La Toussaint, tradition automnale

Samedi 31 octobre 2010, cimetière de Plozévet.

Il est 14h30 un peu passé et j’arrive avec les derniers rayons de soleil. Le vent se lève et au loin le ciel s’assombrit. Comment entreprendre cette petite enquête de terrain. Avant de m’aventurer, j’ai bien sûr dépouillé quelques documents d’archives que nous avons à disposition, car les cérémonies de la Toussaint avaient dans les années 60 éveillé la curiosité des chercheurs.

Extrait des films Les gens de Saint Demet, « Le bourg », de Robert et Monique Gessain, réalisés de 1961 à 1965 dans le cadre du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. (Musée de Bretagne – Cinémathèque de Bretagne)

Ainsi Donatien Laurent, dans son rapport sur Le cycle de la vie individuelle («Etude ethno-sociologique, la société traditionnelle» sous la direction de A. Leroi-Gourhan, 1966, conservé au CRBC de Brest) écrivait à ce propos : « Les coutumes, croyances et attitudes relatives à la mort sont de celles qui colorent encore puissamment la société plozevetienne. On parle fréquemment des morts, on pense souvent à eux, et ils ont leur place dans tous les grands moments de la vie de leur famille comme dans toutes les fêtes de la communauté à laquelle ils appartenaient.» Puis un peu plus loin, «Cette fidélité à la mémoire de ceux qui sont morts ne va d’ailleurs pas sans marques extérieures, les plus évidentes concernent les tombes qui sont régulièrement nettoyées, fleuries, visitées. (…) C’est surtout au moment de la Toussaint  que le cimetière est à l’honneur : il n’est plus alors qu’un immense parterre de fleurs dont les couleurs vives font l’orgueil des Plozevetiens qui affirment, sans doute à juste titre, que leur cimetière est le plus beau du Sud-Finistère.»

Extrait des films Les gens de Saint Demet, « Le bourg », de Robert et Monique Gessain, réalisés de 1961 à 1965 dans le cadre du Comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. (Musée de BretagneCinémathèque de Bretagne)

Les films réalisés à la même époque par Robert et Monique Gessain en donnent une parfaite illustration. «Chaque samedi, les femmes nettoient et ornent les tombes pour la visite au cimetière qui suit la messe dominicale (…) La Toussaint est proche, depuis plusieurs semaines les morts occupent une place particulière dans les activités de chacun. Les préparatifs au cimetière demandent quelques jours. Chacun a cultivé ou acheté les fleurs qui orneront les tombes nettoyées et remises en ordre».

Cherchant inconsciemment quelques visages connus dans les allées, je croise le regard d’un petite dame. Elle rempote une bruyère sur la tombe de son époux et de sa belle famille. Alors la Toussaint, ça représente quoi pour elle ?

«C’est la tradition» me dit-elle. C’est aussi l’occasion de voir la famille un peu «comme les enterrements». «Mais le cimetière de Plozévet est quand même bien fleuri toute l’année». «Nous on met toujours de la bruyère, elle peut durer jusqu’à très longtemps, jusqu’en février-mars.» On regarde le ciel toutes les deux, «Il faut pas trop de vent, dans le nouveau cimetière ça souffle» (je l’apprends nous sommes dans l’ancien, le nouveau se trouve de l’autre côté de la route). «Autrefois, ce n’était pas des tombes en marbre, il y avait de la terre et on enfonçait le pot de chrysanthèmes directement dedans… les pots, ça glisse sur les tombes en marbre !». Elle se rappelle son enfance, où chaque samedi avec sa mère «elles envoyaient des fleurs coupées dans un vase». Bien sur, aujourd’hui il y a moins de jeunes qu’avant mais «maintenant il faut aller travailler loin». En tout cas, elle, elle reviendra demain «pour envoyer le reste des fleurs» qu’elle a achetées dans une pépinière à Mahalon.

Je remonte un peu l’allée centrale du cimetière et remarque la présence de deux messieurs ; rare dans cette assemblée plutôt féminine. J’échange quelques mots avec eux, ils accompagnent leurs épouses et on m’encourage donc à aller discuter avec l’un d’elle «si si elle aura plein de choses à vous dire». Danielle a 62 ans et elle aussi est accompagnée, comme beaucoup d’autres, d’un petit panier et d’un balais hérité de sa grand tante et qui a toujours eu cette fonction.

