L’école à Plozévet : Tu all an dour, de l’autre côté de l’eau…

Alain, élève à l’école Saint-Démet Lesneut de 1950 à 1956

Lorsque je suis entré à l’école de Saint-Démet, elle comportait deux classes, chacune répartie en 3 divisions. Madame Vazel s’occupait des petits et Monsieur Vazel des grands.

Plan de l'école de Lesneut conservé aux Archives municipales de Plozévet
Plan de l’école de Lesneut conservé aux Archives municipales de Plozévet

Pour mon premier jour d’école, vers l’âge de 5 ans, ce ne sont pas mes parents qui m’ont accompagné. J’y suis allé avec le voisin. Il faut dire qu’à l’époque, parcourir le kilomètre et demi qui nous séparait de l’école était sans risque et que les Vazel, en particulier Monsieur Vazel était un personnage connu de toutes les familles de Lesneut, Diviskin et des environs. Il avait l’habitude de côtoyer nos pères à la chasse ou à la pêche. Je n’avais donc aucune appréhension d’aller à l’école.

Si les classes étaient mixtes, dès que nous entrions sur la cour de récréation, garçons et filles se trouvaient à nouveau séparés. Et oui, imaginez ce que nous aurions pu faire si nous avions été réunis ! Chacun prenait place dans sa cour respective : les filles à l’Ouest, côté chapelle, et les garçons à l’Est. Monsieur et Madame Vazel se retrouvaient alors côte à côte à faire les cents pas le long du mur de séparation.

L'école de Lesneut, 1935
L’école de Lesneut, 1935

Pour ma part, j’étais bon élève. J’aimais aller à l’école et je ne me souviens pas avoir fait de bêtise en particulier. Je ne me souviens pas vraiment non plus des bêtises des autres garçons. Il faut dire que Monsieur Vazel savait se faire respecter, il était craint. Il n’hésitait pas à nous tirer les oreilles ou à nous donner une petite gifle si nécessaire et rares étaient ceux qui osaient défier son autorité. Parfois, il savait se montrer drôle et usait de l’humour pour se moquer gentiment de nous et nous faire avancer. En réalité, en plus du respect d’élève à maître que nous avions pour lui, la relation de proximité qu’il entretenait avec nos familles faisait que nous avions aussi beaucoup de tendresse et d’affection à son égard.

J’aimais particulièrement le moment où, une fois par semaine à peu près, il sortait un peu de son rôle d’instituteur et prenait un livre dans notre petite bibliothèque. Nous posions nos cahiers et nos crayons et nous l’écoutions nous raconter des histoires fantastiques qui nous faisaient voyager : Le Fabuleux voyage de Nils Holgersson ou Madame Thérèse d’Erckmann et Chatrian.

A Saint-Démet, nous vivions dans une sorte de bulle, dans notre village, à l’écart du reste de la commune. Il faut dire que la rivière la Virgule était souvent vue comme un obstacle infranchissable. Surtout l’hiver où les enfants étaient souvent obligés de se faire porter sur les épaules de leurs pères afin de ne pas être trempés en parcourant les petits sentiers aux abords de l’eau. On désignait d’ailleurs les habitants de Lesneut et ses environs en utilisant le terme breton paotred tu all an dour (les gars de l’autre côté de l’eau).

Nous vivions en autarcie, nous avions tous les commerces nécessaires pour nous approvisionner. D’ailleurs, à l’école, lorsqu’il faisait trop mauvais, les Vazel nous interdisaient de rentrer chez nous le midi. C’était le boulanger de Ti-Boss qui nous préparait alors à manger, des tartines à la confiture !

L'école de Lesneut
L’école de Lesneut

La petite école orientée vers Penmarc’h offrait au soleil et aux tempêtes de suroît, son visage jeune et clair, ses deux cheminées, tendues comme deux oreilles aux écoutes du monde ; un rideau d’ormes courbés par les vents la protégeait de sa barrière de fraîcheur ; le phare d’Eckmuhl dressait à la pointe son minaret tantôt bleu, vibrant dans une chaleur intense, tantôt pâle, ouaté, comme sans vie, disparaissant, apparaissant, mobile pourtant, dans les lambeaux de brume ; il fut mon premier ami ; le jour il perçait droit, pointé, immense signal aux frontières des mondes ; la nuit, il rassurait, balayant les espaces.

Quand bruissait le rivage bigouden, par Henri Vazel

Nous ne fréquentions donc pas beaucoup le bourg de Plozévet ni les autres écoliers de notre âge. Nous allions plus facilement à Pouldreuzic. Même lors des kermesses, nous n’y allions pas. Nous faisions nos propres fêtes à l’école. Je me souviens  d’une certaine pagaille avec des courses de petites charrettes à bras que nos pères et nos grands-pères tiraient et poussaient. Il y avait des accidents mémorables et des parties de franche rigolade…

Nous avions aussi notre propre cinéma. Plusieurs fois par an, Monsieur Vazel transformait la grande classe en salle de projection. Avant la séance, durant l’après-midi, nous l’aidions à installer les panneaux fabriqués pour masquer les fenêtres. Le projectionniste, un professionnel, s’installait derrière la porte, dans le couloir et nous nous prenions place, avec nos parents, pour regarder Laurel et Hardy ou Charlot.


Une réflexion sur « L’école à Plozévet : Tu all an dour, de l’autre côté de l’eau… »

  1. PBonjour,
    Merci pour ce beau témoignage, je passe devant l école dans laquelle mon père a usé ses fonds de culotte, quand je me promène de lesneut à penhors .
    Savez vous qui sont les enfants sur la photo. Mon père nè en 1924 doit y être
    Merci beaucoup
    Marc Marhadour

Les commentaires sont fermés.