Journées du Patrimoine 2010 à Plozévet

Dans le cadre des journées du patrimoine, Plozarch et la Commune de Plozévet se tournent sur le passé rural et paysan, un thème qui, valorisant les multiples femmes et hommes anonymes qui construisent l’histoire, entend leur donner une place aussi importante que ces « grands hommes », personnalités politiques, artistes, et autres, que le ministère de la Culture veut honorer cette année. Cette remémoration s’attachera aux années 60 – 70, une période qui bouleversa considérablement le monde paysan. Avec une interrogation en filigrane : comment mesurer et reconsidérer ces évolutions ?


Pourquoi ce mini-festival de films sur le monde paysan ?

Au début des années soixante, parallèlement aux grandes enquêtes sur Plozévet, Robert et Monique Gessain, anthropologues du Musée de l’Homme, ont planté leur caméra dans cette commune du pays bigouden. Sur les cinq films alors produits, l’un concerne Les Agriculteurs, dont on suit les travaux encore peu touchés par la mécanisation. Peu de temps plus tard, d’autres recherches similaires, notamment en Aubrac et dans le Châtillonnais près de Dijon, suivaient et filmaient de la même façon un monde rural où l’agriculteur allait bientôt remplacer le paysan, où sa situation de producteur intégré au marché agroalimentaire et au Marché commun précipitait un nouvel exode rural. Ainsi, Jean-Dominique Lajoux, un des fondateurs du CNRS Audiovisuel, a réalisé une douzaine de films sur l’Aubrac.

Les ethnologues n’étaient pas les seuls à saisir ce moment de basculement et les problèmes qu’il soulevait. Avec le développement du « cinéma direct », des documentaristes se sont aussi intéressés au milieu paysan. L’un des pionniers en la matière, si l’on excepte Georges Rouquier et son fameux Farrebique (1947), fut Mario Ruspoli, dont l’oeuvre, malheureusement trop méconnue, est d’une importance considérable pour l’histoire du documentaire moderne. Ce mouvement va s’accroître au cours des décennies suivantes, en abordant, d’ailleurs, des thèmes plus divers. Mais, il sera toujours question des problèmes suscités par le monde moderne, avec abandon des campagnes et recul de la vie traditionnelle. C’est ce que saisit, en 1975, la caméra de Claude Fléoutier et de Patrick Camus dans Au pays breton ou la mémoire du sabot, superbe film qui, évitant les stéréotypes, témoigne du changement de mode de vie que connaissent alors les campagnes bretonnes.

Cinquante ans plus tard, comment apprécier ces films ? Quelles images ont-ils données du monde rural et paysan ? Aujourd’hui, comment cette mémoire s’intègre-t-elle dans le patrimoine culturel rural ? Des questions qu’abordera Martine Cocaud, maître de conférence en Histoire à Rennes 2, une spécialiste de l’audiovisuel sur le monde rural. Que sont devenus ceux qui furent alors filmés ? Que pensent-ils des  changements qu’ils ont vécus ? Comment les lieux se sont-ils transformés ? Des interrogations qui motivent Jean-Dominique Lajoux retrouvant des pellicules qu’il n’avait pas encore montées. Et, qui ont déclenché chez deux chercheurs du CNRS, Martin de la Soudière et Jean-Christophe Monferran, l’ardent désir de revenir dans la Lozère de Mario Ruspoli. Les uns et les autres nous parleront du travail de remémoration qu’il accomplissent actuellement, avec, à la clé, des exemples filmés.

PROGRAMME

Samedi 18 septembre : En Bretagne, la mémoire paysanne.

14 heures 30 – 18 heures : Autour de « Au pays breton ou la mémoire du sabot ».

  • Présentation par Martine Cocaud, maître de conférence en Histoire, Centre de recherches historiques de l’ouest (CERHIO), Université de Rennes 2.
  • Projection du film Au pays breton ou la mémoire en sabot, documentaire de Claude Fléoutier et Patrick Camus, 1975 – 57 min. – Production TF1 (INA Atlantique).

Yves Pichon, agriculteur du pays de Gourin, parle de l’abandon des campagnes dont il essaie de maintenir la vie et la tradition en écrivant des chansons d’actualité, en retrouvant les vieux contes, et en organisant des festoù-noz animés par les Frères Morvan.

  • L’image du monde paysan dans le cinéma documentaire, conférence-débat par Martine Cocaud.

20 heures 30 – 22 heures 30 : Mémoires de Plozévet (avec la Cinémathèque de Bretagne et le Musée de Bretagne).

  • Projection du film Les Agriculteurs, film ethnographique de Robert et de Monique Gessain, 1965 – 48 min. Production Musée de l’Homme et Comité du film ethnographique.

La vie des agriculteurs plozévétiens est décrite au fil des saisons, scandée par les travaux des champs. Le film  met en scène les anciens rites agraires christianisés comme les processions des rogations ou les offrandes de beurre à Saint Herbot, protecteur des bovins et pourvoyeur de bons produits laitiers. On y voit l’exercice de petits métiers paysans disparus ou en voie de disparition. Les problèmes de la modernisation de l’agriculture sont évoqués à la fin, en abordant essentiellement ses aspects techniques.

  • Une rencontre avec Madame Monique Gessain, réalisatrice, directrice de recherche honoraire au CNRS.

La venue à Plozévet de Madame Monique Gessain, directrice de recherche honoraire au CNRS est un retour que l’on attendait depuis longtemps. Ethnologue, femme de feu Robert Gessain, l’initiateur des enquêtes sur Plozévet, Monique Gessain est une ethnologue spécialiste des populations d’Afrique Occidentale, en particulier des Bassari du Sénégal. Mondialement connue, ses recherches l’on conduite à publier plusieurs livres et à réaliser plusieurs films, dont les cinq films sur Plozévet. Honorant de sa présence ces Journées du patrimoine à Plozévet, ce sera une occasion pour la commune de lui rendre hommage.

  • Projection de films inédits sur Plozévet, dont le retour de camp de concentration de Madame Le Bail et de son fils Georges. Ce dernier honorera également la soirée de sa présence.

Ces films ont été tournés par Henri Le Gall, épicier en gros à Plozévet et cinéaste amateur. Depuis les années 30, il a filmé la vie quotidienne de Plozévet, un rare témoignage que les héritiers ont déposé à la Cinémathèque de Bretagne.

Dimanche 19 septembre : Retour filmique en Aubrac et Lozère

14 heures 30 – 18 heures : Autour de l’Aubrac de Jean-Dominique Lajoux et de la Lozère de Mario Ruspoli.

À l’instar de la Bretagne, le Massif Central a été un lieu de prédilection pour filmer le monde paysan, et jusqu’à aujourd’hui, que l’on songe aux réalisations de Raymond Depardon. Les pionniers du genre ont été Jean-Dominique Lajoux, qui sera avec nous, et Mario Ruspoli, sur les pas duquel sont revenus Martin de la Soudière et Jean-Christophe Monferran.

14 heures 45 / Autour de l’Aubrac, par Jean-Dominique Lajoux

(directeur de recherche honoraire au CNRS)

Ethnologue, chercheur au CNRS, Jean-Dominique Lajoux est venu à l’ethnologie par la voie de la photographie et du cinéma qu’il exerçait professionnellement avant de s’engager dans la recherche. Ce sont ses voyages en Indochine, puis au Sahara qui lui firent découvrir d’abord l’ethnographie, puis la préhistoire. À l’issue de ces voyages, il suivit les cours de l’Institut d’Ethnologie, au Musée de l’Homme de Paris, puis s’engagea pour une longue période de recherche en France dans le cadre des travaux du Musée des Arts et Traditions Populaires auquel il était attaché. Il participa ainsi à la Recherche sur l’Aubrac de 1963 à 1972 et à celle du Châtillonnais, 1967 à 1970. En 1973 il intégra le CNRS avec la création du CNRS Audiovisuel. C’est à cette époque qu’il commença à étudier les fêtes et coutumes de village. Alors qu’il entreprenait la numérisation de son oeuvre, il a retrouvé des pellicules non montées, notamment sur l’Aubrac. L’idée lui est venue de refilmer les mêmes lieux, cinquante ans après. Il nous présentera ce travail de remémoration, avec documents vidéo à l’appui.

16 heures / Autour de la Lozère de Mario Ruspoli.

  • Projection Les inconnus de la terre, documentaire de Mario Ruspoli, 1962 – 37 min. Production Argos Films.

Les cinéphiles se réjouiront d’assister à cette projection, tellement il est devenu impossible de voir Les inconnus de la terre. Pourtant, chacun sait l’importance de l’oeuvre de Mario Ruspoli, qui, au même titre que Jean Rouch ou Michel Brault a marqué l’histoire du documentaire. C’est avec ce cinéaste québécois et Roger Morillère, le caméraman des films sur Plozévet, qu’il a tourné son film sur la Lozère. Il y capte la voix des campagnes abandonnées, fait parler les paysans les plus déshérités de France, avec leurs mots à eux, avec leurs visages et leurs gestes silencieux. Un film phare du cinéma direct porté par une caméra souple, étonnante, avec une prise de son en direct. Une caméra, ayant été mise au point lors du tournage du film de Jean Rouch et d’Edgar Morin, Chronique d’un été, et qu’avaient expérimenté, à cette occasion, Michel Brault et Roger Morillère.

  • Un retour cinquante ans après, par Martin de la Soudière (Chargé de recherche honoraire au CNRS) et Jean-Christophe Monferran (réalisateur, ingénieur au CNRS) / 16 heures 45

Cinquante ans après le tournage du film de Mario Ruspoli, Martin de la Soudière, Françoise-Eugénie Petit, Jean-Christophe Monferran et Marie-Claude Jahan, tentent de retrouver, en Lozère, les lieux et les personnages du film. Cinquante ans plus tard,  ils reprennent le fil de ces histoires de vie, sur les lieux et avec les même familles pour comprendre ce qu’ils sont devenus et la mémoire qu’ils gardent de l’époque du tournage. Une manière aussi de revenir sur un film clé des débuts du « cinéma direct ».

Visionnez l’entretien avec Laure Welschen et Jean-Claude Stourm sur Bigouden.TV


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
laurewelschen (14 septembre 2010). Journées du Patrimoine 2010 à Plozévet. Plozarch. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sw7l


Une réflexion sur « Journées du Patrimoine 2010 à Plozévet »

  1. c’kaly le fils de galendemi à éthiolo je suis à la recherche des coordonnées de madame gessain et peut-etre meme des membres de sa famille moi je suis à tamba mon adresse est bindiakaly@ymail.com et mes numéros de téléphone sont 772008737/779936974

Les commentaires sont fermés.