D’un monde à l’autre…, souvenirs : le temps des moissons

Vers la fin de l’été, c’est désormais au son des moissonneuses batteuses que les champs perdent peu à peu leur chevelure dorée. C’est dans un nuage de poussière qu’elles avalent les épis gorgés de soleil avant de recracher au sol les petits « battons » de paille. De jour comme de nuit, tels des engins extraterrestres, elles engrangent dans leurs réservoirs les précieux grains fraîchement battus.

C’est toujours avec un peu de nostalgie que l’on assiste à ce travail en repensant au « bon vieux temps », au temps d’avant…

La moisson à Kerlaéron, non daté
La moisson à Kerlaéron, non daté

Le remembrement n’est pas encore passé par-là et c’est la faucheuse qui a la première place au moment des moissons. Les petits champs comportent des cultures, bien entendu, mais également une flore importante qui pousse au bord des talus. Avant de faire entrer la faucheuse, il ne faut donc surtout pas oublier de nettoyer les abords des murets au risque de mélanger fougères et mauvaises herbes à la récolte. Tout le pourtour de la parcelle est également dégagé an hent  c’est à dire qu’une bande de céréales est coupée à la faucille. Cela permet de faire entrer les chevaux et la machine sans écraser les épis de blés au premier tour.

A partir de ce moment, la faucheuse peut alors entrer en scène… Attelée à un cheval, elle permet à un homme d’arranger les tiges de blé afin d’en faire une gerbe qu’il ne reste alors qu’à couper. Derrière lui, des femmes essentiellement, mais également des enfants, des personnes âgées et des journaliers, lient les gerbes de blé coupé afin de les mettre à sécher debout en petites javelles (gwrac’hell vihan). Et attention à ne pas se couper les doigts ! En effet, en plus de travailler courbés sous le chaud soleil d’été, on a souvent tendance à se retrouver le bout des doigts ensanglanté à force de manipuler ces brindilles tranchantes. Heureusement, quelques années plus tard la moissonneuse-lieuse fera son apparition, évitant cette tâche fastidieuse aux hommes.

Scène de battage au bourg avant 1939
Scène de battage au bourg avant 1939

Cette première phase réalisée, la deuxième étape du processus peut alors commencer : le battage. Les gerbes sont transportées dans la cour des fermes pour y être battues afin de récupérer les grains d’une part et la paille de l’autre. Pour cela, 3 ou 4 hommes charpentés doivent d’abord charger les charrettes. Ensuite une main d’œuvre nombreuse constituée de toute la famille, de voisins et de journaliers occasionnels participe au battage. Chacun prend part à ce grand moment en fonction de ses capacités.

Un homme âgé ou le propriétaire de la batteuse se réserve une place de choix, à l’avant de la machine où il a la charge de couper les liens des bottes. Ensuite, une personne prudente les glisse dans la gueule béante qui les avale avec un WOOUM caractéristique que l’on peut entendre résonner au loin dans la campagne. A l’autre bout, un homme ou deux femmes surveillent le remplissage des lourds sacs de grains pendant que d’autres, un grand mouchoir noué aux quatre coins de la tête en guise de bonnet protecteur, recueillent les déchets projetés autour de la batteuse pour les jeter sur le tas de fumier. C’est un atelier redouté tant la poussière est importante.

La paille, quant à elle, est transportée au liors plouz, une sorte de petit courtil. Un spécialiste est chargé de la tâche la plus difficile : à l’aide d’un bisiker (une perche pointue) il doit sculpter un tas de paille de manière à ce qu’il ne prenne pas l’eau et qu’il résiste tout l’hiver aux pluies et aux vents.

La moisson au bourg, non daté
La moisson au bourg, non daté

Plus tard, les grandes meules (gwarc’hell vras) qui prennent moins l’eau, les  remplaceront. On en garde souvent une à proximité de la maison afin de nettoyer la batteuse après le battage du blé noir, fin septembre. En effet, ses tiges restent humides et risqueraient de faire rouiller la machine.

De temps en temps la batteuse s’arrête pour une pause, un coup de cidre, une courroie qui saute ou le ravitaillement en essence du moteur Bernard. Les hommes en profitent pour monter le grain au grenier en chargeant les sacs sur leur dos. Encore une fois la poussière les fait tousser… Elle leur donnera le droit de boire un coup de lambic pour la chasser !

Dehors la nuit tombe et les chauves-souris commencent leur ballet. C’est le dernier jour du battage et il est l’heure du peurzen, un repas copieux et animé. Le menu est sans surprise : charcuterie, rôti, gâteau breton, riz au lait, vin, lambic ou chassecafard (un mauvais cognac fort en alcool)…Tout le monde parle de plus en plus fort, personne n’écoute personne, qu’importe, c’est la fête des moissons ! 

 

Il reste cependant une étape finale pour les jours suivants : les graines mal triées doivent être débarrassées de leurs impuretés sur les tamis du tarare. Encore beaucoup de poussière en perspective …



Citer ce billet
gaellegoascoz (2013, 14 mai). D’un monde à l’autre…, souvenirs : le temps des moissons. Plozarch. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sweb