L’été plozévétien – épisode 06 « Conclusions provisoires »

D’hier à aujourd’hui, la part du tourisme et des vacances dans les activités communales s’est largement étendue. L’été, Plozévet vit au rythme de ses animations, et pas seulement au moment du mondial’Folk. Diverses associations proposent manifestations et activités, payantes ou gratuites. Une innovation pour cette année 2010 : la municipalité de Plozévet avec 9 associations ont proposé tout au long de l’été une série de petites manifestations gratuites ouvertes aux Plozévétiens comme aux estivants et touristes. Rémy Strullu, conseiller communal et adjoint aux associations, dresse le bilan de cette première année.


D’hier…Au moment des enquêtes, rien, ou presque rien n’était fait n’était fait pour attirer estivants et touristes : aucune animation n’était proposée, aucune mise en valeur du patrimoine architectural n’était même envisagée. Plozévet vivait une saison estivale laborieuse et, rares étaient ceux qui y venaient en vacances s’ils n’étaient pas originaires d’ici. Ces vacanciers retrouvaient l’ambiance familiale, certains aidant aux travaux des champs, d’autres reprenant les activités du bord de mer. Cette impression très générale mériterait d’être précisée, en différenciant la façon dont on passait la saison estivale selon qu’on était jeune, qu’on était des campagnes, du bord de mer, selon qu’on était commerçant, salarié, donc bénéficiant des congés payés, enseignant, donc tirant profit des « grandes vacances », selon qu’on résidait dans la famille ou qu’on avait un pied à terre indépendant (début des résidences secondaires). Malheureusement, aucune enquête systématique n’a été entreprise sur l’été plozévétien des années soixante, même si Edgar Morin l’avait mis au programme de ses enquêteurs étudiants. Mais, ceux-ci, essentiellement voués au monde paysan, n’ont noté que ce qui se passait dans les campagnes, même s’ils ont suivi le comité des jeunes (qui n’eut guère d’activités durant les vacances, ou si une enquêtrice fut plus particulièrement attachée à suivre l’été d’une bande de jeunes.

En fait, les animations encadraient la saison estivale, les festivités se calquant, les unes sur le calendrier religieux (pardon de la Trinité le deuxième dimanche de juin), les autres sur le rythme scolaire  (kermesse de l’école au printemps) ou commerçant (fête du Comité des fêtes au début de septembre), si l’on excepte l’organisation de bals, tel celui de la « classe 46 » le 11 juillet. Mais, fait curieux pour une commune très républicaine, rien n’était prévu pour le 14 juillet…

Toutes ces manifestations étaient à usage local, et, s’il existait bien un comité des fêtes (d’ailleurs en crise en 1965, suite à la décision de son président de quitter ses fonctions – voir ci-dessous), il n’y avait pas de syndicat d’initiatives ni d’office du tourisme. À l’époque, la politique municipale remettait à plus tard la valorisation touristique de la commune, jugeant que deux préalables étaient indispensables : l’adduction d’eau potable des campagnes et l’amélioration du réseau des chemins ruraux, celle-ci devant intervenir après le remembrement, dont l’entrée en vigueur était prévue à la Saint-Michel de 1965.

à aujourd’hui

En 2010, la situation a bien changé. Plozévet assume totalement sa vocation touristique et vacancière qui, d’ailleurs, assure désormais une part de son économie. Une nouvelle population vient temporairement à Plozévet, comme en témoignent la part croissante des résidences secondaires dans le parc immobilier de la commune (voir ci-dessous), le développement des chambres d’hôtes et des gîtes d’étape, l’implantation de deux campings, et la création d’un Office du tourisme qui, désormais, rayonne sur le Haut Pays bigouden.

Les animations estivales

Tout au long de l’été et en dehors du Mondial’Folk, officiel et off, concerts, randonnées pédestres, découvertes du terroir, soirée conte, souper du pêcheur, initiation à la danse bretonne ou à la fabrication des galettes de ed du, etc. sont proposés aux estivants comme aux habitants. Tout cela assuré par les bénévoles des diverses associations plozévétiennes. Un pot d’accueil est offert aux nouveaux estivants chaque lundi par l’Office du tourisme qui, d’ailleurs, propose d’autres activités régulières, comme l’atelier « grimage » pour les enfants. Si le clou de l’été est bien le festival du Mondial’Folk qui mobilise ses 200 bénévoles, l’été plozévétien est désormais ponctué par ces moments de convivialité facilitant les contacts entre estivants et Plozévétiens.


Plaquette sur les activités de l’été 2010 en format pdf rendez-vous-ete-2010


La mer comme loisir

Pour être complet, il faut signaler les activités liées à la mer, Pors Poulhan et ses va-et-vient de Jabadaos et autres petits plaisanciers, la plage du Gored, de Prat Meur ou du Canté, fréquentées par les familles. Mais, les jours de houles favorables ce sont les surfeurs qui les colonisent, selon l’orientation des vents. Et, si la plage de Penhors en Pouldreuzic accueille une école de surf, c’est à celle du Canté à Plozévet que se base le Club de sauvetage bigouden, (créé en 2008) qui assure le Surf Life Saving, organise la fameuse course à la rame Audierne-Plozévet, initie aux techniques de sauvetage en mer et propose des stages de découverte du littoral aux enfants. Chaque dimanche matin, les membres du club s’entraînent sur les plages de Plozévet, mais aussi de Plovan ou de Plouhinec.

Surf à Prat Meur (vidéo en .mov 2,2 Mo)

Les mardis de Plozévet

Innovation 2010 et initiative de Rémy Strullu, adjoint au maire chargé de la vie associative, cette année neuf associations ont répondu à l’appel de la municipalité souhaitant organiser des manifestations gratuites une fois par semaine durant l’été (voir la plaquette des activités de l’été). Ces « mardis de Plozévet » ont rassemblé pas loin de 1 500 personnes, estivants et Plozévétiens. Un bilan encourageant qui incite les édiles municipaux à renouveler l’expérience, en lui conservant son caractère modeste et en lui préservant le même esprit de convivialité. Cette intention témoigne-t-elle d’une aspiration à développer la vocation touristique de la commune ? Plusieurs initiatives semblent aller dans ce sens. Plozévet, une commune touristique ? Un thème qu’il nous faudra aborder et mettre en perspective.




Rémy Strullu, adjoint chargé de la vie associative (vidéo en .mov, 6,5 Mo)

Plozévet et ses associations

L’été plozévétien aura montré l’importance du milieu associatif, ce qui, en soi, n’est pas original, tant les associations jouent, désormais, un rôle primordial dans la vie et l’animation des sociétés locales. Leur multiplication illustre combien celles-ci se sont diversifiées depuis une cinquantaine d’années et comment elles se sont structées d’une façon plus complexe qu’antérieurement. Aux regroupements fondés sur des appartenances professionnelles, syndicales, politiques, religieuses qui caractérisaient le passé, ceux d’aujourd’hui ont plus tendance à se cristalliser autour d’une activité commune. Ce qui, en soi, n’est pas une nouveauté, l’invention des clubs sportifs ou des sociétés de chasse, de pêche, etc. ne datant pas d’aujourd’hui. Mais, c’est le foisonnement contemporain qui interroge. Comment expliquer ce fait ?

Deux grands courants de pensée ont cherché à expliquer les raisons de ce développement. Le premier, utilitariste, considère que  l’on s’associe pour répondre à un besoin. La déstructuration de l’État providence et le désengagement de ce dernier seraient donc les moteurs du mouvement associatif : on répondrait à une carence. Le second, communautaire, rejette cette démarche individualiste et rationnelle. Selon lui, l’association reposerait sur d’autres fondements humains. Seraient en jeux, l’esprit de solidarité et de gratuité (le bénévolat), la recherche de l’intersubjectivité. Et, ce ne serait pas par carence de l’État qu’on s’associerait, mais, au contraire, par aspiration à agir en dehors de lui et des cadres institutionnels établis.

Sans doute, ce ne sont pas les associations plozévétiennes qui permettront de trancher ce débat. Cependant, je serais enclin à penser qu’elles s’inscrivent bien mieux dans cette seconde conception. L’expérience que j’en ai depuis plus de dix ans, c’est-à-dire depuis que Plozévet a été choisi pour être le premier site devant commémorer la loi de 1901 sur la liberté des associations, l’illustre bien. D’ailleurs, c’est à cette occasion que j’ai pu mesurer le dynamisme associatif de Plozévet, une appréciation qui m’a incité à proposer, par la suite, d’autres actions à mener en commun, depuis les Rencontres régionales CNRS « Sciences & Citoyens », jusqu’au projet que nous développons actuellement.

Dans ce cadre, il nous faudra mieux comprendre ce monde associatif. Comment structure-t-il la vie collective de la commune ? Qui sont ces bénévoles qui consacrent leur temps libre au bien commun ? Quand ce n’est pas, comme pour les pompiers, une partie de leur temps de travail…

Comme dans bien des communes, un forum est désormais consacré aux associations chaque rentrée scolaire. Chacune y a son stand où elle propose ses activités, et l’on peut s’y inscrire. Certaines, n’hésitent pas à les mettre en scène, comme ce 4 septembre 2010 où, Salle Avel-Dro, les pompiers de Plozévet ont fait une démonstration de réanimation cardio-pulmonaire à l’aide du défibillateur autonome externe, ce fameux DAE ou DSA  dont  chacun devrait connaître le maniement. En effet, depuis le décret du 4 mai 2007, « Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe ».

Réanimation cardio-respiratoire avec le défibrillateur automatique externe

Démonstration de réanimation cardio-respiratoire (vidéo en .mov, 5,3 Mo)

Bernard Paillard

Visionnez la plaquette publiée à l’occasion de la manifestation relative à la commémoration de la loi de 1901 sur la liberté des associations :http://commune.plozevet.free.fr/divers/loi1901/index.htm


Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts