En France rurale, suite…

En France rurale, n’est pas, à proprement parler, les actes du colloque de 2008, même s’il donne la parole à certains de ceux qui y prient part. Et, si l’ouvrage traite des enquêtes de Plozévet, il ouvre aussi des perspectives sur les autres grandes enquêtes interdisciplinaires. Jetant quelques pistes de réflexion, il appelle de nécessaires développements ultérieurs. Aussi, nous lançons un appel auprès des chercheurs qui participèrent à ces aventures collectives. Avec l’idée de contribuer à l’histoire des SHS, pourquoi ne pas nous retrouver et mettre en commun nos expériences et nos réflexions sur ce que fut, pour beaucoup d’entre nous, un moment initiatique ? Nous voudrions aussi nous adresser à ceux de nos collègues étrangers qui suivent ce carnet de recherche. Pourquoi ne pas partager les expériences similaires qu’ont connues vos pays ?


L’ouvrage, centré sur l’expérience plozévétienne, la situe dans celle des autres recherches collectives, une tradition française qu’analyse André Burguière. Ainsi aura-t-on des points de comparaison avec une partie des RCP qui suivirent. Une partie seulement, car les six enquêtes que nous abordons sont loin d’épuiser ce que furent les recherches collectives en SHS entre les années soixante et quatre-vingt. Toute entreprise consubstantiellement liée aux différentes politiques de la recherche en SHS, alors que celles-ci connaissaient un assez grand développement. Il y eut le temps des actions concertées de la DGRST, ce que rappelle Alain Chatriot. Un cadre qui me permet de faire le point des connaissances sur celle de Plozévet. De son côté, le CNRS lançait ses RCP, dont parlent Martine Segalen (Aubrac), Serge Wolikof (Châtillonnais), Françoise Zonabend (Minot), Rolande Bonnain (Les Barronnies), Georges Ravis-Giordani (la Corse). Mais, pour être un peu plus complet, il aurait fallu ajouter les ATP (actions thématiques programmées), et autres appels à projets initiés par différents ministères. Tant il est vrai que l’histoire des SHS, de ses thèmes, de ses structures, de ses chercheurs est intimement redevable des politiques incitatives de l’État. Des expériences qui ont largement marqué une génération, grossièrement celle du baby boom. Une gouvernance qui semble s’achever avec son départ à la retraite. À défaut d’être exhaustifs, nous avons joint la relation d’un travail collectif, peu connu, mené par Martin de la Soudière, Martyne Perrot et Christian Bonnin. N’ayant pas le statut des grands édifices institutionnels, il illustre qu’en ces temps, où les chercheurs vivaient sous la sécurité d’un statut, des recherches au long terme pouvaient s’entreprendre en bricolant avec différentes opportunités financières.

Pour ce qui concerne Plozévet, en premier lieu nous avons demandé à quelques enquêteurs d’alors de retracer ce que furent leurs travaux. Ces quelques témoignages, trop peu bien sûr, permettent d’entrer un peu dans l’intimité de ce que certains appellent toujours “L’Enquête”, alors que les sujets et les façons de faire furent multiples, et parfois très éloignés les uns des autres. Matériaux pour mieux comprendre de l’intérieur, on pourra contester notre choix. Et, à juste titre, celles et ceux qui ne furent conviés à cet exercice d’égo-histoire seront susceptibles de s’en vexer. Qu’ils se rassurent cependant, notre élection n’a rien de délibéré. Relevant de l’aléa, elle révèle les limites tant d’un colloque que d’un livre. L’un et l’autre sont incapables de tout couvrir. Et, s’il fallait formuler un voeu, ce serait celui de retrouvailles générales à Plozévet.  Quoi qu’il en soit, notre petit échantillon illustre déjà la pluralité des expériences. Mais aussi un assez grand attachement à Plozévet. Contributions de Solange Skinner-Petit, de Donatien Laurent, de Françoise Laurent (Prigent), d’Alexandre Albenque, de Nicole Mathieu, d’Edgar Morin, de Christian Pelras et de Bernard Paillard.

