L’école à Plozévet : la fabrique des filles…

Georgette, élève à l’école des filles, rue Jules Ferry

Image extraite d'un cahier d'écolière
Image extraite d’un cahier d’écolière

Lorsque nous avions 14-15 ans, Madame Hamon nous disait « Quand vous aurez un mari, pour le faire rester à la maison, pour ne pas qu’il aille au bistrot, vous lui faites de la pâtisserie ! ». Toute ma vie j’ai appliqué ce principe et lorsque mon mari allait au foot je lui disais « Pas de troisième mi-temps, hein ! Tu rentres à la maison, je vais faire une tarte. » Et bien il a toujours été à l’heure à la maison…

Le cours ménager était réservé aux élèves qui ne désiraient pas poursuivre de longues études ou à celles issues de familles modestes ne pouvant payer des études supérieures à leurs filles. Pour ma part, j’étais furieuse de devoir y aller et surtout jalouse de voir mes camarades partir pour la grande ville à Quimper. Mais finalement, même si cela ne m’a pas vraiment servi pour mon travail, l’ensemble de ces cours m’a appris beaucoup de choses pour me débrouiller dans la vie de tous les jours. Aujourd’hui encore, je repense à certaines de nos leçons de couture ou de cuisine pour effectuer certaines tâches.

Mais ce dont je me souviens le plus, c’est que nous étions une sacrée bande de chipies. Nous avons fait un certain nombre de bêtises… volontaires ou involontaires.

Nous avions cours de cuisine dans une petite classe aménagée au fond du préau qui se trouvait en face de l’école. Après chaque cours, le midi, nous mangions ce que nous avions préparé. Notre professeur, Mme Hamon, elle, faisait toujours régime et ne restait pas souvent déjeuner avec nous. Une fois, elle nous demanda donc de lui mettre de côté la carcasse du poulet que nous venions de préparer. Malheureusement pour elle, en faisant la vaisselle la carcasse tomba dans l’eau sale. Ni vu, ni connu, nous l’avons séchée et remise bien proprement sur une assiette avant de la lui remettre. Elle n’en a jamais rien su !

Images extraites d'un cahier d'écolière
Images extraites d’un cahier d’écolière

Nous profitions aussi des faiblesses de nos professeurs… Madame Coïc, la prof de couture, mettait toujours beaucoup de temps à corriger nos copies. Nous attendions les résultats d’une dictée ou d’une dissertation et avec malice, nous lui demandions tous les jours si elle avait eu le temps de la corriger. « Ah, ben non, il va falloir que je m’y mette ! », nous disait-elle toujours. Ce qu’elle ignorait c’est que l’une d’entre nous, vraisemblablement peu pressée de voir sa note, et plus intéressée par le fait de nous faire rire, avait mis le paquet de copies au feu dans le poêle ! Nous pouvions toujours attendre…

Page d'un cahier de couture
Page d’un cahier de couture

Et en attendant justement, entre deux leçons, pas question de se distraire. Dès que nous avions un moment de libre, Madame Coïc nous sortait sa « nappe bouche trou ». Une gigantesque nappe sur laquelle elle avait dessiné de grands bouquets de lilas. Nous nous mettions toutes autour de la table et chacune prenait son petit morceau de tissu pour apprendre à broder. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au fil des années et des élèves, Madame Coïc a toujours gardé la même nappe ! Quand elle était terminée, nous la défaisions…

Heureusement, le plus souvent, nous faisions d’autres travaux bien plus intéressants. C’est même nous qui avons cousu la robe de mariée d’une des filles de la prof de couture ! Enfin elle aurait peut être mieux fait de nous dispenser de cette tâche…

Nous étions toutes pleines de bonne volonté. Malheureusement elle n’avait pas pensé à nous expliquer les particularités d’un nouvel élément qui apparaissait sur les vêtements à cette époque : les fermetures éclair en plastique. Nous n’en avions jamais vu. Et ce n’est qu’en passant le fer à repasser dessus, en appuyant bien fortement et bien longuement afin de rendre l’épais tissu impeccable, que nous avons pris conscience que le plastique fondait à la chaleur… Elle fût furieuse…