Propositions méthodologiques à l’usage des collaborateurs plozévétiens

Le tout et la partie

“Tout est en tout et réciproquement”, a-t-on entendu à la fin de notre première réunion du 27 mars. Cette citation plaisante d’Alfred Capus ou de Pierre Dac, qu’importe, illustre bien combien nous pouvons être déconcertés par la complexité du monde, et qu’elles sont les difficultés que nous rencontrerons pour construire notre projet. Notre tour de table avait fait surgir un certain nombre de thèmes, la fête, l’habitat, la mer, la terre, les jeunes, etc. À chacun, on avait attaché des sous-thèmes, et là, les choses s’étaient compliquées car on voyait que des sous-thèmes pouvaient s’attacher à deux voire à trois thèmes différents. Où les ranger ? Mais, surtout, comment mettre un peu d’ordre, alors que tout semblait se compliquer au fur et à mesure qu’on évoquait de nouveaux thèmes ou sous-thèmes ? Au point d’avoir à faire à une sorte de nuage assez désordonné au fur et à mesure qu’on multipliait thèmes et sous-sous-thèmes, voire sous-sous-thèmes, tous en relation les uns avec les autres.

Ainsi, en partant du thème de la “fête” on a distingué les fêtes profanes des fêtes religieuses, les fêtes collectives des fêtes familiales, en évoquant divers événements, et en les rattachant à d’autres thèmes : l’agriculture, l’école, etc.

Décharger le document complet, avec ses annexes

Puis, on en est venu à nous demander si nos choix de thèmes et sous-thèmes étaient pertinents. Car, au fur et à mesure du tour de table, d’autres grands thèmes sont apparus, la religion, la politique, l’agriculture, etc. Or, il suffisait de prendre pour point de départ un nouveau thème, voire un sous-thème pour voir le schéma changer. Raison pour laquelle on a pu sentir une sorte de découragement à la fin de notre réunion : par quel bout prendre les choses, alors que “tout est en tout, et réciproquement” a conclu quelqu’un ? On voit bien que, si on part de la “religion”, tout se réorganise différemment.

Lequel de ces deux schémas correspond à la réalité ? En fait, ni l’un ni l’autre. Ils sont deux “modélisations” de ce fameux “tout”, qui nous échappe. Ce sont deux façons de le penser en l’organisant. On a découpé le réel en des éléments de plus en plus simples, les thèmes, sous-thèmes, sous-sous-thèmes : ce sont des “parties” de ce “tout”. On les a articulé de façon hiérarchique. Et on les a mis en relation les uns avec les autres.

Il y a une part d’arbitraire dans cette façon de faire : tout dépend du point de départ et du nombre de niveaux de son découpage en éléments simples. Et, plus on affine l’analyse, plus le schéma se complexifie, plus sa modélisation devient difficile. Car les mises en relation se multiplient jusqu’à tisser un réseau très serré. Jusqu’à un moment où on a l’impression de ne plus rien distinguer. D’où cette formule plaisante “Tout est en tout, et réciproquement”.

En fait, il faudrait plutôt dire : “Le tout est dans la partie”, puisqu’on voit bien que, remontant de niveau en niveau, la plus petite partie nous met en relation avec l’ensemble de la réalité, le “tout”, une observation qui a permis à Egard Morin de formuler son “principe hologrammatique (voir annexe 1).

Cette constatation a une incidence directe sur notre projet : nous pouvons partir de n’importe quel thème, nous arriverons à avoir une vue d’ensemble. Bien sûr, selon notre thème de départ l’examen favorisera une direction du regard : on voit bien que si l’on part du thème “fête” ou de celui de “religion”, notre vue d’ensemble s’organise différemment. Aussi, il conviendra de multiplier différents thèmes et de les conjuguer pour avoir une vision de plus en plus riche et complexe de la réalité plozévétienne.

Diversité des approches

Cette réalité peut être décrite et analysée de diverses façons. Pas seulement parce qu’il y a une multiplicité de thèmes à considérer, mais parce qu’on peut avoir sur elle plusieurs types de regards. On peut privilégier une approche centrée sur l’économie, sur la politique, sur la culture, sur la langue, etc. De telles spécificités fondent d’ailleurs les différentes disciplines des sciences humaines et sociales, chacune favorisant un aspect dans une réalité foisonnante. L’histoire des sciences humaines et sociales montre que leur découpage en autant de domaines disciplinaires n’est ni une donnée en soi, ni quelque chose de figée. Cette segmentation disciplinaire évolue avec le temps, elle a donc une histoire. D’ailleurs, les enquêtes de Plozévet sont très caractéristiques d’une époque. L’idée de partir d’un “isolat”, même si elle était loin de faire l’unanimité des chercheurs engagés, n’est plus de mise. Et, depuis les années soixante, les sciences relevant de l’anthropologie biologique, celles qui entendent étudier l’Homme comme un être naturel, ce qu’il est tout autant qu’il est culturel, ne se posent plus les questions des années soixante. De même, pour la géographie. Alors, elle s’étendait de la géographie physique, l’étude des caractéristiques naturelles d’un espace, à la géographie humaine, le développement des occupations et des activités humaines sur ce même espace. Les études historiques engagées à Plozévet étaient marquées du sceau de leurs deux grands responsables, Ernest Labrousse, et son histoire économique, Robert Mandrou et son histoire culturelle. Il en est pareillement de la sociologie où l’influence de Georges Friedmann se retrouve dans des travaux sur la diffusion de l’information ou sur l’évolution du milieu technique.

C’est d’ailleurs pour dépasser cette spécialisation disciplinaire que les enquêtes de Plozévet se sont voulues, dès le départ, pluridisciplinaires, même si, comme le rappelle André Burguière[1], l’interdisciplinarité fut assez largement mise en échec. C’est qu’elle se heurte, encore aujourd’hui, à certains “réflexes territoriaux” dans le milieu des chercheurs, l’organisation de la recherche privilégiant les relations verticales, et, actuellement, mettant de plus en plus les chercheurs en concurrence les uns avec les autres. Quoi qu’il en soit, la coopération entre les disciplines reste l’horizon de toute recherche. Une collaboration qui peut prendre plusieurs formes, de la pluridisciplinarité à la transdisciplinarité (voir annexe 2).

Quel regard pour notre projet ?

Un point de départ : les années soixante

Ce n’est pas seulement parce que nous disposons de données recueillies par les différentes enquêtes durant cette période que celles-ci constituent notre point de départ. Si elles concernaient une période différentes seraient-elles intéressantes à ressortir ? Pas nécessairement. Par contre, les années soixante ont été des moments décisifs pour Plozévet, et plus généralement pour la Bretagne et pour la France. Sans doute, il est périlleux de vouloir périodiser de façon très stricte les changements quels qu’ils soient, ceux-ci s’effectuant de façon continue et pas nécessairement à la même vitesse dans tous les domaines.

Une période de profonds changements

Mais, les années soixante, après la décolonisation et la fin de la guerre d’Algérie, avec l’entrée en vigueur du Marché commun, sont marquées par une série de bouleversements ayant marqué durablement le pays. C’est une période qui participe à ce que Jean Fourastié a appelé les “Trente glorieuses”. Elle est caractérisée par un taux de croissance économique élevé, et par un taux de chômage très limité, de 1,8 % entre 1950 et 1973. Ce boom économique est à mettre en corrélation avec le développement de l’industrie (la plupart des villes se dote d’une zone industrielle) et du machinisme industriel. Des secteurs entiers connaissent une embellie, la sidérurgie, la chimie et la pétrochimie (le plastique), les bâtiments et travaux public, les industries de transformation (automobile, électroménager) qui permettent l’expansion de la consommation.

C’est une période de forte urbanisation, avec la création de “grands ensembles” autour des villes, et le déploiement des voies de communication (électrification des voies ferrées, plan autoroutier). Ces changements économiques sont orientés par un État qui dispose alors d’organismes de planification “à la française”, le Commissariat au plan flanqué de ses deux organes de prévision (INSEE et SEEF). Planification indicative et incitative, précisant les objectifs quantitatifs ou qualitatifs définis d’un commun accord entre les partenaires sociaux, le plan tente d’orienter les investissements dans les secteurs prioritaires pour la croissance et la modernisation du pays.

Cette modernisation frappe de plein fouet les campagnes et le monde agricole. Les lois d’orientation agricole de 1960 et de 1962 entendent accélérer l’amélioration des structures des exploitation, favoriser la productivité. En quelques années, les petites exploitations disparaissent, les vieux exploitants sont poussés à la cessation d’activités. C’est la fin d’une économie paysanne fondée sur le système polyculture-élevage. Elle est remplacée par une économie d’entreprise, avec spécialisation culturale et intégration dans l’économie agro-alimentaire. Il y a accroissement des productions, hausse des rendements, motorisation et mécanisation, diffusion des engrais et de la sélection, révolution fourragère, généralisation des équipements. L’eau, l’électrification, l’équipement technique, le remembrement, la construction de nouveaux chemins améliorent considérablement le travail de l’agriculteur et sa vie matérielle. Des transformations qui ont pour corollaire un exode massif des ruraux consécutif à limitation du nombre des exploitations jugées viables. Des bouleversements qui ne se font pas sans crises et mouvements sociaux paysans.

Ces changements économiques affectent profondément les modes de vie : extension du confort domestique (eau courante, sanitaire, électroménager), développement des loisirs et des vacances (voiture, résidences secondaires, voyages à l’étranger), expansion de la culture de masse (télévision, journaux, magazines). Tous ces changements modifient profondément les rapports sociaux dans le cadre familial comme plus généralement dans la société.

Les adolescents revendiquent plus d’indépendance, beaucoup adhérant à une culture “jeune” commune, le “yéyé”. Les femmes acquièrent plus d’autonomie tant au sein du foyer que dans la société (1965, les femmes mariées n’ont plus besoin de l’autorisation du mari pour ouvrir un compte en banque ou pour travailler – 1967, loi autorisant la contraception orale). Les couches populaires urbaines, aspirant à plus de bien-être, entendent être invitées au plus vite au festin que leur propose la société de consommation. Alors que les excès de celle-ci suscitent déjà des réactions de rejet

Ces diverses aspirations, qui cheminaient plus ou moins de façon souterraine, explosent au grand jour lors des événement de Mai 68 et se structurent en mouvements sociaux dans les années qui suivent (Mouvement de libération des femmes, mouvement écologique, nouveaux mouvements urbains).

Une changement de civilisation ?

La profondeur des changements durant cette période est telle que certains n’ont pas hésité à parler de changement de civilisation. Avec la fin des paysans[2] disparaît une civilisation millénaire. André Burguière notait que la révolution agraire de ces années est sans doute aussi fondamentale que celle que les communautés villageoises ont connu au néolithique. Ce sont les multiples traits d’une société traditionnelle, ses rapports à la Nature, son organisation économique et sociale, son enracinement dans une langue et une culture historiques (cas de la langue bretonne) qui sont durablement remisés.

À l’époque, Georges Friedmann notait que “Nous vivons le passage, à diverses étapes, selon leur développement, des sociétés traditionnelles où prédominaient un milieu naturel, aux sociétés modernes, pénétrées par un milieu de plus en plus technique, industrialisé. (…) Et, “Contrairement aux grands espoirs qui ont soulevés nos aïeux, nous savons désormais qu’aucune acquisition du progrès technique n’est une valeur irréversible. (…) Le rythme de leurs acquisitions, de plus en plus rapide, pose de redoutables problèmes d’amortissement matériel et moral. Jadis, l’homme disposait (et usait) de plusieurs siècles pour s’adapter, économiquement, socialement, psychiquement, aux effets suscités par les grandes inventions (…). Aujourd’hui, c’est en quelques années (ou quelques mois) qu’il faut “digérer” d’importants changement techniques”. (…) L’homme est aujourd’hui coupé de ses racines naturelles, privé de la féconde empoignade avec les matériaux que lui assurait le travail manuel et artisanal, soumis à des rythmes très différents, des cadences biologiques, à des multitudes de stimulations provenant de machine et d’une gamme infiniment variée et constamment refaçonnées d’objets techniques”[3]. Ce sociologue du travail et de la civilisation technicienne dresse ainsi, en 1971, un diagnostic assez prémonitoire de ce que, quelques années plus tard, on appellera les “dégâts du progrès”[4].  Par la suite, d’autres analystes insisteront sur les aspects négatifs de ces bouleversements : mise en place d’un système économique productiviste, pollutions et atteintes multiples à l’environnement, développement de l’individualisme, difficultés du “vivre ensemble”, crise des villes, malaise des banlieues, etc. Les diatribes ne manquant pas, certains en viennent à rejeter la responsabilité de tous les maux contemporains sur un Mai 68 qui aurait dissolu toutes les valeurs traditionnelles, l’autorité, le travail, l’esprit de responsabilité, la famille, l’amour, etc…

Quoi qu’il en soi, c’est souvent à l’aune de ce qui s’est mis en place durant les “Trente glorieuses”, et singulièrement durant les années soixante, que l’on mesure les racines des problèmes contemporains. C’est dire l’importance tant réelle qu’imaginaire de cette période.

Plozévet, une documentation importante

Les enquêtes de Plozévet se déroulent du printemps 1961 à la fin de 1965. L’un de ses objectifs est de mener une “étude du monde agricole et rural français dans son adaptation aux conditions de la vie moderne”. Ces travaux ont donné lieu à une importante documentation, et Plozévet est sans doute la commune bretonne et, plus largement, française sur laquelle nous possédons le plus de témoignages de cette époque de transformations rapides. Ces recherches nous offrent le tableau vivant d’une société rurale bretonne confrontée aux multiples aspects de la modernité. Cinquante plus tard, on mesure leur valeur irremplaçable. Si alors on ne soupçonnait pas la radicalité et l’irréversibilité de ces mutations, aujourd’hui le retour sur ces moments et leur comparaison avec le présent nous permettent de réfléchir sur les évolutions que nous avons connues depuis.

Cette base documentaire se présente sous plusieurs formats : les cinq films de Robert et Monique Gessain (Les pêcheurs, Les Agriculteurs, Le Bourg, Les Gestes du repas, Le Costume), cinq livres, une quarantaine de rapports (voir annexe 3), une base photographique de Jacques Windenberger, des fonds d’archives en cours de description dans le cadre de Plozcorpus.

En ce qui concerne celles-là, la première phase du travail concerne les archives de l’équipe d’Edgar Morin. Elle sera terminée à la fin de l’année 2010. Ces archives se composent de 300 heures d’entretiens enregistrés, et d’archives “papier” : cinq boites d’Edgar Morin, une boite d’archives de Bernard Paillard, trois chemises d’archives de Jean-Claude Stourm. Ces fonds comportent des documents papiers et écrits (manuscrits ou dactylographiés). On trouve cependant quelques pièces iconographiques, photos, cartes, plans et croquis. Ces fonds traitent du déroulé de l’enquête (contexte, méthodologie, relations entre chercheurs) et des ses résultats (monographies, journaux d’enquêtes, interviews, notes de travail, analyses, essais de rédaction). Il y a plus de 227 notices descriptives, et autant de fichiers qui sont en cours de numérisation.

Dans le cadre de Plozcorpus, un index des thèmes rencontrés est en cours d’élaboration. Ainsi, Eugénie Ollivier, documentaliste audiovisuelle au Centre de recherches historiques de l’Ouest, a établi une liste provisoire des thèmes rencontrés dans les archives sonores de l’enquête de l’équipe d’Edgar Morin. Une harmonisation entre les index thématiques des différents types d’archives et leur normalisation sont en cours de réalisation. Mais, en attendant, nous pouvons utiliser l’index d’Eugénie Ollivier, dont la liste est donnée en annexe 4.

Cette base documentaires (films, livres, rapports, archives dépouillées) est la source dans laquelle nous allons puiser. Elle sera mise à disposition des collaborateurs au projet Plozarch.    Comment valoriser cet ensemble documentaire en le mettant à la portée du plus grand nombre ?

Une démarche : création d’un “parcours découverte patrimoine”

Issu du monde des musées et du tourisme comme du milieu pédagogique, le parcours découverte est de plus en plus préconisé pour permettre la découverte d’un patrimoine local. Le plus souvent, il s’agit d’un patrimoine architectural (découverte des monuments, de la statuaire, du petit patrimoine rural) ou naturel (découverte du milieu naturel, de la biodiversité, etc.). Mais, certains se dotent d’une thématique plus historique, se centrant sur un aspect notable de l’histoire locale.

L’une des originalités de celle de Plozévet est d’avoir accueilli ses grandes enquêtes à une période où la commune était encore toute imprégnée de civilisation traditionnelle tout en se transformant très rapidement sur les effets de la modernisation. Il faut donc tirer partie de cette singularité en utilisant la documentation produite à l’époque. Une documentation qu’il s’agit aussi d’actualiser afin de réfléchir sur les changements opérés depuis ces années.

Cette découverte de l’histoire récente de Plozévet pourra se concrétiser de différentes façons :

–  Un livre ou des brochures thématiques.

–  Une (des) exposition(s).

–  La réalisation d’un parcours découverte sur le terrain (parcours sonore et/ou audiovisuel).

–  La réalisation d’un site Internet permettant de compléter les informations glanées lors parcours découverte, ou de faire une découverte virtuelle de la commune. Cette création pourrait se présenter sous différents formats, comme un site web multimédia ou un web documentaire.

–  Un DVDrom et/ou un DVD vidéo de découverte de Plozévet.

–  Un film documentaire.

Ces réalisations ne sont pas exclusives les unes des autres, les mêmes sources documentaires pouvant être utilisées pour différents formats[5], la concrétisation de chacun d’eux dépendant de leur coût qui va de façon croissante, et de l’appel à des compétences professionnelles de plus en plus onéreuses.

Une méthode

1/ Etablir la structure du parcours :

•     lister les lieux remarquables,

•     déterminer des thèmes et des sous thèmes,

•     réfléchir aux évènements et personnages liés,

•     établir des relations entre les éléments.

2/ Rechercher et créer du contenu :

•      se référer aux sources et aux archives,

•      réactualiser ces données.

3/ Elaborer un plan de travail :

•       répartir les différentes tâches

•       proposer un calendrier de réalisations

Un exemple de début de parcours découverte en partant de la statue de G. Le Bail


[1] André Burguière, “Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ?, Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales. Réflexions autour du cinquantenaire du centre de recherches historiques, Cahiers du Centre de recherche historique, N° 36, octobre 2005, 231-263.

[3] Henri Mendras, La fin des paysans, innovations et changements dans l’agriculture française, Paris, SEDEIS, 1967, 364 p.

[3] Georges Friedmann, La puissance et la sagesse, Paris, Gallimard, 503 p.

[4] CFDT, Les dégâts du progrès, les travailleurs face au changement technique, Paris, Seuil, Ed. Points, 1977, 315 p.

[5] En général, les parcours découverte sont accompagnés par des livrets ou des livres.

Bernard Paillard

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, attaché au Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO - UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2 et chercheur associé au Centre Edgar Morin (IIAC EHESS _ CNRS - UMR 8177) A participé à l'action concertée sur Plozévet, recruté par Edgar Morin pour son enquête en 1965. Collaborateur direct d'Edgar Morin lors de ses études de "sociologie du présent" . Depuis une dizaine d'années se consacre à revisiter les enquêtes collectives sur Plozévet (1961-1965).

More Posts