L’École à Plozévet : le « tour du bourg » des écolières

Michelle, élève à l’école des filles, rue Jules Ferry, de 1952 à 1957

A midi le sifflet de la directrice marquait la fin des cours et c’est en courant à toute vitesse que nous sortions de l’école pour rejoindre la nouvelle cantine. Elle était située à l’Est de la place de la gare, dans le préfabriqué construit par la SNCF afin d’accueillir une colonie durant l’été. D’octobre à juillet, le bâtiment servait de cantine scolaire aux élèves des écoles communales.

La cantine, rue de la Gare
La cantine, rue de la Gare

Nous étions bien heureux de quitter notre vieille cantine, une sombre bâtisse grise au toit de tôle construite en 1925 derrière l’école. Elle était très sonore et très humide, au point que la condensation qui se faisait au plafond retombait en gouttes froides sur nos têtes et dans nos assiettes.

Après le repas, il nous restait une heure entière de liberté…

Nous avions le choix : retourner à l’école ou nous promener. En réalité, si je me souviens bien, la cour de l’école était fermée durant la pause de midi. Nous ne pouvions y entrer que s’il pleuvait, pour nous abriter sous le préau. Mais bien souvent, nous préférions aller jouer dans le garage de l’hôtel « Nannig » ; chez Annick, la fille des propriétaires qui avait notre âge mais qui était à l’école des sœurs.

A l’école, les jours de pluie, nous bavardions sur le banc de ciment, derrière le préau, nous nous racontions des histoires, des devinettes ou des charades lues dans des revues. Sous le préau, nous n’avions pas beaucoup de place pour remuer : une marelle, un banc le long du mur et un espace pour une corde à sauter. Tout ça était un peu lassant, nous préférions donc largement aller flâner… En plus, de temps en temps, nos parents nous donnaient des sous pour acheter des friandises.

Nous voilà donc parties pour faire le tour du bourg. Bien entendu, il nous menait tout droit chez les marchandes de bonbons ! Et il y avait le choix : Gaïd, Renée ou Moê Pen Du. Nous y retrouvions les garçons avant de nous séparer à nouveau pour retrouver nos écoles respectives.

Gaïd et Renée habitaient à un endroit stratégique : entre la place de la gare et l’école. Elles étaient toutes deux fort sympathiques et gardaient leur calme même lorsque leurs petites boutiques se trouvaient soudain envahies d’enfants turbulents. Nous leur tendions des pièces de 5 francs pour un carambar ou deux chewing-gum roses à bulle.

San Délo
Sant-Délo

Pour aller chez Moê Pen Du, nous empruntions la route de l’école qui descendait vers l’église en longeant le lavoir Sant-Délo. Nous nous y arrêtions parfois afin d’essayer d’attraper des grenouilles ou des salamandres. Au printemps, il nous arrivait d’y pêcher quelques têtards qui servaient à notre leçon de choses de l’après-midi.

Chez Moê Pen Du
Chez Moê Pen Du

La maison de Môe Pen Du se trouvait dans un renfoncement derrière l’actuel salon de coiffure. C’était une maisonnette sombre. Lorsque nous y entrions, nos yeux devaient d’abord s’habituer à l’obscurité avant d’apercevoir un alignement de bocaux de verre. Sucres d’orge, réglisse en rouleaux, en tête de nègre ou en bâtons, coques « liches » ou carambars dégageaient une douce odeur qui nous mettait l’eau à la bouche…

Môe, toute vêtue de noir, sortait alors de nulle part. « Qu’est-ce que tu veux les enfants ? » nous demandait-elle avant de nous servir nos friandises. Enfin… selon les mauvaises langues, certains n’attendaient pas qu’elle arrive pour se servir ! Mais personne ne s’est jamais vanté de l’avoir fait !

En léchant le sucre de notre coque « liche » ou en nous partageant notre ruban de réglisse douce, nous reprenions le tour du bourg qui nous menait devant la maison Kérisit. Arrivées là, nous pressions le pas. Le cordonnier, caché derrière sa fenêtre, nous faisait peur, sans que nous ne sachions d’ailleurs trop pourquoi.

Notre chemin croisait souvent celui d’Iffic et Zeffic, deux frères un peu simples qui venaient glaner quelque nourriture ou proposer une aide occasionnelle. Ils avaient une démarche particulière, un peu chaloupée, qui était accentuée par leurs grandes bottes en caoutchouc. L’un d’eux répétait inlassablement « Plouz ! Foenn ! Plouz ! Foenn ! … »[1] tandis que l’autre fredonnait « Piller lann d’ar marc’h Bijou, chou, chou, chou.. »[2] en mimant des tours de manivelle.

Nous prenions aussi le temps d’admirer les gâteaux de la maison Lavergne qui se laissaient apercevoir derrière les fenêtres ainsi que les quelques nouveautés que Zizie commençait à exposer dans sa vitrine.

Arrivé là, le temps était déjà venu de remonter la route de Quimper pour rejoindre notre école…


[1]              « Paille ! Foin ! Paille ! Foin ! … »

[2]              « Hacher l’ajonc pour le cheval Bijou, chou, chou, chou… »