L’été plozévétien – épisode 05 « Les mardis de Plozévet »

Barababord et les « Demoiselles de Pennengoat »

Ce mardi 10 août, la Mairie de Plozévet, le Mondial’Folk, La Compagnie du vent, Barababord ont invité Plozévétiens et touristes à visiter les « Demoiselles de Pennengoat. »

Au parc éolien de Pennengoat

Les « Demoiselle de Pennengoat »

Localisation du parc éolien de Pennengoat

Depuis sa mise en service en 2007, le parc éolien de Pennengoat (Plozévet) – Kerigabet (Mahalon – Guiler) est devenu une petite attraction locale. Ces huit éoliennes  Acciona Windpower AW77 (4 sur Plozévet, 2 sur  Mahalon, 2 sur Guiler-sur-Goyen), d’une puissance unitaire de 1,5 mégawatts, devraient théoriquement produire 30 millions de kilowattheures, ce qui permettrait d’alimenter 13 000 personnes en électricité dans les environs du parc, pour une économie de 20 000 tonnes de gaz carbonique.

Le site du rendez-vous

Décidé en 2004, cette implantation a commencé par susciter quelques inquiétudes chez les riverains : on craignait le bruit des pales et les perturbations de la réception de la télévision. L’association « Paysage d’orgueil », créée  en 2003, et qui rayonne sur l’ensemble du Pays bigouden, avait cherché à s’opposer à ce projet, faisant signer une pétition et tentant de dissuader les riverains de vendre leur terrain à La Compagnie du vent. Une opposition à la politique bretonne en matière d’implantation de l’éolien dans la région et plus particulièrement en Pays de Cornouaille,  qui illustre un mouvement plus général en France de contestation de l’éolien, terrestre comme off shore. Selon ces opposants, aux désagréments causés dans la vie courante (télévision) des considérations économiques, paysagère, écologiques (impact sur l’avifaune), voire sanitaires justifient pleinement leur combat. Si ces arguments n’ont pas eu raison des « Demoiselles de Pennengoat », ce contexte contestataire, n’est sans doute pas étranger à la politique de communication de La compagnie du vent, même si elle n’est pas à son origine. Depuis 1996, l’association France Énergie Éolienne (FEE), dont le président est le directeur de La compagnie du vent, s’est engagée dans la promotion de cette énergie, tant auprès des pouvoirs publics et des industriels qu’auprès des usagers et du grand public. Elle organise régulièrement des sortes de « portes ouvertes » sur site, et, à Plozévet, déjà en 2008, les riverains étaient invités à visiter les installations, avec promesse d’une ascension à leur sommet. Ce que, malheureusement, un temps exécrable n’avait pas permis.

Ce mardi 10 août 2010, à l’occasion du sixième mardi de Plozévet, une même météo a rendu cette montée impossible. Pourtant, près de 300 personnes avaient répondu à l’appel des associations organisatrices, Mondial’Folk et Barababord, et de la Mairie de Plozévet.

Pierrot Bosser, Pierre Plouzennec, Rémy Strullu

Rémy, Pierre, Pierrot, Laurent, Barababord, et les autres…(vidéo en .mov, 4,5 Mo)

Mardi de Plozévet à Pennengoat avec Barababord, sous la pluie. (vidéo en .mov, 14,7 Mo)

Barababord

C’est par internet et assez par hasard que j’avais appris l’existence de Barababord, groupe plozévétien de chants de marins ; d’ailleurs avec surprise, car j’y reconnaissais plusieurs fidèles des Boulineriens. Qu’est-ce qui poussait ces chanteurs à participer à ces deux groupes ? Ceux-ci étaient-ils concurrents ? Des conceptions musicales différentes présidaient-elles à ce dédoublement ? Pour l’instant, je n’ai pas réponse à ces questions. Mais, toujours par Internet, j’ai su qu’une assemblée générale des Boulis avait entériné le départ de certains chanteurs, tandis que l’un les rejoignait. Pas de double appartenance donc…

Aussi, aujourd’hui Plozévet peut se piquer d’avoir deux groupes de chants de marin, l’un, les Boulis, où le choeur domine, l’autre, Barababord, une formation plus restreinte, où le vocal et l’instrumental s’équilibre mieux.

Barababord, en concert aux éoliennes

Cette double existence mériterait qu’on s’y attarde. Si elle témoigne d’un engouement certain pour les chants de marins en Bretagne, celui-ci s’enracine-t-il dans une tradition culturelle plozévétienne ? Plozévet était pourtant plus connu par la réputations de ses sonneurs, que par les voix des gars de la côte !

Plozévet et la culture bretonne

Tout cela pour dire qu’il nous faudrait ouvrir un nouveau chantier relatif à la vie culturelle bretonne à Plozévet, des anciens sonneurs au Mondial’Folk, en passant par les Boulis, Barababord, Balafen, ou Awen, et, bien sûr, par celles et ceux qui ont encore un répertoire de chants bretons d’avant le revival, alors que Plozévet n’avait ni bagad, ni de cercle celtique, ce qu’elle n’a toujours pas. Cette absence serait-elle liée à l’importance qu’a joué l’école dans le passé ?

Malgré la pluie

Une gavotte, sous la pluie… (vidéo en .mov, 4,5 Mo)

Bernard Paillard


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts