À propos du brûlage du goémon : de la soude à l’iode

Sur le panneau qui borde de four à goémon de Prat Meur, il est fait mention d’un chimiste, Bernard Courtois. Celui-ci aurait découvert l’iode en 1811, une iode extraite des pains de soude résultant du brûlage du goémon. Je me suis demandé qui était ce fameux Bernard Courtois, et, de fil en aiguille, mes lectures m’ont fait découvrir un pan de l’histoire de la chimie et de la technologie, une science et une industrie sans lesquelles les côtes bretonnes, donc celles de Plozévet, n’auraient pas connue ces fumées blanches qui restent gravées dans la mémoire de beaucoup.


Utilisation des pains de soude explication par Christian Defer (vidéo en .mov, 5,2 Mo)

Qui était Bernard Courtois ?

Bernard Courtois (1777 – 1838), né à Dijon, commence sa vie professionnelle comme pharmacien. Après l’apprentissage du métier à Auxerre, il monte à Paris. Sur la recommandation de Louis-Bernard Guyton-Morveau, alors directeur de l’École polytechnique et pour le compte duquel avait travaillé son père, il entre au laboratoire d’Antoine-François Fourcroy en 1798. Incorporé dans le service de santé des armée, il devient  pharmacien des hôpitaux militaires en 1799. De retour à la vie civile, il retrouve l’École polytechnique, puis est recruté par Armand Séguin. Celui-ci, le destinant à la recherche, lui fait étudier l’opium dont il isole, en 1804, un de ses principes actifs appelé, quelques années plus tard, la morphine. L’attention de Seguin pour l’opium n’est sans doute pas étrangère à ses intérêts pour la chose militaire, tout du moins pour l’approvisionnement des armées. L’opium étant couramment utilisé comme anesthésiant puissant par les armées, il pouvait escompter que la découverte de son principe actif lui ouvrirait un marché supplémentaire à celui qui avait fait sa fortune, le tannage des peaux  En effet, en 1794, il avait mis au point un nouveau procédé de tannage, une méthode si rapide qu’elle avait permis de fournir les armées révolutionnaires en baudriers et autres chaussures dont elles avaient un besoin urgent. Mais c’est sans doute aussi cette même nécessité militaire qui détermina Bernard Courtois à quitter le domaine de la recherche pure pour, lui aussi, se lancer dans l’industrie.

De la « nitrière » à la découverte fortuite de l’iode

Que vient faire, dans cette histoire, une nitrière, c’est-à-dire un lieu d’où l’on extrait le nitre ? Pourquoi Bernard Courtois, délaissant l’opium, se lance-t-il dans cette entreprise ? Pour faire simple, il faut savoir qu’un nitrière n’est autre qu’une salpêtrière, c’est-à-dire un lieu d’où l’on extrait le salpêtre, que le salpêtre rentre dans la composition de la poudre à canon, et que le père de Bernard Courtois avait été l’un des premiers à se lancer dans l’aventure d’une nitrière artificielle. Cette industrie avait été très encouragée à la fin de l’Ancien Régime. Lavoisier, nommé en 1776 Directeur de la Régie des Poudres et Salpêtres (en remplacement de la Ferme des Poudres et Salpêtres), avait préconisé ce type d’installations pour suppléer à l’insuffisance d’efficience des « salpêtriers du Roy« , ceux-ci étant chargés de recueillir le salpêtre naturel se formant dans les caves, étables et écuries, comme de traiter terres et gravats de constructions en démolition où avaient vécus des animaux.

Le père de Bernard Courtois se lance dans l’aventure dès 1789. Puis, devant la croissance de la demande en salpêtre liée aux guerres révolutionnaires puis napoléonniennes, il achète avec son fils une nouvelle nitrière à Paris, l’année même où celui-ci met en évidence la morphine. L’affaire ayant fait faillite et Jean-Baptiste Courtois étant emprisonné pour dette à Sainte Pélagie jusqu’à la liquidation de l’affaire  en 1805, Bernard Courtois s’engage par la suite seul dans cette activité, adoptant les nouvelles techniques mises au point depuis la fin de l’Ancien Régime.

(copyright : http://www.cg78.fr/archives/guide-et-inventaires/img/seriee/hd/E1678-1.jpg)Plan de la nitrière du Sieur Du Château à Dreux

Sur les recommandations et instructions de Lavoisier, une nitrière artificielle est constituée de fosses creusées dans le sol et protégées du soleil et de la pluie par des hangars. Des matières organiques mélangées à de la terre, à des plâtras, à des pierres calcaires y sont mises en putréfaction. Conçue de telle sorte que l’air puisse y circuler, la paille assurant la porosité de l’ensemble, la nitrière est régulièrement arrosées d’urine et de purin, afin d’entretenir l’humidité tout en apportant des matières azotées. Brassée et retournée à plusieurs reprises pour homogénéiser l’ensemble, il s’y produit des réactions chimiques, mal comprises à l’époque (l’action de bactéries ne sera mise en évidence qu’en 1877), l’azote des matières organiques réagissant avec le calcium pour donner du nitrate de calcium. Celui-ci, extrait par dissolution dans l’eau, est mis en présence de carbonate de potassium, apport assuré par des cendre de bois, riches en potasse. Et, une nouvelle réaction chimique se produisant, on obtient du nitrate de potassium (KNO3) qui, après filtration et évaporation cristallise sous forme de petites paillettes blanches. Cependant, ce procédé reste peu efficace, une bonne part du potassium présent dans les cendres réagissant avec d’autres sels de calcium. Il convient donc de raffiner le produit obtenu. Par ailleurs, il revient cher, le coût du bois s’étant alourdi sous la pression des diverses industries consommatrices de bois, et sous l’effet d’un blocus continental interdisant les importations.

Pour pallier ces problèmes, Bernard Courtois a l’idée d’utiliser des cendres de varech, d’un coût moins prohibitif et permettant de d’obtenir un produit plus pur avec un rendement plus conséquent. Il procède en deux temps. La saumure de nitrate de calcium est d’abord mise en présence de cendres de varech. Celles-ci, riches en carbonate de sodium, réagissent avec elle pour donner du nitrate de sodium. Puis, l’ajout de cendres de bois, donc de carbonate de potassium, permet la formation de nitrate de potassium, ce fameux salpêtre utilisé pour la fabrication de la poudre à canon, en mélange avec  du charbon de bois et du souffre. Le premier  fournit l’oxygène nécessaire à la combustion du second, le souffre abaissant la température d’allumage et accélérant la combustion.

Cependant, Bernard Courtois note que, suite à ces traitements, les fonds de ses cuves se tapissent d’un revêtement visqueux. Il convient donc de les nettoyer de temps en temps, opération faite avec de l’acide. Or, un jour de 1811 où il avait forcé un peu sa concentration, il remarque que ses cuves se remplissent de magnifiques volutes de fumées violettes qui, au contact des parois froides, se précipitent en cristaux jamais décrits auparavant. Bernard Courtois commence alors à étudier les propriétés de ce nouveau corps. Il tente de le produire. Mais sans demande pour cet élément dont on ne connaît pas les propriétés, il abandonne cette voie pour se concentrer sur  sa production de salpêtre. Une activité qui le ruinera dès la fin de l’Empire, la fin des guerres napoléonniennes ayant réduit considérablement la demande, comme celle du blocus continental ayant permis la concurrence étrangère, notamment celle du nitrate en provenance des mines du Chili. N’ayant fait aucune communication, n’ayant déposé aucun brevet, la paternité de cette découverte n’a été attribuée à Bernard Courtois que vers la fin du XIXe siècle.

L’iode et ses propriétés

Bernard Courtois avait en effet confié à deux chimistes de ses connaissances, dont son compatriote dijonnais Nicolas Clément, le soin de poursuivre les études qu’ils avait commencées. Par ailleurs, il avait distribué des spécimens de ses cristaux à plusieurs chimistes, dont Louis-Joseph Gay-Lussac qui lui donna son nom (du grec iodes qui veut dire violet), afin qu’on en étudiât les propriétés. Dès lors, et de façon pragmatique, chimistes et pharmaciens, vont multiplier les expériences empiriques. Une des première facultés de l’iode, reconnue par Courtois lui-même, est de comporter un principe assez corrosif. Ce qui lui a valu d’être très vite utilisé comme agent antiseptique, avant même que la théorie pastorienne ait été formulée.D’où son utilisation en médecine et chirurgie, dont la chirurgie militaire Mais, curieusement, un de ses premières usages thérapeutiques a été le traitement du groitre, cette maladie thyroïdienne frappant les populations de certaines régions. Antérieurement traitée par des éponges brûlées, il avait été imaginé que l’iode présenterait plus de principes actifs. Pendant plusieurs années, médecins et pharmaciens rivalisèrent d’inventivité pour trouver toutes les vertus, parfois des plus fantaisistes, de ce nouveau produit. Cependant, sur le plan médical il s’est imposé comme agent antiseptique, tandis que sur le plan industriel sa principale application a concerné la photographie après que Daguerre eut démontré la photosensibilité de l’iodure d’argent.

Les développement de la production

Nicolas Clément monte rapidement une usine à Paris. Il y place un de ses élèves, François-Benoît Tissier. Celui-ci développe un procédé de fabrication industrielle qu’il applique à Cherbourg, tirant, en 1825, 400 kilogrammes d’iode de l’usine Couturier spécialisée dans la fabrication de soude de varech. Quelques années plus tard (1829), il se rend au Conquet, spécialisant dans la fabrication de l’iode l’usine « Guilhem aîné et Garnier ». Entré dans la raison sociale de cette société en 1845, il devient l’homme le plus riche de la commune.

Concurrence internationale

Tout au cours du XIXe siècle, les usines s’implantent en Bretagne et Normandie : à Granville en 1832, à Vannes en 1853, à Quiberon et Porsall en 1857, à Tréguier en 1864, à L’Abert-Wrach en 1870, à Guipavas en 1877, à Lampaul-Pouarzel et Audierne en 1895. La production se déploie en Grande-Bretagne, en Norvège. Toutes ces usines à base de goémons sont vite concurrencées par la production chilienne, les mines ayant été découvertes en 1821. D’où l’établissement en 1879 d’une règlementation internationale : chaque pays adhérant (Chili, France, Pays de Galles, Écosse, Norvège) se voit attribuer un pourcentage de production garantissant celle de son propre pays. Des accords mis à mal par les outsiders au Cartel, Japon, États-Unis, Java. Au point de les rendre inopérants : la convention est supprimée en 1934.

La fin de l’iode de varech

En 1939, les usines françaises se répartissent essentiellement sur les rivages bretons, du Trieux à Vannes, avec une concentration plus importante sur les côtes du Nord Finistère. Si une certaine concentration des entreprises est intervenue depuis la guerre 14-18, certaines d’entre-elles, comme celles de Pont-l’Abbé, de Penmarc’h, de Pont-Croix, restent de taille modeste. En 1939, les treize entreprises qui perdurent n’arrivent pas à assurer les besoins nationaux en iode. Il est donc nécessaire d’avoir recours à l’importation, malgré une protection douanière permettant de sauvegarder cette industrie peu concurrentielle. À la veille de la guerre, le prix de revient de l’iode français est près de cinq fois supérieur à celui de l’iode chilien ou javanais. En 1955, la France met fin au protectionnisme du marché de l’iode. Les usines périclitent.

Ainsi disparaît une activité qui, aux plus beaux jours, avait occupé près de 3 000 personnes dont 2 500 inscrits, les seuls habilités à récolter le goémon de coupe. Si, pour ces derniers, le marché des alginates a ouvert de nouvelles perspectives, si l’engouement contemporain pour les algues laisse entrevoir de nouveaux débouchés liés à leur culture, toutes les côtes bretonnes, dont la Baie d’Audierne, ne sont pas aptes à saisir ces chances.

Nostalgies ?

À Plozévet, les activités goémonières restent un souvenir. C’est avec nostalgie que beaucoup de ceux qui ont connu les dernières fumées évoquent ce temps d’avant le déploiement de l’ère moderne. Nostalgie de l’enfance et de la jeunesse ? Amertume suscitée par les désillusions du progrès ? Qu’en pense-t-on à Plozévet ? Depuis 2007, à l’initiative de Christian Defer, les habitants de Prat Meur organisent une journée du brûlage du goémon à laquelle nous avons assisté. Nous en rendrons compte ultérieurement.

Retour sur « Du natron à la soude de varech »

 Copyright, Bernard Paillard, Plozarch, Carnets, Plozévet en quête d’enquêtes, http://plozevet.hypothèses.org/2905, À propos du brûlage du goémon : de la soude à l’iode ». Tous droits réservés.

——-

Autres billets de Plozarch sur les algues :

La récolte du bein youd : http://plozevet.hypotheses.org/1863

Sur WikiPlozarch, mise en ligne d’un projet de tournage sur les algues : http://plozevet.hypotheses.org/1155

———-

POUR ALLER PLUS LOIN

Des vidéos :

Sur Ina.fr des extraits du film Les goémoniers, diffusé en 1969 : http://www.ina.fr/fresques/ouest-en-memoire/Html/PrincipaleAccueil.php?Id=Region00411

Des sites Internet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Courtois

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Courtois

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Bernard_Guyton-Morveau

http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine-François_Fourcroy

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Jacques_Thénard

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Clément_(chimiste)

http://dictionnaire.sensagent.com/Armand_Seguin_(chimiste)/fr-fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Morphine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Salpêtre

http://fr.wikipedia.org/wiki/Iode

http://fr.wikipedia.org/wiki/Salpêtrier

Marcel GAUTIER, Notes sur la géographie de l’iode, in, Annales de Géographie, 1947, t. 56, n°303. pp. 203-206. (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1947_num_56_303_19219)

Patrice BRET, Lavoisier à la régie des poudres : Le savant, le financier, l’administrateur et le pédagogue, IN, « La Vie des Sciences », Comptes rendus de L’Académie des sciences, série générale, tome 11, 1994, n°4, p. 297-317.                                                                                                       (http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/02/59/04/PDF/bret_lavoisier_regie_poudres.pdf)

Site de la Société des Amis de Lavoisier : http://historyofscience.free.fr/Comite-Lavoisier/index.html

Jean-Pierre CLOCHON, Le Conquet et la mer (http://www.la-mer-en-livres.fr/iode.html)

Louis-Jacques THÉNARD (Baron) Traité de chimie élémentaire, théorie et pratique, Volume 1, Chez Crochard, Libraire, rue de la Sorbonne, n°5, 1817. ( https://books.google.fr/books?id=sr8eyp2TZyYC&pg=PA198&lpg=PA198&dq=chimie+propriétés+de+l’iode&source=bl&ots)



Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts