Souvenirs d’enquêtés, 45 ans après retour à Kervouéret

Le jeudi 29 septembre 1965, Anne Le Roux, enquêtrice de l’équipe Morin se rendait chez Jean et Marie-Hélène Perhirin, âgés de 26 ans et dressait alors un portrait de ce jeune couple d’agriculteurs à travers les grandes questions de l’ époque : l’avenir de l’agriculture, le remembrement, la transformation des campagnes, le rapport à la ville, les relations intergénérationnelles, la vie moderne.

Kervouéret à la fin des année 70.

Kervouéret en 2010

Dans la transcription de cet entretien, Anne Le Roux écrit : « Jean a parlé d’une voix monocorde et posée tout au long de l’entretien, même quand il parlait de révolte et d’agressivité à l’égard du gouvernement. De tous les jeunes agriculteurs que j’ai vus, c’est certainement le plus lucide et celui qui a le plus pensé les problèmes de l’agriculture. Sa femme, grande brune, sans aucun maquillage mais soignée dans une pimpante blouse de nylon rose, a participé à l’interview et donné son avis de temps en temps. On sent qu’elle admire beaucoup son mari et que celui-ci tient compte de ses réflexions. »

Le 14 octobre 2010 à mon tour de me rendre à Kervouéret, avec dans mon sac les archives les concernant : la transcription dactylographiée de leur entretien et surtout l’enregistrement sonore qui en avait été fait. On écoute, on lit quelques passages et surtout on se remémore de nombreux souvenirs.

Lecture et écoute des archives

Le métier d’agriculteur, une vocation

Pour Jean Perhirin, le métier d’agriculteur a été pendant fort longtemps dévalorisé. « On ne reconnaît pas le travail d’agriculteur, non seulement on le méprise mais on le paie pas assez. » Pour son épouse, ce n’est plus tout à fait pareil aujourd’hui :  «C’est devenue une entreprise maintenant une ferme ! Alors qu’autrefois l’agriculteur, c’était celui qui n’avait pas pu faire autre chose. » D’ailleurs à l’époque, Anne Leroux avaient collecté certains témoignages d’agriculteurs qui disaient « restés à la ferme parce qu’ils y étaient obligés, qu’ils auraient préféré aller à la ville ». Pourtant Jean répliquait à l’enquêtrice que lui « avait toujours pensé rester, c’était une idée personnelle ». Il se souvient aujourd’hui de tout ça et l’a noté dans son  Livre de raison destiné à expliquer son histoire et celui de sa famille à son entourage. Pour lui « le métier d’agriculteur a quand même aussi ses avantages, surtout au point de vue familial, on est avec ses enfants. » Anne Le Roux écrivait dans son compte-rendu  « à propos de leur petit garçon, ils préfèreraient qu’il ne reste pas à la ferme, à moins qu’il y ait un changement ». Aucun de leurs enfants n’est en effet resté. « Ils n’avaient aucun goût pour ça » me dit Marie-Hélène. Et son époux de préciser « Mais on a fait en sorte qu’ils ne restent pas, c’était impossible qu’ils restent, on était crevé de charges ».

L’exploitation au fil des années

En 1965, le jeune ménage s’était installé, avec leur petit garçon de 1 an, dans la ferme des parents de Madame. Ces derniers ont vécu avec le couple jusqu’à la fin de leur vie. Jean était originaire de Meilars, de parents agriculteurs et avait fait une école d’agriculture. Marie-Hélène était restée à la ferme de ses parents, qui faisaient alors des légumes, tandis que son frère l‘avait quittée pour exercer le métier de vétérinaire. L’exploitation faisait 17 hectares et Jean disait à l’époque « J’essaie d’avoir quelques terres, le minimum ce serait 25. » L’exploitation s’est donc agrandie au fil des ans puisque dans les années 80, ils avaient réussi à cumuler 50 hectares. Aujourd’hui leurs terres sont en location avec un cousin éloigné de la famille.

Ecouter achat_terrain_safer

De la culture de légumes à l’élevage

On écoute quelques passages de l’enregistrement sonore. Dans les années 60, le bord de mer était une importante zone maraîchère. Jean évoque les pommes de terres primeur, le développement des transports, l’arrivée de produits extérieurs à la France sur le marché, la montée en puissance des coopératives et l’obligation finale d’abandonner.

Ecouter declin_maraichage

Eux, faisaient de la polyculture mais ils n’étaient jamais certains de produire le tonnage nécessaire alors Jean s’est lancé dans l’élevage.

Ecouter elevage

Il deviendra par la suite administrateur de la société des éleveurs de la race bovine bretonne pie-noire et mènera un long combat pour la sauvegarde de cette race, qu’il retrace notamment dans son Livre de raison.

Ecouter La_Bretonne_pie_noire

Photographie de Jean Perhirin, extraite de son Livre de raison.

Les changements agricoles des années 60

De nombreux points étaient abordés par les enquêteurs de l’équipe Morin : la question du remembrement, de la mécanisation, de l’utilisation des engrais, du regroupement entre agriculteurs. Avec le recul, Jean Perhirin nous livre quelques impressions. Lui n’était pas de Plozévet et avait une autre façon de voir. Certains reprochaient aux écoles d’agriculture de former des individualistes et aux agriculteurs de ne pas réussir à s’arranger et à s’organiser. Le remembrement, il en était satisfait à l’époque. C’était un progrès mais selon lui la mairie avait profité de ce projet pour construire des routes et faire des lotissements sans forcément voir l’intérêt pour les agriculteurs. « À la campagne, il n’y avait pas de route, à Poulbrehen où il fallait envoyer les caisses de vin à la brouette, le camion, n’allait pas jusqu’au commerce ; on se serait cru revenir deux siècles en arrière, au temps de la diligence. »  Il évoque les problèmes causés par la démolition des talus « J’ai été nommé président du terroir breton après, on voyait bien que si les rivières se desséchaient c’était à cause de ces remembrements stupides (…) et il y avait le problème des rémunérations accessoires où les employés du génie rural qui étaient détachés  au service des associations foncières, payés par elles, étaient au pourcentage des travaux faits. Plus on en faisait, plus ils percevaient ces rémunérations accessoires, incitant ainsi à démolir plus que nécessaire ; et puis après on accusait les agriculteurs d’avoir tout démoli. »

« Les engrais, on les retrouve dans son assiette ! »

Jean évoque au fil de la conversation le passage d’une agriculture saine et respectueuse à une agriculture « dite performante mais gaspilleuse d’énergie ». « Autrefois c’était le travail manuel, une autre vie, c’était du bio 100% quoi ! Aujourd’hui on essaie de retrouver cette agriculture. » Il me montre une pomme : « Les traitements des pommiers en France, c’est 48 traitements de pesticides en une année. Nous, ce qu’on a fait ici, on a mis des brises vent  pour protéger notre verger avec 70 variétés de pommes. C’est le grand-père de Marie-Hélène qui avait mis une haie et commencé ce verger. «C’était son plaisir de s’occuper des fruitiers. »

Jean et Marie-Hélène Perhirin dans leur verger.

La vie à la campagne

En 1965, à propos de la ville Jean disait « Non, je n’aime pas la ville, on ne peut pas réfléchir. Même si c’est plus facile pour envoyer ses enfants à l’école, plus facile pour celui qui a un bon métier parce qu’il est sûr d’avoir sa paie à la fin du mois. Il n’y a pas d’air, trop de bruit, on vit tassés les uns sur les autres (…) Il vaut mieux vivre avec moins d’argent mais vivre tranquillement ». Aujourd’hui, ils ne regrettent pas d’êtres restés à la campagne. « On apprécie maintenant d’être à la retraite tous les deux, si la santé nous permet de rester encore un petit peu. » « C’est vrai que c’est quelque chose de vivre à deux » me dit son épouse. « Notre plaisir c’est le soir après que l’on ai bu le café, on monte un peu au dessus et on retrouve deux ou trois autres. » « Et là continue son mari il y en a un qui est ouvrier agricole et qui a 90 ans, on parle en breton, des choses d’autrefois et lui est heureux car il a personne pour communiquer autrement et moi ça me rafraîchit la mémoire (…) ya toujours des choses à raconter. » Et de conclure à propos du breton : « On peut pas traduire le breton en français parce que ça sonne pas juste, ça sonne trop dur, et puis c’est des images, les mots chantent par eux même.»

Ecouter anecdote_langue_bretonne

Et le Moderne ?

Vous aimeriez avoir la télévision ? leur demandait Anne Le Roux en 1965. « On aurait pas le temps de la regarder » lui avait –on répondu. Madame Perhirin se souvient d’avoir acheté leur premier poste, chez Cornec au bourg, pour assister à la retransmission du premier pas sur la lune. « On a trouvé ce prétexte, c’était l’occasion» complète son mari. Et si aujourd’hui, la maison est équipée d’une connexion internet, que Jean travaille sur ordinateur et m’échange une copie de son Livre de raison avec sa clef usb, il conclut en disant que en 2010, le modernité pour lui « C’est de vivre à la campagne dans un coin tranquille où il n’y pas trop de gens qui polluent ». Il se souvient comment sa santé s’était améliorée à son arrivée à kervoueret.

Ecouter air_pur_poisson_frais