Les enquêtes sont ensuite interrogées sous différents angles. François Ploux questionne le choix d’une commune comme lieu d’investigation, et de la monographie comme genre. Une littérature scientifique qui, si elle appartient à une longue tradition, notamment chez les érudits, introduit des distorsions « d’une approche territorialisée des phénomènes sociaux”. De son côté, Laurent le Gall se centre sur l’aspect qui, bien que n’étant absolument pas pris en compte au départ, a pourtant été pour beaucoup dans la notoriété des travaux plozévétiens. Il s’agit de cette fameuse opposition entre les rouges et les blancs, une catégorie sortie très tôt du “terrain”, et qui semble avoir surpris. Un point devenu central, et qui donne matière à débat, même s’il fut plus ou moins escamoté à l’époque, alors que les historiens retrouvaient, pourtant, le politique. Les méthodes d’enquête sont aussi analysées. Si Masahiro Ogino signale l’importance qu’a revêtue, pour les sociologues japonais, l’enquête d’Edgar Morin, Guillaume Sabin dénote les carences méthodologiques telles qu’elles apparaissent dans les chapitres consacrés à ces aspects par Edgar Morin et André Burguière dans leur livre respectif. Sans doute était-il difficile à ces auteurs d’expliciter judicieusement ce que furent ces recueils de données, aucune n’émargeant au même idéal. Tant aussi, il fallait innover, les enquêtes de “terrain” n’étant qu’au stade de balbutiements.

Cet éventail trop restreint de points de vue exigerait leur multiplication. Il faudrait passer au crible de la critique les différentes disciplines convoquées. Il serait nécessaire de disséquer chaque enquête, de retrouver les questions qu’elle se posait à l’époque, d’analyser en quoi leurs résultats ont marqué les disciplines. Sans oublier de rouvrir le dossier des études bioanthropologiques qui, bien qu’à l’origine de l’action concertée, sont les éternelles oubliées dès que l’on parle de Plozévet. Un tel programme ne vaudrait-il pas une thèse ?

En attendant, quels enseignements tirer de cette opération ? Ces enquêtes, pourtant bien parisiennes, constituent-elles, malgré tout, une balise dans la construction d’une ethnologie du proche en Bretagne se demande Jean-François Simon ? D’un autre côté, première grande expérience de terrain, d’après-Guerre, que nous apprend-elle des rapports entre enquêteurs et enquêtés ? Surtout, lorsqu’il a fallu rendre compte à ces derniers des résultats des études. Une “restitution” qui n’est pas dénuée de pièges, les suites de Plozévet comme celles de Minot en attestent. On se rappelle que certains des observés plozévétiens se sont d’abord rebellés. Puis, avec le temps, les griefs se sont plus ou moins estompés, avant que les enquêtes n’acquièrent, en elles-mêmes, une valeur patrimoniale revendiquée par la commune. Un mouvement de distanciation qui, pourtant, ne pourra jamais combler la distance séparant les deux positions : le chercheur restera toujours un étranger. Une altérité au coeur de la démarche ethnologique, mais qui résonne de façon singulière en ethnologie du proche. Ce que développe Françoise Zonabend, prenant appui sur les controverses locales suscitées par les écrits sur Minot ou sur la Hague. Peut-on échapper au malentendu ?

Cet ouvrage a été conçu et dirigé par Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS (CERHIO – UMR CNRS 6258), Jean-Fraçois Simon, professeur d’ethnologie à l’université de Bretagne occidentale, directeur du CRBC (EA 4451), Laurent Le Gall, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bretagne-Sud  (CERHIO – UMR CNRS 6258). Il a bénéficié des services du CRBC et des lectures et relectures attentives de Laurent Le Gall, Jean-François Simon et  de Philippe Lagadec.

Bon de commande


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts