L’été Plozévétien – épisode 03 « Nos années 60 »

Avec en toile de fond les grands bouleversements des années 60 et les petites joies estivales d’une bande de copains, ce nouveau témoignage apporte un brin de soleil dans le ciel brumeux de cette fin d’été.

Nos années 60 …

«… On s’est rencontrés, on s’est réchauffés,  puis on s’est séparés. Chacun pour soi est reparti,  sur le chemin de la vie… »

Nous faisions partie de la jeunesse du moment, au début des années 60, à défaut d’un métier, nous avions tous un emploi. Les garçons, en âge de faire le service militaire, faisaient un détour de deux ans par l’Algérie et nous revenaient avec des anecdotes effroyables, sans doute un peu exagérées, qui résumaient assez bien les souffrances morales vécues là-bas. Pendant la semaine, rien d’autre ne comptait que le travail, qui dans sa boutique, ses champs, son bureau ou encore son navire, pour les marins de la Marchande ou de la Royale. Le dimanche, tant attendu, nous semblait terriblement court, les premiers levés descendaient au bourg, (dans notre groupe, tout au moins, personne n’allait à la messe ). Le café préféré de notre bande,était, sans conteste, le café des « Droits de l’homme ». Là, nous étions entre nous, devant le juke-box, écoutant sans répit les tubes du moment. Les patrons, pour nous fidéliser un peu plus, s’étaient équipés dès sa sortie sur le marché,d’un appareil dernier cri, appelé « Scopitone ». Nous en avons passé du temps devant cette boîte à images, avant même que nos foyers ne soient tous équipés de poste de télévision….

Nous y avons vu évoluer les yéyés de l’époque, toute la clique, au grand complet, de « Salut les copains », à laquelle il ne manquait ni une guitare dernier modèle, ni une robe très courte de vichy à carreaux… Si nous avons su danser, fort bien, ma foi, c’est grâce à André Verchuren, accordéon en bandoulière qui nous entraînait à la suite de ses Fiancés d’Auvergne ou encore sur les trilles époustouflantes des paso doble et autres valses à quatre sous… Le bonheur, à cette belle époque, c’était cela : l’été, il faisait beau, nous étions jeunes, sûrement pas riches mais infiniment heureux d’être ensemble et de profiter du temps qui passait.

Quand l’équipe de chercheurs a investi la commune, dans ses moindres recoins, nous avons été happés par Anne, une des enquêteuses « chargée de la jeunesse ». Pour cela, elle n’a pas eu grand mal à nous entraîner dans son sillage, ou elle dans le nôtre ? Nous n’avons pas changé nos habitudes, il y avait toujours des bals improvisés dans la salle du bistrot de Marie, qui, le dimanche, régentait son petit monde, la tête joliment surmontée de sa coiffe immaculée aux rubans voltigeurs…

Quand eut lieu l’inauguration de la Bigoudène de Pors Poulhan, le 6 août 1961, pas un seul d’entre nous ne rentra chez lui avant une heure avancée de la nuit, la fête fut réussie, tous les intervenants eurent leur discours dûment enregistrée pour la postérité par l’équipe de Monsieur Gessain, le soleil et la chaleur furent de la partie … Après la cérémonie, quelqu’un, parmi nous, lança l’idée d’aller finir la journée ailleurs, Pont Croix fut choisi à l’unanimité, nous y prîmes un repas à l’hôtel-restaurant, puis, deux pas plus loin nous allâmes danser, toute la nuit et même au-delà…

Que cela ne nous fasse pas passer pour des fainéants, le dimanche était entièrement consacré aux retrouvailles, aux réjouissances et chacun mettait un point d’honneur à ne pas l’oublier… La semaine, nous travaillions durement, malgré notre jeunesse, les parents étaient là pour nous rappeler qu’il fallait aussi  « gagner sa croûte », d’une façon ou d’une autre. Nos journées, aux champs, dans les usines, dans les boutiques ou sur mer, étaient longues et pénibles personne ne le conteste, c’est sûrement cette pénibilité que nous cherchions à éliminer de notre corps, par ce sport que représentait la danse pour nous. D’ailleurs, nos mamans, elles aussi élevées à la dure, avaient, de leur temps évacué le trop-plein de labeur en fréquentant assidûment les minuscules salles de bal de Plozévet, qu’un curé crut bon, dans les années trente d’excommunier purement et simplement, ce qui eut pour résultat d’augmenter encore plus le flot des danseurs dans notre commune, ce n’est pas nous qui avons inventé cet adage, il faut que jeunesse se passe.

Nos années 60 se sont aussi passées au gré des évènements nationaux et internationaux, la fin de la guerre d’Algérie qui nous ramenait enfin nos copains, nous fûmes interloqués par l’assassinat de John F.Kennedy. Chacun, peu à peu construisait sa vie, les premiers bébés naissaient ici et là, les anciens, nos grands pères et grands-mères refermaient, un à un, leur livre de messe et, de ce fait, il y eut de moins en moins de fidèles aux offices du dimanches.

Encore de nos jours, cette fameuse décennie, n’en finit pas de refaire son numéro, cela est devenu un classique, un classique de bonheur, de joie de vivre et surtout, deux fois surtout, la période des bouleversements domestiques, tout alla très vite, la télévision, le chauffage central, le téléphone, le réfrigérateur, le lave-linge ….et le permis de conduire, pour remplacer le vieux Solex. Ne trouvez-vous pas que ce fut une belle époque ? Tout le monde avait un emploi, à défaut d’un métier…

Sylviane L.


13 réflexions sur « L’été Plozévétien – épisode 03 « Nos années 60 » »

  1. Bonjour Gilbert
    Merci pour tous ces renseignements,tu te doutes bien que,la période qui concerne notre jeunesse,je parle de la mienne qui va de 1957 au début des années 60,et aussi celle de chacun de nous,quelque soit son âge,est toujours chargée de nostalgie….

    Je suis d’accord sur la proposition de Bernard en ce qui concerne une discussion publique sur le sujet de ton livre,et qui sait?Il y aurait encore d’autres renseignements à glaner dans une telle réunion..

    Nous attendons ta proposition!

    Bonne continuation

    Sylviane.

  2. Pourquoi pas Bernard.
    On reste en contact sur ce projet.
    A bientôt.
    Gilbert Cariou

  3. Bonjour, Gilbert,
    Novembre, novembre, pourquoi ne pas profiter de cette sortie pour faire un petit tour à Plozévet et présenter ce travail. Dans le cadre de Plozarch, nous comptons organiser une série de petites causeries sur le thème de la musique populaire « des années traditions à nos jours » (titre provisoire). Evoquer les années rock serait très intéressant. Qu’en pensez-vous ?
    Bernard Paillard

  4. Bonjour Bernard,
    Je termine la rédaction de mon bouquin sur « les Années Rock au Pays Bigouden / le temps de pionniers 1962-1972  » où va figurer une bio des Wild Things. La sortie de l’ouvrage est prévue en Novembre 2011.Patience…

    Gilbert Cariou

  5. Merci pour ces précisions Sylviane. En général,les Scopitones mais aussi les juke-box , baby-foot et autres flippers n’appartenaient pas aux cafetiers.
    Ce qui explique sans doute en partie l’oubli de la famille DONNARS dans ce domaine.
    Des sociétés d’exploitation plaçaient ces appareils au gré du
     » marché  » et moyennant une rétrocession aux propriétaires des lieux de l’ordre du quart de la recette . A l’époque,le partage
    se faisait chaque mois et souvent sur le comptoir du bar…
    Gilbert CARIOU

  6. Bonjour Gilbert
    Mille excuses pour le retard apporté à la question que tu me poses:

    Non, ce Scopitone n’est pas celui du café Donnars que nous fréquentions au début des années 60, il nous subjugait tellement que nous n’avons pas pensé à le photographier!!!!
    La photo qui m’a servi à \imager\ le reportage vient d’Internet, sans gloire, on se débrouille avec les moyens du bord. J’ai pourtant demandé aux anciens propriétaires du café ce qu’était devenu cet appareil, ils en avaient oublié l’existence, comme quoi, nous n’avons pas tous les mêmes pôles d’intérêt, heureusement ! Bonne continuation, Sylviane LETY.

  7. Bonjour Sylviane,
    Le Scopitone en photo est celui des  » Droits de l’Homme » ?
    Cordialement
    Gilbert Cariou

  8. Bonjour Bernard,
    Pour plus d’infos sur Jean Gillet et les autres groupes des Sixties qui ont tourné dans le coin, voir l’ouvrage :  » ROK : 50 ans de musique électrifiée en Bretagne de 1960 à nos jours  »
    le tome 1 (1960-1989) est sorti en Novembre dernier aux « Editions de Juillet ». Je suis l’un des co-auteurs. J’ai rédigé « les chapîtres bigoudens » de cette saga. Le tome 2 (1990-2010) est en préparation…
    Cordialement.
    Gilbert CARIOU

  9. Dans l’affiche de l’inauguration de La Bigoudène, il est question d’un bal en soirée animé par Jean Gillet et son orchestre. Je me suis demandé qui était ce Jean Gillet. Internet me donne une première réponse. Un site « histoiredebal », qui retrace la vie des bals dans le Finstère Nord dans les années soixante – soixante-dix nous parle un peu de « Jean Gillet et ses tweetters ». Voir : http://histoiresdebals.musicblog.fr/560077/JEAN-GILLET-ET-SES-TWEETERS-ANNEES-60-70. Outre quelques photos de ce groupe, quelques coupures de presse permettent d’en savoir un peu plus sur Jean Gillet qui, originaire de Santec, aurait fondé l’un des meilleurs orchestres de la région. Par ailleurs, ce même site nous dresse la liste des petits groupes qui animaient les bals dans le Finistère dans ces mêmes années. On en trouve près de 70, la majorité étant originaire de Brest. Si l’on s’intéresse à leurs noms, beaucoup d’anglicisations, comme « Les Rangers », Les Shakers », « Les Midnight », « Les Lobsters », « Les Danners » (avec Eddy Dan) ; quelques latinisation style Amérique du Sud comme « Les Brasilero » ou « Los Gaincheros » qui devaient faire « guincher » la jeunesse finistérienne sur les rythmes latino-américains. Mais, ces Gaincheros semblaient s’être quelque peu acoquinés avec « Les Dolmens », le seul nom à consonance bretonnante. Ces dénominations en disent long sur ce qui se jouaient et se dansaient dans les bals de l’époque, en pleine période yéyé (un groupe s’appelle « Les Loups noirs »), avec rock’n’roll, twist, slow mâtinés de paso doble ou de valse musette. Car, l’influence de la valse musette perdurait sous la mode yéyé. Toute une époque…

  10. Bonjour

    Dans le dernier paragraphe veuillez excuser cette petite rectification:  » Encore de nos jours,cette fameuse décennie des années 60 à 70,n’en finit pas de faire son numéro …  »

    Dommage que les images n’apparaissent pas,elles ont leur importance.

    A bientôt.S.L.

  11. Bonjour, Sylviane,

    Je ne savais pas que tu faisais partie de la bande de jeunes qu’Anne suivait. Il est vrai que je ne fréquentais guère le bourg, où je ne me rendais que pour prendre mes repas à l’Hôtel des Voyageurs. Plutôt voué au monde rural, je n’allais pas souvent « Aux Droits de l’Homme ». J’ai dû me rendre une ou deux fois à l’Hôtel de Bruyères pour une réunion du fameux Comité des jeunes. Peut-être nous sommes-nous rencontrés à cette occasion. Mais, je n’ai vraiment pas connu les jeunes de Plozévet, en dehors de ceux de Kermenguy.
    As-tu des souvenirs des autres jeunes enquêteurs de l’équipe Morin ?

    B. Paillard

Les commentaires sont fermés.