Atelier scientifique : compte-rendu de la séance avec Christian Defer

Des élèves viennent de nous faire parvenir leur compte-rendu de la rencontre avec Christian Defer. Et, Sylvie Gauthier fait le point sur la biologie du Chondrus crispus.

COMPTE-RENDU DE MAÉLANN GUILLOU

Lundi 10 janvier 201,1 nous avons rencontré un ramasseur de Chondrus, Christian Defer qui nous a expliqué les pratiques du goémonier.

De nombreux noms sont attribués à l’algue Chondrus comme le « bein-youd », le goémon… Le nom de cette algue vient du breton : bein veut dire algue et youd veut dire bouillie. Christian Defer ramasse principalement le « bein-youd », mais il ne récolte pas les fucus et les laminaires car elles sont récoltées principalement dans le Finistère nord.

On distingue des couleurs différentes de Chondrus qu’on nomme l’algue rouge (proche du brun) et l’algue verte, cette dernière se situe plus en bord de mer, au début de l’estran. Elle est donc plus facile à récolter pour les pêcheurs à pied, mais elle est moins lourde que l’algue rouge qui, elle, se situe plus au large et est donc moins accessible. La récolte de ces algues se fait de juin a septembre.

La journée d’un goémonier est très organisée. Une des raisons c’est qu’il faut suivre les marées cela représente 4 à 5 heures d’activité par jour. Christian Defer fait en moyenne 150kg de récolte ce qui équivaut à peu près à 6 sacs de 25 kg, qu’il stocke au fur et a mesure sur les rochers de l’estran. Quand la saison ne permet plus la récolte du bein-youd Christian Defer travaille.

Christian Defer consomme de temps en temps des algues comme Porphyra utilisée dans les « sushis », comme le « nori » une algue qu’il récolte. Ce goémonier transmet aux jeunes qui sont intéressés par ce métier. Il pense que le métier de goémonier est un métier d’avenir, et que l’algue a aussi de l’avenir en Bretagne.

Christian Defer a des contacts avec des entreprises qui exploitent les algues. Mais il ne souhaite pas se mettre en partenariat avec eux. Il ne s’est pas encore rendu  dans d’autres pays pour voir les différents modes d’exploitation des algues, comme en Chine.

Ce métier attire la curiosité des touristes qui viennent en Bretagne, et son activité est souvent perçue comme un métier de pauvre et de malheureux.

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette interview, sur la façon dont Christian Defer récolte le Chondrus, et ce qu’il en fait après, puis le fait d’avoir évoqué la manière dont est perçue cette profession.

COMPTE-RENDU DE MARIE-OCÉANNE SÉGUIN

Le statut du goémonier

La récolte de l’algue est une pratique ancestrale, qui a un statut de profession depuis 2007.  Christian Defer, lui, récolte des algues depuis l’âge de 5-6 ans. Il a appris à les ramasser avec ses grands-parents. Aujourd’hui, la récolte est interdite au moins de 16 ans à cause de la législation du travail.

À Plozévet il y a une dizaine de récoltants. Le salaire moyen du goémonier est d’environ 10 euros de l’heure.

Ils sont attachés aux marées et travaillent environ 4 heures durant celles-ci.

Ce travail de plein air a tout de même certaines contraintes : en effet c’est un travail très physique, et il faut savoir supporter le froid durant certaines périodes.

La tenue n’est pas vraiment un problème : maillot de bain, sandalettes en plastique, casquette ; comme  à la plage quoi ! Certains préfèrent une combinaison complète, mais elle n’est pas obligatoire.

Les sacs (genre sacs à patates) pleins sont stockés dans un hangar pas très loin du lieu de récolte.

L’organisation de la récolte

Le métier de goémonier demande un peu d’organisation : il faut sans cesse surveiller la marée et mettre les sacs à l’abri pour les laisser sécher pour qu’ils soient plus faciles à transporter.

Les récoltes sont effectuées durant le printemps et l’été. Elles sont aussi calées sur les marées et les coefficients. Les récoltes durent entre 4 et 5 heures, en fonction, là aussi, du coefficient de la marée. En une récolte on peut réunir de 120 à 200 kg d’algues ; soit une tonne en 5-6 jours ! Avoir un bateau n’est pas obligatoire, la récolte à pied est possible et bien plus sportive ! Ce qui est bien avec les algues, c’est que l’on a pas besoin de les semer pour les récolter.

Le devenir de l’algue après la récolte

Une fois récoltée, l’algue est livrée au hangar où la pesée est effectuée. Ensuite un camion de l’entreprise passe les prendre et part les livrer. Le grossiste, lui, centralise les récoltes. Les algues peuvent être séchées et mises en poudre.

Les réponses à nos diverses questions

Les algues peuvent servir dans la cuisine, pour faire des gélifiants, ou bien pour faire des cosmétiques.

Pour en revenir à Christian Defer, il lui arrive d’enseigner les techniques de récolte aux jeunes intéressés. Passionnés des algues, il s’est bien documenté sur la pêche, sur l’utilisation et sur la consommation des algues, qui est impressionnante dans d’autres pays du monde, comme la Chine.

Mes commentaires

Quand Christian Defer répondait à nos questions, on sentait qu’il aimait son métier et qu’il était content de partager ce qu’il savait. J’ai appris des choses que je ne connaissais pas sur les algues. C’était intéressant.

COMPTE-RENDU DE MAXIME GLOAGUEN

Le staut du goémonier

La récolte du Chondrus, algue rouge appelée aussi  » bein youd « , a le statut de profession que depuis 2007. Les enfants de moins de 16 ans ne peuvent pas en récolter, la licence est obligatoire.

C’est un métier qui devient rare dans sa pratique et le salaire de récoltant est bas.

L’organisation de la récolte

La plupart des récoltes sont faîtes en été, les jours de beau temps. La récolte du Chondrus se fait sur le temps d’une marée basse et on peut récolter entre 20 et 40 sacs, cela dépend essentiellement des coefficients de marée.

Au fur et à mesure, les sacs sont placés sur les plus hauts rochers. Ou, si la marée est montante, on remonte chaque sac vers le bord de la plage plus haut sur l’estran. Ou bien, on pose  les sacs sur un bateau, ce qui est un moyen plus efficace.

L’algue récoltée

Le  « bein youd », nom souvent utilisé en Bretagne, présente des couleurs différentes :  » l’algue est verte  » ou  » l’algue est rouge », selon sa localisation sur l’estran. L’algue rouge, plus lourde, est plus au fond, elle a davantage de caractéristiques et est plus fine que l’algue verte. D’où  les sacs plus ou moins lourds pour un même volume d’algues récoltées, en fonction du type de récolte .

Le devenir de l’algue après la récolte

Après la récolte du Chondrus,  les sacs sont pesés, stockés et ramassés ensuite une à deux fois par semaine et transportés par camion.

Commentaire

On peut dire que les algues sont  » répugnantes » ; pourtant elles contiennent des oligoéléments qui sont bénéfiques.

LA BIOLOGIE DU CHONDRUS CRIPUS, PAR SYLVIE GAUTHIER

Un peu de biologie… sur le curieux aspect du Chondrus crispus.

Cette petite algue très polymorphe et aux couleurs variables, n’échappe pas à l’oeil expert de Christian :  » Vers le large , elle est plus rouge et se présente en touffes plus denses sur les rochers, alors que, plus haut sur l’estran, le vert d’un feuillage plat leur donne un aspect plus éparpillé ». Pourtant, il s’agit bien d’une même algue rouge appartenant aujourd’hui au phylum  des   » rhodobiontes « , ainsi nommé.

En effet, le Chondrus est un thalle fixé à sa base par un disque, prolongé d’une partie rampante (ou pied), qui, selon l’âge, donne son aspect plus ou moins étendu sur les rochers. La partie érigée du Chondrus présente une variable dichotomie dans son  » feuillage » où les frondes donnent ce bel aspect en éventail plus ou moins dense. C’est l’ensemble du thalle qui peut se présenter sous des formes très différentes.

Même si aujourd’hui on ignore le pourquoi de ces diverses formes, on constate qu’en fonction des étapes du  cycle de reproduction, l’algue porte à certains moments des petits renflements sombres, et à d’autres moments des tâches rouge foncé. S’ajoute à cela le jeu de la lumière qui marque les frondes de douces irisations.

De plus, la localisation du  Chondrus sur l’estran explique également ce polymorphisme. Les pieds presque toujours dans l’eau, il envahit la zone la plus basse de l’estran marquée par les vagues. C’est là, en mode battu, que le Chondrus et d’autres algues rouges s’installent « bien amarrées » aux rochers. Des conditions  difficiles, soumises aux variations du niveau marin, de la luminosité et de la température.

En effet les populations de  Chondrus, selon l’exposition au soleil, selon l’emplacement sur les rochers, dans des anfractuosités de la roche ou autre protection, et selon l’impact de la houle, apparaissent comme  des peuplements aux aspects variés en couleur et en forme. Une belle façon de souligner l’horizon du rivage.

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts


Une réflexion sur « Atelier scientifique : compte-rendu de la séance avec Christian Defer »

  1. Bonjour et merci pour votre super reportage particuliérement intéressant.
    Pourriez-vous me transmettre les coordonnées de Christian DEFER ?
    Merci
    Bien cordialement
    Thierry DECHAUME

Les commentaires sont fermés.