. Et environ une heure après, il est déjà temps de sortir les pains. Une certaine émulation teintée d’angoisse se fait sentir. Il faut dire  que ce n’est pas une chose facile que de faire le pain. En effet, la recette ne dépend pas uniquement des ingrédients qui la compose mais également d’un savant dosage météorologique ! Par exemple, trop de vent au Nord refroidit les parois du four et trop d’humidité entrave la cuisson…

Alors cette fois-ci, la cuisson est-elle bonne ? Tous les regards sont braqués sur Didier Huard, le président de l’association, a qui relève la lourde tâche de donner le verdict. D’une main experte il tape sur le pain et c’est avec un grand sourire qu’il annonce la bonne nouvelle.

Tout aussi rapidement qu’ils ont été enfournés, les pains dorés sont sortis du four. Et c’est encore tout crépitants qu’ils sont achetés par les premiers clients.



Citer ce billet
gaellegoascoz (2012, 30 mai). Reportage : le four à pain de Keristenvet. Plozarch. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swci