Elle s’occupe de la tombe de son frère et de celle de son grand-oncle et de son épouse qui ont été sa famille d’adoption après la disparition de ses parents. Chez eux, la Toussaint «c’est plus une manière d’honorer le souvenir mais pas vraiment une fête familiale». Elle m’explique son besoin de se recueillir ici. «Je viens souvent au cimetière, pas qu’à la Toussaint. Je mets des fleurs, presque tous les jours, je viens toute l’année. Elle se demande si on n’en fait pas trop à la Toussaint. Pour elle, «pas la peine de faire une tombe ostentatoire» mais elle concède que lorsque l’on est sur place toute l’année c’est différent. Elle pense, cependant, que c’est «un rite qui va se perdre». Ainsi ses enfants ne viennent jamais au cimetière. «Ils pensent à leur mamie à leur manière, mais ils n’ont pas le réflexe de la visite ou de porter des fleurs». Elle m’indique avec un petit sourire qu’elle a missionné son fils sur Paris pour qu’il aille fleurir la tombe de ses parents. En discutant un peu de ce qui motive mon enquête, Danielle me dit «Au temps d’Edgar Morin, le cimetière était plus fleuri, les gens cultivaient leurs chrysanthèmes dans leur jardin. Elle se souvient aussi d’avoir été très marquée lors de sa première Toussaint au Guilvinec,  où des gerbes et des compositions avaient été réalisées exprès chez le fleuriste. «Mais là bas aussi ça a diminué, comme partout.» En tout cas, pour elle, la Toussaint rime encore avec tradition et  «cette ferveur n’est pas triste».

Pour Joseph et Marianne, 84 et 76 ans, rencontrés un peu plus loin, la Toussaint est une tradition qui s’écrit à deux. «Depuis 50 ans que l’on est marié, on va nettoyer les tombes à deux !»

La Toussaint ? «C’est jour de fête !» aux disparus. «C’est traditionnel, on va sur toutes les tombes, la tante, la cousine…» me dit Marianne le sourire aux lèvres. «Et puis, on se retrouve en famille, demain, j’ai mon fils qui vient déjeuner et faire son tour au cimetière, et lundi ma fille avec son mari et ses enfants.» On papote un peu, bien sur qu’elle connaît les enquêtes de Plozévet ! Elle avait été interrogée à l’époque par Jean-Claude, enquêteur de l’équipe Morin. Et puis à la maison, ils ont les films car une partie de leur famille est dessus, pendant la scène où l’on tue le cochon. Les choses ont évolué depuis cette époque et la tradition de la Toussaint aussi. « C’est plus comme dans le temps. Les tombes sont fleuries mais moins qu’avant. Les jeunes générations sont peut-être moins motivées ?» Elle, semble satisfaite ; ses enfants viennent et ses fleurs viennent du magasin de sa fille à Saint Guénolé. Elle rit. Une véritable affaire de famille ! «Dans le temps, c’était des tombes en terre, c’est rare maintenant, ça se modernise.» dit-elle en riant. «Celle-ci c’est une vieille tombe, plus personne ira dedans mais on l’entretient.» Son mari surenchérit «Y’en a assez là dedans !» et elle de conclure en rigolant et en regardant de l’autre côté du cimetière «Nous deux on ira plus loin regarder la mer.» Clin d’oeil inconscient à Donatien Laurent qui notait dans les années 60 «On parle facilement de sa propre mort, on en plaisante…» et bien, en 2010 aussi.






Une réflexion sur « La Toussaint, tradition automnale »

  1. Bravo Laure,tu t’en es plutôt bien sortie,tu as même réussi à y faire passer un brin de nostalgie,d’ordinaire,quand on se trouve au cimetière,personne ne parle,chacun s’affaire,ce n’est qu’une fois sortis de l’enclos que les gens bavardent entre eux, j’ai souvent constaté cela,sans doute est-ce une forme de respect dû à nos chers disparus ….Pourtant,comme dirait Joseph,il y en a tellement là-dessous,que cela ne leur porterait plus préjudice.S.L.

Les commentaires sont fermés.