Rendez les copies ! Troisième fournée…

petite marchande de proseAujourd’hui, nous avons décidé de nous poser des questions et de voir « un peu plus loin que le bout de notre nez »…

Pas facile pour les élèves de s’interroger afin de se forger leur propre opinion ! La reine Zabo en personne est parfois obligée d’intervenir pour rappeler à Benjamin son rôle de bouc émissaire :

–         « Malaussène, dis-moi que tu as mis quelques Plozévétiens dans le camp d’Edgar Morin ! »

 Il ne manquerait plus que notre Parisien s’imagine être en vacances à Plozévét « aux frais de la princesse »…

Monsieur Malaussène à Plozévet, 3ème partie :

Le lendemain, je dis « A bientôt » à mes deux amis et allai me promener sur la plage. Mes pensées se tourneboulaient dans ma tête et je ne savais plus qui était le bon et qui était le méchant. Edgar Morin ou la population plozévétienne ?

Je marchais, je marchais… jusqu’à la pointe du Raz et je passais par la biscuiterie où je m’acheta un biscuit pour réfléchir. Et c’est à ce moment que je me dis :

–         « Pourquoi Edgar Morin m’a-t-il envoyé ici ? Pour se protéger ! Donc Edgar Morin est méchant ! »

Ayant trouvé la solution à mes doutes, j’établis un plan : je fais croire à la reine Zabo que je fais mon boulot et je prends parti pour les Plozévétiens !

Pas de chance ! Deux jours plus tard, je me fais réprimengueuler par la reine Zabo. Trois jours plus tard, je reçois un colis assez lourd. Et qu’est ce que j’aperçois dedans ? Jérémy !

–         « Je me suis envoyé par la poste, ça coûte moins cher ».

Encore des emmerbredouilles, super !

Le temps que j’y pense et il n’est déjà plus là. Je l’appelle dans toute la ville. Je le trouve au collège Henri Le Moal.

par Manon

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Il y a devant moi un très beau coucher de soleil. Edgar Morin avait tort, le paysage de Plozévet est magnifique et les gens qui passent devant moi ont l’air plutôt sympathiques et pas du tout alcoolisés.

Je me mets donc du côté des habitants de Plozévet malgré l’avis de la reine Zabo. Puis j’appelle Julia, ma sœur Clara et mon frère Jérémy pour avoir de leurs nouvelles en leur demandant de venir à Plozévet pour avoir leur avis.

Quand je pense que Mario est en vacances en Chine, il serait fou de savoir ce qui se passe ici…

par Camille

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je décidai d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournaient en boucle dans ma tête, qui devais-je croire, que devais-je penser, Edgar Morin était donc si méchant ?

Quelques mètres plus loin, je vis des gens allongés qui s’apprêtaient à se baigner. Sans comprendre pourquoi, je me mis en maillot de bain et je me jetai dans la mer. Des gens me lancèrent un ballon de plage que je rattrapai et ils me demandèrent si je voulais jouer avec eux. Malgré mon inquiétude j’acceptai. Je me suis bien amusé mais je me suis rappelé que j’étais là pour autre chose. Je commençai à leur parler d’Edgar Morin et ils prirent tout de suite un air offensé et sont partirent avec un groupe de jeunes. Pour la première fois, je me sentis un peu coupable. Je sortis de l’eau, me rhabillai me mis en route vers mon hôtel pour retrouver Julius. En route, tous les habitants me fuyaient. La raison de ma venue avait sûrement été divulguée. Arrivé devant mon hôtel, j’entrai et la dame de l’accueil me dit que j’avais reçu un coup de fil d’une certaine « reine Zabo ». Je lui demandai à contrecœur de la rappeler.

A peine avais-je dit :

–         « Bonjour reine Zabo, comment allez-vous ? »

Qu’elle me cria :

–         « Malaussène, dis-moi que tu as mis quelques Plozévétiens dans le camp d’Edgar Morin ! »

Je lui répondis que je pensais qu’Edgar Morin avait tort sur leur compte mais elle ne m’écouta pas et me dit de me remettre au travail avant de raccrocher. Je montai dans ma chambre, déçu. Sans même regarder Julius je m’installai sur mon lit et m’endormis.

par Nolwenn

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Je ne sais pas quoi penser. Se pourrait-il qu’Edgar Morin ait fait toutes ces choses ? Ou les Plozévétiens ont-ils abusé de ses actes ? Je ne pense pas qu’il ait voulu instaurer la mentalité de la ville à Plozévét, ni même qu’il ait perverti leurs jeunes ou encore qu’il ait voulu les faire passer pour des arriérés mais il a peut-être dévoilé des confidences et il ne comprenait pas le breton. De toute façon, quelque soit mon opinion, mon travail est de le défendre…

par Alycia

Je me promenais dans la ville en pensant à tous les arguments d’Edgar Morin contre les Plozévétiens. Je pensais être plutôt du côté d’Edgar Morin vu que les Plozévétiens ont refusé de lui poser des questions. Il revient et lA reine Zabo l’appelle :

–         « Hé oh Malaussène, je te félicite, tu encourages bien Edgar Morin malgré que tu as pris ton temps, continue comme ça et je doublerais ton salaire ! Allez Ciao ! »

par Yann

Très triste, je sors de ce bâtiment pitoyable et je parts en direction de la plage. Je fais courir mon chien un peu déçu de cette visite ratée.

Je pense à la façon dont va réagir Edgar Morin. Je n’espère pas recommencer car je me suis lié d’amitié avec certains Plozévétiens. Je ne veux pas reparler de l’affaire Morin. Et je ne veux pas qu’ils découvrent mon statut de bouc émissaire.

par Guillaume

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je décidai d’aller me promener sur la plage afin de faire la point. Beaucoup de pensées tournaient en boucle dans ma tête : qui devais-je croire, que devais-je penser, Edgar Morin était-il donc si méchant ?

Je ne savais pas s’il avait raison sur ce qu’il avait écrit. Je pensai que les Bretons avaient raison car il n’était pas resté assez longtemps pour les connaître. Mais les Bretons avaient aussi des reproches faux…

–         « Oh, je ne sais pas ! » criai-je

Je décida d’aller voir le Maire et de lui expliquer la situation. Mais je ressorti avec encore plus de doutes car il me dit qu’il ne savait rien ou peu de choses sur cette histoire.

Je retournai donc à mon hôtel où j’exposai les faits : « pervertit les jeunes » et « dit des préjugés » d’un côté et de l’autre « Edgar Morin dit que tout cela est faux ». Mais je pense que je vais abandonner Edgar Morin car j’en ai assez d’être un bouc émissaire avec la reine Zabo !

par Bryan

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je décidai d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournaient en boucle dans ma tête, qui devais-je croire, que devais-je penser, Edgar Morin était donc si méchant ?

Quand je posai mes pieds sur le sable, je commençai à me demander pourquoi les Plozévétiens étaient si menaçants et froids envers Edgar. Je me dis que cela devait être pour une bonne raison et le temps de penser cela, j’étais au bout de la plage, juste devant la falaise. Avant d’arriver chez moi, je pris froid et eu un terrible rhume pendant une semaine. Je ne sortis plus de ma chambre et j’avais un peu le mal du pays. Je reçu un coup de téléphone inatendu de la reine Zabo qui m’indiqua que je devais absolument guérir au plus vite et me remettre car durant ces longues journées monotones, je ne faisais pas grand chose. Mais celle-ci me fis remarquer que ce n’était pas moi qui payait l’hôtel et que je n’étais pas là pour prendre des vacances. Elle me remonta le moral et je me sentis d’attaque au bout d’un ou deux jours. Quand je sortis le nez de l’hôtel j’étais remonté à bloc et j’allai même me promener au port de Pors Poulhan où je pris un thé un peu amer dans un café.

par Tugdual

Je ne savais plus où donner de la tête : Edgar Morin mentait-il, pourquoi aurait-il fait cela, pourquoi aurati-il écrit ce livre pour critiquer les Plozévétiens ?

Mais si je ne défends pas le livre d’Edgar Morin je me ferai licencier mais si je ne défends pas non plus les Plozévétiens j’aurai une mauvaise réputation. Sachant que je suis bouc émissaire, j’essayai de continuer à parler aux habitants pour en savoir plus mais en vain.

Je suis coincé entre les deux. Edgar Morin ne les comprenait pas, comment aurait-il appris tout cela ?

par Line

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, qui dois-je croire, que dois-je penser, Edgar Morin est-il donc si méchant ?

Je comprends bien que ce dernier ne comprenait pas le breton mais pour qu’il se soit trompé à ce point sur les Plozévétiens… Les habitants se plaignent qu’Edgar les a trahis, mais il affirme qu’il n’ai pas dévoilé leurs confidences. Je ne sais plus qui croire. Les villageois disent que l’écrivain a sorti un livre qui n’est qu’un ramassis de commérages. Mais Edgar Morin n’a pu mentir à ce point. Il y a bien quelque chose de vrai dans cette histoire. Pourtant quand j’ai lu le livre, je n’avais vraiment pas envie de venir ici alors qu’en fait les Plozévétiens sont très sympas. Il a peut-être écrit tout ça pour vendre son livre et faire parler de lui dans les médias car son histoire n’a rien de vrai. Mais bon, en même temps, je suis payé pour le défendre…

par Gwen

Toutes ces idées me perturbent au plus haut point. Je m’assoie pour réfléchir tout en contemplant l’océan et ce coucher de soleil magnifique.

J’enlève mes chaussures et mes chaussettes pour pouvoir me mettre les pieds dans l’eau. Elle est très froide mais agréable après s’être habitué. Je regarde le soleil disparaître à l’horizon. Une fois ce dernier couché, je décide de rentrer à l’hôtel.

Pendant que les Plozévétiens dorment dans leur lit tranquillement, moi je réfléchis aux reproches des habitants à Edgar Morin et ce que ce dernier a répondu pour se défendre.

par Manon

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête. Comme :

–         « Edgar Morin est-il si méchant que les Plozévétiens l’expliquent ? »

Je ne sais pas quel parti prendre. Moi mon rôle est de refaire venir la paix à Plozévet. Mais comment faire ? Je ne pensais pas que les habitants étaient si énervés que ça après Edgar Morin et son fameux livre. Ici j’ai un travail, celui que la reine Zabo m’a confié. Et cette mission, j’ai plutôt intérêt à le réussir si je ne veux pas perdre ma tête et mon emploi. Heureusement, demain, lundi, mes frères et sœurs viennent me voir. Ouf, je vais pouvoir prendre un peu de bon temps, au moins pendant une petite journée. En attendant, je me replonge dans ce monde, qui est Plozévet. Je suis triste pour Morin, comment va-t-il s’en sortir ?

par Émilie

 Je me promenais sur la plage et des questions se mélangeaient dans ma tête :

–         « Est-ce que Edgar Morin était méchant ? A part ce livre qu’avait-il fait d’autre ? »

Ce livre n’était qu’un ramassis de commérages. Mais moi je dois aider Edgar Morin et pas l’enfoncer encore plus. Mais comment faire cela !?!?

par Laura

Beaucoup de pensées tournaient en boucle dans ma tête : qui devais-je croire, que devais-je penser, Edgar Morin était-il donc si méchant ?

Avec mes idées embrumées, je décida alors d’aller me ressourcer à la plage. J’arriva sur la plage du Menhir. La mer s’était retirée et je vis un bon nombre d’enfants, de femmes et d’hommes de tous âges  le corps à moitié plongé dans l’eau, les bras fouillant sous ces immenses rochers coupants. Je m’approchai pour examiner cet étrange rituel et je me rendis compte qu’ils pêchaient, le crustacé, plus précisément l’étrille, cette étrange chose qu’à la ville on appelle crabe.

Je les ai vus, ils me regardaient. Les Plozévétiens m’avaient vu. C’est à ce moment là que je choisis de m’éclipser. Je me demande si je ne compatis pas pour eux, cet Edgar Morin les a vraiment fait passer pour des ploucs.

par Jules

Mais Julie me dit que ça n’était pas possible car ils pouvaient ne pas apprécier l’arrivée des touristes car ça faisait très longtemps qu’ils n’avaient pas eu de visite d’eux. Donc j’ai un peu insisté et à la fin, Julie a été d’accord avec mon idée. Mais elle a dit qu’il fallait attirer les gens en toute discrétion.

Alors j’ai décidé de mettre des pancartes assez grandes dans toutes les régions de la France. Puis j’ai demandé au patron du bar qui commençait à m’apprécier un peu de faire une salle plus chaleureuse et une petite terrasse, après j’ai été demander à l’hôtel de faire de plus belles chambres comme ça on serait prêts à leur arrivée.

par Kévin

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, qui dois-je croire, que dois-je penser, Edgar Morin est-il donc si méchant ?

Allongé sur le sable, repensant aux critiques faites par les habitants et à ce qu’a dit Edgar Morin, je ne sais plus qui croire entre Edgar et les habitants. Peut-être qu’Edgar m’aurait dit des mensonges ? Ou c’est les habitants qui abusent des critiques ? Après tout ce bla-bla que je viens d’entendre, je pencherais sur l’avis que Morin me ment. Parce que c’est des gens tellement sympas… Je ne pense pas qu’ils puissent mentir. Toutes ces pensées me perturbent, qui croire ?

Je décide de rentrer dans ma chambre d’hôtel…

Je prends mes clés. J’ouvre ma porte. Et je vois quelque chose sur le sol de ma porte. Je crois que c’est une lettre. J’allume la lumière et oui, je vois cette lettre envoyée par ma sœur. Alors je l’ouvre. Je lis donc. Clara me dit que je devrais défendre Morin car c’est quand même mon métier. Elle me dit ça parce que je l’avais appelé pour lui expliquer mon ressenti.

par Jordan

 

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, qui dois-je croire, que dois-je penser, Edgar Morin est-il don si méchant ?

Je marche un peu, puis je retourne à l’auberge : il fait nuit noire. Je m’allonge dans mon lit, il n’est pas très confortable car il est fait en paille. Le lendemain, quand je me lève quelqu’un frappe à ma porte : c’est le facteur, il vient m’apporter une lettre de la reine Zabo que j’attendais impatiemment. Je prends mon petit déjeuner puis je retourne dans ma chambre pour ouvrir la lettre. La reine Zabo veut me faire savoir que les Plozévétiens ne racontent pas toujours la vérité et qu’ils prennent Edgar Morin pour un bouc émissaire. Elle m’adresse aussi l’adresse d’un ancien chercheur habitant à Plozévet.

Je prends ma voiture pour aller le voir. Une fois arrivé, je me trouve devant une petite maison en pierre sur laquelle est posée une petite cheminée. Je suppose que c’est là. Je sonne à la porte, un homme m’ouvre. Je lui demande s’il est bien Monsieur Francis Desprès, il me répond que je me suis trompé car ici c’est chez le boucher du village. Je regarde le numéro de la maison et je découvre que ce n’est pas la bonne adresse, mais celle d’en face. Je me retourne et je vois une habitation semblable avec un vieux monsieur dans le jardin : c’est l’homme que je cherche. Je parle un peu avec lui, histoire de lancer la conversation. Puis, je m’attaque aux sujets qui fâchent. Je lui demande alors si tout ce que les Plozévétiens ont raconté sur Morin est vrai. Il me répond que la plupart de ce qu’ils ont relaté est faux. Il me dit aussi que Morin est pris pour un bouc émissaire.

par Florent et Nathan

 

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, qui dois-je croire, que dois-je penser, Edgar Morin est-il donc si méchant ?

Pendant que je ramasse un galet, je me pose plein de questions ; je commence alors à parler tout seul :

–         « Pourquoi tant de haine envers Morin ? »

Revenu de la plage, la femme de l’accueil me prévient d’un message d’un message d’une certaine Clara. Le sourire me monte aux oreilles (sourire oculaire), j’écoute alors le message.

–         « Hey frérot ! ça va ? Je te passe un petit message pour te demander si ça va ??? »

Je décide alors de la rappeler avec le téléphone à roulette qui fait clic quand on compose le numéro.

–         Hey salut, c’est moi, je t’appelle après que la vieille de l’accueil m’ait passé ton message. Oui ça va et oui ça se passe bien. J’apprécie de plus en plus ce village et cette vue sur le port magnifique. Je suis allé sur le port et je t’ai ramassé des galets. Mais je me suis aussi posé plein de questions sur l’affaire Morin. Je ne sais pas qui croire. Je vais continuer mes recherches et je te rappellerai ! »

Je remonte dans ma chambre et me pose dans mon lit, la tête toujours remplie d’énigmes…

par Owregane, Anaïs, Sarah et Oriane

 

Perturbé par tout ce que je viens d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, qui dois-je croire, que dois-je penser, Edgar Morin est-il donc si méchant ?

Sur la plage, je vois une femme d’une quarantaine d’années qui paraît sociable et plutôt gentille. Je décide de l’aborder. Je commence par me présenter :

–         « Bonjour, je m’appelle Benjamin Malaussène, je suis venu passer un séjour plozévétien afin d’en savoir un peu plus sur l’histoire d’Edgar Morin. Pouvez-vous me donner votre avis ? »

Le visage de la femme se décompose petit à petit.

–         « Je n’avais rien contre Edgar Morin, au début seulement… Au contraire, il avait même noué des liens avec nous, il avait l’air honnête… Mais il nous a tous trahi en publiant son livre avec de faux propos. »

Mes pensées ne font que cogner contre la paroi de mon crâne comme le refrain d’une chanson trop entendue. Je ne sais pas qui croire entre ces Plozévétiens aux mœurs étranges ou bien ce fameux Edgar Morin. Je vais continuer de visiter ce village paisible, je verrai bien par la suite.

par Évane et Sarah

 

En allant me promener sur la plage je réfléchis. Je ne savais pas qui croire ou quoi penser. Puis, je rencontrai mes frères accompagnés de Julius. Ils me demandaient ce que je pensais d’Edgar Morin. Je leur répondis :

–         « Edgar Morin me dégoûte et les Plozévétiens ne sont pas comme ça. »

par Elie et Chloé

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je décide d’aller me promener sur la plage afin de faire le point. Beaucoup de pensées tournent en boucle dans ma tête, que se passe-t-il, que dois-je penser, Edgar Morin est-il donc si réaliste ?

Qui dois-je vraiment croire, les habitants qui passent à la télévision ou à la radio ou le grand Edgar Morin qui m’avait paru au début plus délirant que réaliste ? Maintenant je pense qu’il sous estime ses propos. A moins que tout cela ne soit qu’un coup monté contre moi et mon éditeur radin ? Ou encore le complot se trame contre les Plozévétiens ? Donc le marin m’aurait frappé pour donner une mauvaise image de la petite ville. Si ma théorie est juste, j’ai encore du souci à me faire. Quant au Plozévétien, je me doute qu’il puisse être méchant et arriéré mais à ce point, ça m’étonne… Tous les habitants ne doivent probablement pas être comme celui que j’ai rencontré. Peut-être aiment-ils tous le vin mais à des proportions telles, c’est quand même exceptionnel. Si tout le monde est comme celui là, je risque ma vie en menant une expédition dans ces terres de brutes et de vieux qui ne pensent qu’à taper, boire, dormir ou encore fumer des herbes et des drogues. Sont-ils vraiment tous fous ?

par Constantin

Perturbé par tous les évènements récents, je décide d’aller me promener au bourg. Une fois arrivé, je vais au pub du coin et je croise Sacha qui attend un taxi car sa famille arrive dans la journée. Je lui dis que ça ne sert à rien d’attendre et lui propose d’entrer dans le bar et de boire un verre. Une fois notre consommation terminée, je l’invite au restaurant car il est midi et demi. Il accepte avec plaisir et on s’y dirige quand il reçoit un télégramme de sa mère qui lui annonce qu’elle est arrivée. Alors il me dit qu’il va les accueillir. Il m’invite à venir avec lui ; j’accepte et je lui propose d’amener sa famille avec nous au restaurant. Il dit oui, il me dit aussi que je devrais appeler Clara pour qu’elle vienne nous rejoindre. Elle dit qu’elle est là dans 5 minutes, effectivement, 5 minutes plus tard elle est là. Avec tout le monde on entre dans le restaurant et on commande quand Sacha est victime d’une crise dont je ne connais pas le nom. Je sors donc du restaurant en catastrophe pour l’emmener chez le médecin qui nous dit qu’on doit aller à l’hôpital. Une fois à l’hôpital il me dit que ce n’est qu’un malaise vagal et qu’il était en état d’hypoglycémie et que ça guéri vite. Je suis rassuré que ça ne soit pas plus grave.

par Romane

 

Je poursuis mes pensées en me promenant sur la plage. Soudain, je suis surpris par Clara qui est en train de me parler mais je ne l’avais pas remarquée et je ne sais pas quand elle est arrivée. Elle me demande ce que les Plozévétiens pensent du livre et ce que j’avais appris cet après-midi. Je lui demande si je dois envoyer un compte-rendu à Edgar tout de suite. Elle me dit que je devrais attendre un peu et que je devrais retourner éclaircir plus cette histoire.

Plus tard dans la soirée, je me rends chez les Plozévétiens qui m’hébergent pour leur présenter Clara et leur dire qu’elle restera avec moi pendant la suite de l’enquête. Ils me disent que ça ne les dérangent pas.

Le lendemain, Clara prit de l’avance sur moi pour prendre des photos sur le chemin du sentier côtier. Soudain, je croise Sacha, que j’avais rencontré hier en fin d’après-midi. J’en profite pour lui présenter ma sœur. Il lui demande ce qu’elle pense du livre de Morin. Elle répond qu’elle est du même avis que les Plozévétiens !

par Lucynda

 

Perturbé par tout ce que je venais d’apprendre, je suis allé à la plage parce que je n’ai jamais vu la plage. J’admirais le paysage mais j’avais toujours ce problème là : qui croire entre Edgar Morin et les habitants du village de Plozévét ? Je ne savais pas. Plus tard, je vis Clara qui prenait des photos de la mer. Je courus vers elle. Je lui parlais d’Edgar Morin et des habitants de Plozévét. Elle me dit qu’il n’était pas très sympa avec les villageois mais qu’il y avait une part de vrai dans ce qu’il disait. Donc j’ai décidé de faire mon travail car c’est lui qui me payait.

par Lou



Citer ce billet
gaellegoascoz (2013, 27 février). Rendez les copies ! Troisième fournée…. Plozarch. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/swdr